bons-comptes

Article

Les bons comptes font les bons amis, même dans les entreprises familiales

Actualités, mars 2018

Les entreprises ont besoin d’un accompagnement fiscal, juridique et financier personnalisé, mais il ne faut pas non plus perdre de vue l’aspect interrelationnel. Cette dimension permet de garantir la continuité de l’entreprise (familiale).

Au sein d’une entreprise familiale, il y a toujours des questions délicates qui exigent des accords préalables. C’est le cas par exemple du non-engagement ou du licenciement de certains membres de la famille, des discussions hiérarchiques, de l’ouverture de l’entreprise à la belle-famille, du paiement ou non du salaire aux membres malades de la famille, etc. Si elles s’enveniment, des questions émotionnelles de ce type peuvent mener à la vente forcée voire à la disparition de l’entreprise. Cela peut en outre créer de l’inquiétude parmi les travailleurs, les clients et les fournisseurs. Concilier une entreprise rentable et une famille heureuse est une gageure.

Points de vue contradictoires

Pourquoi les familles d’entrepreneurs courent-elles le risque d’être malheureuses? Pour bien comprendre cela, prenons l’exemple du montant du salaire à accorder aux enfants qui collaborent à l’entreprise. Certaines familles choisiront d’emblée un salaire égal et élevé pour leur apporter une certaine prospérité. D’autres familles accordent un salaire égal mais faible à leurs enfants travaillant au sein de l’entreprise en se fondant sur le raisonnement qu’ils doivent faire leurs preuves et que l’entreprise leur appartiendra de toute façon plus tard. D’autres encore défendent le choix de payer les membres de la famille selon leur fonction.

Boussole pour la famille

Pour éviter les conflits familiaux autour de l’entreprise, il est possible d’établir une charte familiale à titre préventif. On y consigne la façon dont la famille souhaite agir au sujet de l’entreprise et des liens familiaux. Tous les membres de la famille doivent être impliqués lors de la rédaction, et pas seulement les actionnaires.

Une charte familiale doit être un document facile à lire. Considérez-la comme une boussole qui permettra à la famille de s’orienter lorsqu’elle sera confrontée, à l’avenir, à des situations familiales difficiles. L’idéal, pour réaliser cet exercice, est d’attendre que les enfants aient une vingtaine d’années.

Peu importe qu’ils soient ou non actifs dans l’entreprise. Réunissez les membres de la famille et anticipez la manière dont vous agirez si certaines situations se produisent un jour. Cela ne doit pas être diktat que les parents imposent aux enfants et aux beaux-enfants. Tous les membres de la famille doivent y trouver leur compte. C’est la condition sine qua non pour garantir des accords durables que la famille ne pourra pas modifier pour un oui pour un non. C’est pourquoi une charte ne ressemble jamais à une autre, car chaque famille y place des accents différents. Compte tenu de son contenu, une charte familiale est presque toujours une convention morale.

Une charte comporte généralement un règlement intérieur qui insiste sur les valeurs familiales et la vision de l’actionnariat.

Les experts de Deloitte peuvent vous accompagner lors de la rédaction de cette charte en utilisant une méthode particulière. Il n’est pas facile, surtout dans les grandes familles, de trouver un consensus. Raison de plus pour commencer à temps et solliciter un accompagnement externe.

Publié le 15/03/2018

Guy Jans, gjans@deloitte.com

Notre lettre d'information mensuelle gratuite dans votre boite mail? Cliquez ici
Did you find this useful?