Communiqués de presse

Vous avez oublié votre portefeuille? Pas de problème! Les paiements mobiles en magasin auront bientôt la cote

Les ventes de livres imprimés seront au moins quatre fois plus importantes que les ventes de livres numériques, selon Deloitte

Montréal (Québec) – le 13 janvier 2015 – L’année 2015 représentera un tournant critique pour les paiements par téléphones intelligents munis des technologies de communication en champ proche, selon les Prédictions TMT (Technologies, médias et télécommunications) 2015 de Deloitte. Au cours de l’année 2015, environ 5 % des 600 millions de téléphones intelligents équipés des technologies de communication en champ proche dans le monde seront utilisés pour des achats en magasin au moins une fois par mois, ce qui représente une augmentation de plus de 1 000 % par rapport à 2014. Cette tendance devrait se manifester au Canada à la fin de 2015.

« Les Canadiens utilisent déjà leurs téléphones intelligents pour vérifier leurs soldes, virer de l’argent et effectuer des opérations en ligne, ce qui indique que les consommateurs ont l’habitude d’utiliser leurs téléphones pour gérer leur argent. Cependant, ils sont très peu nombreux à se servir de leurs téléphones pour effectuer des paiements sans contact à la caisse, explique François Sauvageau, associé et leader du secteur des TMT chez Deloitte pour la région du Québec. L’année 2015 sera la première année au cours de laquelle toutes les exigences des institutions financières, des commerçants, des consommateurs et des fournisseurs d’appareils en ce qui concerne les paiements mobiles généralisés seront respectées. »

Les Prédictions TMT de Deloitte, qui en sont à leur 14e année, fournissent des perspectives au sujet des dix tendances les plus importantes dans le secteur des technologies, des médias et des télécommunications au Canada au cours des 12 à 18 prochains mois.

Toujours en 2015, le marché des versions améliorées de téléphones intelligents enregistrera une croissance soutenue, mais plus lente. Partout dans le monde, 1,4 milliard de téléphones intelligents seront vendus, ce qui représentera une augmentation de 12 % par rapport au 1,2 milliard de téléphones vendus en 2014. Parmi les téléphones intelligents vendus, plus d’un milliard seront des versions améliorées, ce qui va à l’encontre de l’idée selon laquelle les appareils ont atteint leur maturité et ne peuvent plus être perfectionnés.

« Bien que le cycle de remplacement des téléphones intelligents soit de plus en plus long, les propriétaires de ces téléphones continuent d’en acheter de nouveaux. Environ cinq millions de versions améliorées seront lancées sur le marché en 2015 au Canada, affirme Robert Nardi, associé et leader national du secteur des TMT de Deloitte au Canada. La croissance des ordinateurs personnels a diminué lorsque les consommateurs et les entreprises ont commencé à acheter de nouveaux ordinateurs à des intervalles plus longs, mais il est trop tôt pour s’attendre à ce que la même situation se produise avec les téléphones intelligents. La fierté des propriétaires ainsi que la quantité de pixels, la durabilité et les capacités de stockage des téléphones demeureront les principaux facteurs de croissance des achats de téléphones intelligents. »

Les consommateurs ne montrent pas toujours la voie : ce sera au tour des entreprises
Auparavant, les nouvelles technologies, comme les ordinateurs personnels et les téléphones cellulaires, étaient adoptées par les entreprises avant de percer le marché de la consommation de masse des années plus tard. Au cours de la dernière décennie, le contraire s’est produit : les tablettes et les téléphones intelligents grand écran ont d’abord été adoptés en grande partie par les consommateurs, et les entreprises commencent à prendre le relais. En 2014, le volume d’achats par les consommateurs de technologies prêt-à-porter, comme des lunettes intelligentes, a été modéré, ce qui signale la fin de la personnalisation des TI. L’adoption par les entreprises de technologies prêt-à-porter, d’imprimantes 3D, de drones et de l'Internet des objets générera une plus grande valeur économique des biens de consommation et répondra mieux aux besoins d’affaires que si le marché des consommateurs était responsable de cette adoption.

Les 10 prédictions des TMT les plus pertinentes au Canada (tous les montants sont en dollars américains) :

1. Les paiements mobiles en magasin auront (enfin) la cote – La fin de l’année 2015 représentera un tournant critique pour les paiements par téléphones intelligents munis des technologies de communication en champ proche au Canada. L’année 2015 sera la première année au cours de laquelle les nombreuses exigences des institutions financières, des commerçants, des consommateurs et des fournisseurs d’appareils en ce qui concerne une adoption généralisée seront respectées. En 2015, environ 5 % des 600 millions de téléphones intelligents équipés des technologies de communication en champ proche dans le monde seront utilisés pour des achats en magasin au moins une fois par mois, alors qu’au milieu de l’année 2014, seulement 0,5 % des 450 millions de téléphones intelligents avaient été utilisés pour de tels achats. La croissance des paiements mobiles en magasin sur le marché canadien sera probablement plus lente qu’aux États-Unis, selon le moment où les divers services de paiement seront offerts, mais 56 % des Canadiens ne sont pas intéressés à effectuer des paiements avec leurs téléphones intelligents* . Il reste à voir si ces personnes changeront d’avis.

2. Pour la première fois, le marché des versions améliorées de téléphones intelligents aura une valeur de plus de un milliard de dollars – En 2015, 1,4 milliard de téléphones intelligents seront vendus dans le monde, mais de ce nombre, plus de un milliard seront des versions améliorées, c’est-à-dire de nouveaux téléphones destinés à ceux qui en ont déjà un. Bien que le cycle de remplacement des téléphones intelligents soit de plus en plus long, la taille des écrans, la vitesse, les capacités de stockage, les logiciels et les qualités esthétiques des appareils stimuleront la croissance des ventes de téléphones intelligents. Plus de cinq millions de téléphones intelligents vendus au Canada seront probablement des versions améliorées.

3. La fin des livres imprimés n’est pas encore venue – Les ventes de livres imprimés seront au moins quatre fois plus importantes que les ventes de livres numériques à l’échelle mondiale. Les livres numériques n’ont pas remplacé les livres imprimés, même si les ventes de disques, de journaux imprimés et de magazines ont diminué. Les jeunes (de 18 à 34 ans) accordent autant d’importance aux livres imprimés que leurs aînés, lisent à peu près autant qu’eux et sont prêts à payer leurs livres.

4. La « génération qui ne veut pas dépenser » effectue des achats dans le secteur des TMT – Les membres de la génération Y (âgés de 18 à 34 ans) au Canada dépenseront en moyenne 750 $ pour du contenu traditionnel et numérique. Comme il y a neuf millions de membres de cette génération, cela représente des ventes de près de sept milliards de dollars pour le secteur canadien des médias. Quelles sont les dépenses de la génération Y? La télévision payante, la musique, les jeux vidéo, les livres, les sports en direct, le contenu vidéo sur Internet et même les journaux imprimés. Selon un sondage Ipsos commandé par Deloitte, plus de Canadiens de 18 à 32 ans ont dépensé autant ou plus d’argent que l’année dernière pour acheter des livres (84 %), des concerts de musique en direct (83 %) ou des événements sportifs en direct (92 %), comparativement aux Canadiens de la génération X (78 %, 76 % et 82 % respectivement) ou de la génération du baby-boom (78 %, 73 % et 76 % respectivement).

5. L’option « cliquer et ramasser » est de plus en plus populaire : un avantage pour le consommateur, un défi pour les détaillants – Le nombre d’emplacements offrant l’option « cliquer et ramasser » en Europe atteindra un demi-million en 2015, ce qui représente une augmentation de 20 % par rapport à l’année précédente. Cette option permet aux consommateurs de ramasser leurs achats effectués en ligne à divers emplacements, par exemple une aire réservée à cette fin dans un magasin ou un casier sécurisé dans une station de transit ou un centre commercial. Cette option est populaire en Europe, mais elle commence seulement à être mise à l’essai au Canada, même si le concept a été lancé par une entreprise canadienne à l’époque des entreprises point-com.

6. L’écart de connectivité se creuse; l’adoption de l’Internet haute vitesse monte en flèche – À l’échelle mondiale, le nombre de foyers possédant une connexion Internet haute vitesse augmentera d’environ 2 %, pour atteindre un total de 715 millions, et la vitesse moyenne de ces connexions dans la plupart des pays augmentera de 20 %. Cependant, l’écart en matière de vitesse entre les foyers se creusera. Les foyers dans le décile supérieur de certains marchés auront, en moyenne, une vitesse de connexion cinq fois plus élevée que les foyers dans le décile inférieur. Des facteurs propres à chaque foyer, comme l’épaisseur des murs, l’âge des routeurs, l’heure de la journée et les habitudes de navigation des voisins, détermineront la vitesse réelle atteinte par chaque appareil muni d’une connexion haute vitesse. Des centaines de milliers de Canadiens ont une vitesse de connexion de plus de 50 Mb/s, mais ils sont plus nombreux encore à avoir une connexion haute vitesse réelle de moins de 5 Mb/s.

7. La fin de la personnalisation des TI? En 2015, les entreprises montreront la voie en ce qui a trait à l’adoption des technologies, inversant ainsi la tendance constatée au cours de la dernière décennie, durant laquelle des technologies comme les téléphones intelligents grand écran et les tablettes étaient adoptées par les consommateurs en premier.

8. L’Internet des objets est vraiment composé d’objets, pas de personnes – En 2015, plus de 60 % du milliard d’appareils sans fil mondiaux reliés à l’« Internet des objets » seront achetés, payés et utilisés par des entreprises, même si les médias présentent surtout des consommateurs contrôlant des thermostats, des appareils d’éclairage et des électroménagers (qui vont des machines à laver aux bouilloires). Le matériel relié à l’Internet des objets vaudra 10 milliards de dollars, mais les services offerts grâce à ces appareils auront une valeur d’environ 70 milliards de dollars.

9. L’imprimerie 3D est révolutionnaire, mais pas de la manière que vous croyez – En 2015, presque 220 000 imprimantes 3D seront vendues à l’échelle mondiale, pour une valeur de 1,6 milliard de dollars. Cependant, il est peu probable que leur utilisation s’étende à chaque ménage. Deloitte estime que 80 % de la valeur des imprimantes 3D profitera aux entreprises plutôt qu’aux consommateurs, ce qui signifie que la véritable révolution aura lieu sur le marché des entreprises.

10. Vidéos de courte durée : une perspective d’avenir pour la télévision – Les vidéoclips et émissions vidéo en ligne de moins de 20 minutes représenteront moins de 3 % des vidéos regardées cette année au Canada et dans le reste du monde. Cependant, les personnes qui regardent ces vidéos sont probablement plus attentives et moins passives que celles qui regardent de longues vidéos; autrement dit, les publicités intégrées aux vidéos de courte durée pourraient générer de meilleures ventes grâce à un public plus attentif.

Les Prédictions TMT de Deloitte sont basées sur des recherches mondiales soutenues par des entrevues approfondies avec des clients, des analystes sectoriels, des leaders internationaux et plus de 8 000 professionnels du secteur des TMT de Deloitte. Au cours des cinq dernières années, plus de 79 % des prédictions TMT de Deloitte se sont confirmées.

Les Prédictions TMT de Deloitte seront présentées dans le cadre d’une tournée de 12 villes canadiennes qui commencera le 13 janvier 2015. Cliquez ici pour vous inscrire à une activité.

À propos de Deloitte
Deloitte, l’un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers. Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.
Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses sociétés membres, voir www.deloitte.com/ca/apropos.

Personnes-ressources

Jeannie Tsang
Deloitte
Directrice des Relations publiques
416-643-8084 / 416-576-9016
jeatsang@deloitte.ca

Marilyne Plouffe
Deloitte
Coordonnatrice, Relations publiques
514-393-5471
mplouffe@deloitte.ca 

*Constatations d’une étude Ipsos Reid commandée par Deloitte entre les 5 et 8 janvier 2015. Ce sondage en ligne auprès de 900 Canadiens adultes (âgés de 18 ans et plus) a été réalisé par l’intermédiaire du groupe de discussion en ligne d’Ipsos (Ipsos Online Opinions Panel), un des groupes de discussion en ligne d’Ipsos Reid à l’échelle nationale. Nous avons ensuite pondéré les données démographiques pour les équilibrer et nous assurer que la composition de notre échantillon était représentative de la population adulte selon les données du recensement et fournissait un échantillon probabiliste approximatif. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est calculée au moyen d’un intervalle de crédibilité. Dans ce cas-ci, les résultats du sondage sont exacts à +/- 3,3 points de pourcentage par rapport à ce qu’ils auraient été si l’ensemble des Canadiens adultes avaient été sondés. D’autres sources d’erreur peuvent toucher les enquêtes par sondage, notamment les changements de méthodologie, les erreurs de couverture et les erreurs de mesure. 

Avez-vous trouvé ceci utile?