Diversity and Inclusion

Perspectives

Sensibilisation à la question transgenre en milieu de travail

Par Lenore MacAdam

La communauté LGBTA (lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres et allosexuels) a réalisé des progrès remarquables au cours des 40 dernières années comme en témoignent les services voués à la diversité dans les entreprises et les lois sur le mariage de couples de même sexe dans divers endroits du globe. Toutefois, j’ai l’impression que la sensibilisation et la compréhension au sujet de la question transgenre tirent un peu de l’arrière.

Quand j’ai accepté la présidence nationale du groupe-ressource du personnel LGBTA de Deloitte Canada en novembre 2014, je voulais m’assurer que les gens représentant le « T » de notre acronyme ne se sentaient pas laissés de côté. Au début de 2015, j’ai participé au lancement d’une initiative de sensibilisation à la question transgenre.

Maintenant que je me suis engagée sur cette voie, je me rends compte qu’il y a beaucoup à apprendre. Si je me considère extrêmement chanceuse de travailler dans un cabinet qui manifeste beaucoup d’appui, il reste que nous sommes en territoire relativement inconnu. Je rédige une série de billets pour communiquer mes expériences et inviter à la discussion. J’espère obtenir les réflexions d’autres personnes qui font un travail semblable, ou qui voudraient le faire, pour que nous puissions apprendre les uns des autres.

Diffuser une idée, surtout si elle suscite les préjugés comme la communauté transgenre, tient davantage à l’écoute qu’aux discours.

Quand j’ai entrepris ce parcours, j’avais en tête des visions de présentations PowerPoint et de séminaires. Toutefois, l’idée du PowerPoint ne s’est pas concrétisée et j’ai constaté que les interactions individuelles étaient bien plus productives. J’ai aussi découvert que les conversations les plus fructueuses étaient celles où je parlais moins et écoutais davantage. Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Les gens se sentent plus libres de poser des questions qu’ils croient insignifiantes dans les rencontres individuelles plutôt qu’en groupe.
  • Les gens ont tendance à être plus sincères dans les rencontres individuelles. Ils ne donnent pas l’impression de présenter un exposé.
  • Vous pouvez orienter la conversation. Certaines personnes peuvent avoir une meilleure connaissance de la communauté transgenre que vous, et il y en d’autres qui ne savent rien… du moins pas encore!

Cette approche demande du temps. Par contre, il ne faut pas oublier que vous tentez de créer une base de soutien qui produira quelques champions qui, à leur tour, sauront mobiliser l’appui à l’intérieur de leurs propres réseaux.

C’est grâce aux relations personnelles que nous pouvons modifier une culture. 

Lenore MacAdam est conseillère en politiques de ressources humaines. On peut la joindre au lmacadam@deloitte.ca ou par LinkedIn.

Murillo Rego
Avez-vous trouvé ceci utile?