Communiqués de presse

En cette période de turbulences, la solution pour résoudre les enjeux des sociétés du secteur minier réside dans les écosystèmes d’affaires

Un rapport publié conjointement par Deloitte, l’ACPE et le Conseil canadien de l’innovation minière indique que les écosystèmes facilitent la collaboration, suscitant l’innovation requise pour assurer la survie du secteur minier

MONTRÉAL, le 10 mars 2016 – Selon les résultats d’un sondage mené conjointement par Deloitte, l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE) et le Conseil canadien de l’innovation minière (CCIM) intitulé Business Ecosystems in Exploration, le moyen le plus efficace de favoriser l’innovation dans le secteur minier consiste à créer des écosystèmes d’affaires hautement performants afin de pouvoir faire face aux défis du secteur. Ce sondage fait suite à une étude effectuée l’année dernière sur l’impératif d’innovation dont les résultats indiquaient que la collaboration constituait un moyen clé pour encourager de nouvelles façons de penser et de travailler.

L’étude définit l’écosystème d’affaires comme une communauté dynamique composée de divers acteurs, petits et grands, qui proviennent de divers paliers de l’administration publique, établissements universitaires, secteurs et services, et qui créent de la valeur grâce à des modèles de collaboration et de concurrence de plus en plus performants et de plus en plus sophistiqués.

« Avec la chute des prix des produits de base et l’affluence de projets non concluants sur le marché, il est tout à fait naturel que les sociétés minières choisissent de mettre un frein à leur prospection, explique Martin Granger, associé et leader du secteur Énergie et ressources pour le Québec chez Deloitte Le problème est que la prospection constitue un moteur clé de croissance. En cette période de ralentissement économique, les sociétés doivent réduire les risques liés à la prospection et accroître leur taux de découverte si nous voulons que ce secteur continue de prospérer à long terme. L’innovation doit provenir autant des petites que des grandes sociétés. La question que plusieurs se posent consiste à savoir comment. La réponse réside dans les écosystèmes d’affaires. »

Malgré l’abondance d’écosystèmes qui surgissent depuis quelque temps dans les autres secteurs, le secteur minier tarde à tirer profit de ce modèle qui permet à ses sociétés de favoriser l’innovation et de partager les risques et les ressources.

« Le monde dans lequel nous vivons évolue. Il est de plus en plus facile de collaborer et d’échanger de l’information, explique Andrew Cheatle, directeur général de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs. Le secteur doit exploiter le potentiel des écosystèmes d’affaires. Il n’y a plus de temps à perdre. En cette période de compressions budgétaires, de manque de main-d’œuvre qualifiée, de parties prenantes et de collectivités de plus en plus engagées et de projets de plus en plus techniques, le fait de ne pas faire appel à des écosystèmes constitue une occasion ratée. Nous souhaitons que cette situation change. »

Carl Weatherell, directeur administratif et chef de la direction du Conseil canadien de l’innovation minière, explique que tous les éléments sont en place pour créer des écosystèmes.

« Notre monde est plus connecté que jamais. Nous avons accès à des technologies qui nous permettent de nous connecter les uns avec les autres et d’échanger des données facilement et de façon sécuritaire, dit M. Weatherell. Qui plus est, les récents changements sociaux et culturels rendent plus acceptable l’échange d’informations. Nous pouvons constater comment les écosystèmes d’affaires ont stimulé l’innovation dans les autres secteurs. Le secteur minier est actuellement aux prises avec des défis bien réels et doit innover pour assurer sa survie. »

Pour leur deuxième rapport, l’ACPE et Monitor Deloitte ont interrogé et sondé, entre décembre 2015 et janvier 2016, 19 sociétés minières, qui comprenaient des petites et des grandes sociétés ainsi que des entreprises de services, des organismes publics canadiens provinciaux et fédéraux et des établissements d’enseignement postsecondaire. L’étude portait sur l’interconnexion entre divers acteurs du secteur minier, les enjeux actuels de la prospection et la façon dont l’innovation et les écosystèmes peuvent augmenter la chance de concevoir des solutions efficaces pour relever les défis actuels du secteur.

Pour tirer pleinement avantage des écosystèmes, le secteur minier doit faire ce qui suit :

S’organiser : les entreprises doivent envisager d’utiliser des écosystèmes internes et externes pour y parvenir.

Établir la confiance : les sociétés ne doivent plus mettre l’accent sur le partage de l’offre, mais plutôt sur l’élargissement de l’offre en créant des plateformes de collaboration et en travaillant ensemble pour résoudre des problèmes communs.

Augmenter ses compétences : la prochaine génération de professionnels doit associer ses connaissances techniques actuelles avec des compétences non traditionnelles en collaborant mieux avec les milieux universitaires.

Créer des plateformes : la numérisation et la sauvegarde des données du secteur minier dans des environnements sécuritaires et leur échange par l’entremise de plateformes performantes favoriseront l’innovation dans le secteur de l’exploration minière.

Si vous souhaitez recevoir une copie du document présenté à l’ACPE, veuillez communiquer avec Marilyne Plouffe à l’adresse mplouffe@deloitte.ca.

À propos de Deloitte
Deloitte, l’un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers. Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited.
Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses sociétés membres, voir www.deloitte.com/ca/apropos.

À propos de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE)
L’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE) est la porte-parole de l’industrie de l’exploration minérale et du développement minier. Elle compte plus de 8 000 membres, et sa mission consiste à promouvoir une industrie responsable, durable et solide au Canada. L’ACPE encourage l’adoption de pratiques exemplaires sur le plan de la responsabilité sociale et des domaines techniques, environnementaux et sociaux au Canada et à l’échelle internationale. L’ACPE est connue mondialement pour son congrès annuel, qui est considéré comme l’événement par excellence pour les professionnels de l’industrie minière. Au fil des ans, le congrès a attiré plus de 25 000 participants provenant de 125 pays. La prochaine édition aura lieu du 6 au 9 mars 2016 à Toronto. Visitez le site www.pdac.ca.

À propos du Conseil canadien de l’innovation minière (CCIM)
Le Conseil canadien de l’innovation minière (CCIM) est un organisme national à but non lucratif qui coordonne et développe des programmes de RDI destinés à relever les défis définis par ses membres en ce qui concerne le cycle de vie des mines. Les plus de 80 membres du CCIM comprennent les sociétés de prospection et d’exploitation minière et leurs fournisseurs de services, qui travaillent ensemble pour trouver des solutions aux problèmes communs. Les membres peuvent ainsi partager les risques financiers et ceux liés à l’adoption de technologies, élaborer plus rapidement des solutions et profiter d’avantages plus largement répartis. Les problèmes sont définis et classés par ordre de priorité, après quoi les groupes techniques du CCIM élaborent les programmes nécessaires. Ces groupes sont dirigés par des vice-présidents des sociétés membres et se composent d’éminents experts des domaines de la prospection, de l’extraction, de la transformation, de la gestion des résidus et de l’énergie.

Personnes-ressources

Marilyne Plouffe
Coordonnatrice aux relations publiques
Deloitte
Ligne directe : 514-393-5471 
mplouffe@deloitte.ca

Avez-vous trouvé ceci utile?