Posted: 29 Sep. 2021 2 min. read

Le marché des acquisitions en hausse

Le marche mondial des transactions a ete perturbe au debut de l’annee derniere par la pandemie de covid-19. Toutefois, malgre les nombreuses incertitudes persistantes, le marche s’est rapidement redresse. Au premier trimestre 2021, un nombre record de transactions a ete realise. Cette tendance devrait se poursuivre a l’avenir.

La résilience des fusions et acquisitions au COVID-19

Au cours des premiers mois de la pandémie, le marché des fusions et acquisitions s’est presque totalement arrêté. Les actionnaires et les management ont réorienté leurs priorités pour assurer la sécurité des employés et le bon fonctionnement des entreprises. Le très haut degré d’incertitude entourant l’impact futur de cette crise a provoqué un arrêt complet des pourparlers d’acquisition en cours et prévus.

Au cours du second semestre de 2020, les décideurs politiques et les organisations commerciales ont mieux compris comment le monde s’était adapté à la nouvelle normalité. Les préférences des consommateurs n’avaient jamais changé aussi radicalement. Cette évolution a montré combien il était important d’être flexible pour y répondre. Outre les bons résultats d’exploitation dans un certain nombre de secteurs, les liquidités disponibles sur le marché, renforcées par les fonds de relance des gouvernements, ont provoqué une explosion de la demande. Les entreprises axées sur la consommation virtuelle (e-commerce, paiements sans contact, numérique, ...) ont été les grandes gagnantes du marché des acquisitions et ont bénéficié de multiples rappelant la bulle internet de 1997. 

Un démarrage spectaculaire des activités M&A en 2021

La dynamique du marché des acquisitions au dernier trimestre 2020 s’est poursuivie en 2021. À l’échelle mondiale, le marché des fusions et acquisitions a atteint une valeur de transaction de 1,16 milliard USD au premier trimestre 2021, ce qui a même dépassé les valeurs déjà élevées des premiers trimestres 2018 et 2019 (voir graphique). Outre l’augmentation de la valeur totale, on observe également une augmentation des prix. Selon l’indice Argos, qui calcule le rapport entre la valeur d’entreprise d’une société et son EBITDA, un multiple de 10 était la moyenne en 2020. Ce ratio a augmenté au cours du premier semestre de cette année pour atteindre le chiffre record de 11,6. À noter qu’il s’agit de multiples pour les sociétés d’une valeur actionnariale moyenne de 165 millions d’euros. Ici, les acheteurs stratégiques proposent plus souvent des multiples plus élevés que les acteurs financiers.

Les perspectives pour 2021 restent également favorables en raison de la présence continue d’attributs favorables aux transactions, tels que des taux d’intérêt bas, les prix des marchés boursiers, les sociétés de capital-investissement ayant une “poudre sèche” et les mesures de relance gouvernementales.
En outre, COVID-19 a également eu un impact positif sur la vitesse de conclusion des transactions. Les nombreux obstacles qui ont dû être surmontés (comme l’absence de possibilité de contact physique) ont été transformés en opportunités.

Le marché belge des PMEs bat son plein

Un mouvement similaire est observé sur le marché des PMEs. L’arrêt dû à l’épidémie de COVID-19 a été de très courte durée (1 à 2 mois). D’une manière générale, les secteurs qui n’ont pas été gravement touchés par la crise ont affiché des résultats d’exploitation très solides, ce qui a boosté la recherche d’opportunités de croissance. Grâce au soutien du gouvernement belge, le nombre de faillites a été moins élevé que prévu, ce qui a entretenu les marchés du crédit. Outre l’aspect économique, de nombreux entrepreneurs ont commencé à envisager l’avenir différemment. On observe un changement dans la perception des risques, préparer la succession afin de garantir la continuité de l’entreprise est devenu une priorité. Avec le vieillissement de la population, de nombreux propriétaires de PMEs se trouvent actuellement dans cette situation. Tant que le climat économique reste favorable, de nombreuses transactions sont attendues dans les années à venir.

 

Actualités, septembre 2021

Dans cette édition: La gestion du crédit comme moteur d’une croissance durable | Le marché des acquisitions en hausse | Budget mobilité 2.0 | Modifications cotisation de solidarité CO2 pour les voitures de société | Avez-vous payé deux fois des droits de succession sur des biens meubles étrangers?

More about the subject matter expert

Vincent Trevisan

Vincent Trevisan

Partner, Deloitte Accountancy

Vincent totalise 30 ans d’expérience en finance, fiscalité et réorganisation d’entreprise de toutes tailles. Par son approche multidisciplinaire et pragmatique, Vincent a toujours la volonté de devenir un partenaire de confiance pour ses clients. Son apport n’est pas uniquement technique, mais également humain et stratégique. Il a une excellente compréhension des enjeux des PME familiales wallonnes. Son objectif principal est d’apporter son support à ses clients afin de leur permettre à l’entreprise de se focaliser sur les choses importantes et à grandir de manière autonome. Quant à son parcours, Vincent Trevisan est actuellement en charge du bureau Deloitte Private (Accoutancy) de Liège qui regroupe les services pour PME en matière d’expertise-comptable, de conseils fiscaux, juridiques et financiers ainsi que de fusions et acquisitions. Avant de rejoindre le réseau Deloitte, Vincent Trevisan a acquis 20 ans d’expérience en tant que Directeur fiscal et ensuite en tant que CFO (Secrétaire Général) de ArcelorMittal Belgium. Il a piloté toutes les grandes restructurations de la sidérurgie belge entre 2002 et 2009.