dois-je-dire-a-mes-enfants-a-quel-point-je-suis-riche

Article

Dois-je dire à mes enfants à quel point je suis riche?

Actualités, juin 2020

Les parents qui gardent le silence sur leur patrimoine le font souvent par crainte. Par exemple, les parents craignent que si les enfants étaient conscients de l’étendue de leur richesse, cela pourrait freiner leurs initiatives personnelles, créer de fausses attentes ou les amener à se concentrer trop sur les questions matérielles.

Dans une certaine mesure, cependant, cette idée est une utopie. Les enfants se font de toute façon une idée de la richesse de leurs parents. Les recherches montrent que les enfants sont capables d’évaluer et de positionner les possibilités financières de leurs parents dès l’âge de sept ans, en comparant le schéma de dépenses de la famille dans laquelle ils grandissent avec celui de leurs pairs. Au fur et à mesure que les enfants grandissent, leurs propres hypothèses sur la richesse de leurs parents augmentent et les enfants développent également des attentes basées sur ces hypothèses.

Le danger ici est que les enfants soient désillusionnés ou frustrés lorsque leurs attentes ne sont pas satisfaites. Souvent, cette déception ou cette frustration reste inexprimée. Oser discuter des attentes de chacun peut empêcher cela. Il s’agit de gérer les attentes.

Cela n’implique pas nécessairement une ouverture totale sur le patrimoine. En premier lieu, il est important que les parents et les enfants puissent définir ensemble un cadre. Les enfants peuvent-ils s’attendre à recevoir une aide lorsqu’ils achètent une maison ou créent leur propre entreprise? Dans quoi les actifs peuvent-ils être dépensés ou investis?

La question n’est donc pas: “Dois-je dire à mes enfants à quel point je suis riche?” mais: “Comment notre capital peut-il être utile à nos propres projets d’avenir et à ceux des enfants?”

 

Publié le 30/06/2020
Hélène Rouvez, hrouvez@deloitte.com

Did you find this useful?