Diversity and Inclusion

Perspectives

Sensibilisation à la question transgenre en milieu de travail : ne vous attendez pas à rencontrer une résistance

Par Lenore MacAdam

Plus tôt cette année, le groupe ressource du personnel LGBTA de mon cabinet a lancé un projet de sensibilisation aux transgenres. Cette série de messages porte sur cette démarche et a pour but de susciter des discussions sur la sensibilisation aux transgenres dans les entreprises au Canada.

Une des premières conversations que j’ai eues à propos de ce projet s’est déroulée à notre bureau de Calgary avec un associé directeur que je venais juste de rencontrer. J’hésitais à en parler, mais mes craintes n’étaient pas fondées. Jamais je n’oublierai ce que j’ai ressenti lorsque, après ma présentation, il a marqué une pause avant de me parler. J’étais sûr et certain qu’il aurait un discours du type « il faut choisir nos batailles » ou d’autres objections, mais il m’a plutôt raconté une histoire à propos d’un homme transgenre qu’il avait connu dans le passé et qui a vécu beaucoup de difficultés au cours de sa transition. Il a dit qu’il serait heureux de faire ce qu’il pouvait pour empêcher qu’un autre être humain vive une telle situation.

J’étais pour le moins heureux, mais il m’a fallu encore du temps pour arrêter d’anticiper des réactions négatives. La sensibilisation aux transgenres est un sujet nouveau au sein de mon cabinet et comme de nos jours les trolls et autres personnes haineuses se manifestent beaucoup sur le Web, il ne m’était pas facile au début de m’attendre à une attitude favorable de la part des gens.

S’attendre à une résistance : un problème

Bien entendu, de temps à autre, nous rencontrerons une résistance. Cependant, si j’anticipe une résistance lors des conversations, je crée des obstacles de plusieurs façons :

  • Mon comportement montre moins d’ouverture et il est donc plus difficile pour l’autre personne de se sentir à l’aise.
  • D’emblée, je suis sur la défensive. Par exemple, je dis des commentaires comme « je sais ce que vous pensez probablement », ce qui peut mettre fin à un dialogue productif. 
  • Si une résistance est bel et bien présente, je cours le risque de l’exagérer ou de présumer qu’elle cache une réaction négative lorsque, en réalité, il ne s’agit que d’une interrogation. 

En fait, nous sommes chanceux lorsque les gens qui sont en désaccord l’affirment directement. Le fait de s’attendre à une réaction favorable facilite l’accueil de la résistance avec une ouverture d’esprit et aide à ne pas juger et à ne pas se refermer.

Les activités de sensibilisation au sein d’une organisation demandent du temps et de l’énergie qui s’ajoutent habituellement aux tâches courantes du poste occupé. J’ai donc appris à ne pas gaspiller mon énergie à m’attendre au pire.

Est-ce que vous faites des activités de sensibilisation aux transgenres au sein de votre organisation? J’aimerais beaucoup en savoir davantage!

Lenore MacAdam est conseillère en politiques de ressources humaines. On peut la joindre au lmacadam@deloitte.ca ou par LinkedIn.

Lenore MacAdam
Avez-vous trouvé ceci utile?