Communiqués de presse

L’importance grandissante de l’analytique pour les organisations canadiennes et mondiales soulignée par une étude de Deloitte

Le Canada est en bonne position pour tirer profit du plein potentiel de l’analytique

Deloitte survey: Canadian companies find analytics increasingly important and are well positioned to capitalize on its potential.

Toronto, le 15 août 2013 – Deloitte a annoncé aujourd’hui les résultats de son sondage mondial sur les avantages de l’analytique (en anglais), une étude entreprise afin de mieux connaître l’état de préparation analytique des grandes organisations et de dégager des perspectives pour l’avenir

L’étude a été menée au moyen de plus de 100 questionnaires en ligne et de 35 entrevues de fond effectuées auprès de hauts dirigeants de sociétés au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Chine.

« En comparaison avec les autres grands joueurs internationaux, le Canada a pris davantage de temps pour adopter et utiliser l’analytique en affaires », a indiqué Marie-Claude Ferland, directrice principale, Services d’analytique de Deloitte. « Toutefois, nous pouvons demeurer optimistes, alors que l’on remarque un intérêt grandissant pour l’analytique au pays, et ce, surtout dans les industries dynamiques de l’énergie et des ressources. »

Alors que les premiers utilisateurs de l’analytique aux États-Unis étaient généralement des sociétés fournissant des services Web, au Canada par contre, ce sont les banques qui ont utilisé l’analytique pour entretenir et même élargir leurs réseaux, et le secteur public qui en a fait l’application pour résoudre des enjeux de conformité et d’efficacité.

Constatations issues du sondage mondial

  • Marketing et clientèle – Plus de la moitié des entreprises sondées (55 %) reconnaissent l’influence de l’analytique sur la conduite de leurs affaires alors que les équipes de marketing et de vente investissent dans ce service, tout juste après le financement des opérations.
  • Défi structurel – Au sein de certaines entreprises, ce sont les dirigeants qui sont responsables des services d’analytique. Pour d’autres (20 % des répondants), aucun cadre n’est responsable des données et de l’analytique au sein de leur organisation. Par contre, quand un tel responsable est identifié, 23 % des répondants mentionnent que ce sont les chefs d’unité et 18 % les chefs des finances. Cette constatation soulève donc des problèmes de structure et de communication. Il devient clair que pour profiter de la valeur maximale des services d’analytique, une coordination et une synchronisation doivent exister. Ainsi, des discussions internes devraient avoir lieu afin de déterminer à qui appartiendrait la responsabilité des activités d’analytique.
  • Des obstacles majeurs à surmonter – 42 % des entreprises interrogées croient que leurs employés ne possèdent pas les aptitudes requises en analytique. Il faudra du temps aux organisations pour pleinement tirer parti du potentiel de l’analytique, car il leur faudra surmonter plusieurs obstacles importants, dont la gestion des données et l’accès aux talents en particulier. De plus, 31 % des entreprises croient que les données qu’elles possèdent pourraient être utiles, mais elles se présentent seulement sous la forme de silos ou en cloisons fonctionnelles.
  • L’analytique devient de plus en plus pertinente – Un total de 96 % des entreprises sondées croient qu’il sera de plus en plus important pour leur organisation d’utiliser l’analytique, et ce, au cours des trois prochaines années. Parallèlement, près de la moitié (49 %) affirment que le principal avantage de l’analytique est son application afin d’améliorer le processus décisionnel.

« Les entreprises font de grands progrès sur le plan de l’intégration des services d’analytique à leurs activités. Cependant, elles doivent également posséder le talent disponible pour retirer le plus d’information possible des données analysées. Contrairement la situation mondiale, le Canada peut compter sur un bassin important de personnes de talent qui ont suivi un cursus d’études avancées, qui sont pertinentes à l’application de l’analytique. Ces gens de talent sont bien positionnés pour répondre à la demande qui ira en grandissant », a ajouté Mme Ferland. Les entreprises canadiennes cependant devront continuer de collaborer avec les établissements d’enseignement postsecondaire afin d’inclure les aptitudes requises à la pratique de l’analytique. »

Téléchargez le sondage mondial sur les avantages de l’analytique (en anglais). Pour de plus amples renseignements, vous pouvez également visiter les Services d’analytique de Deloitte.

À propos de Deloitte
Deloitte, l'un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers. Deloitte LLP, société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l’Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Au Québec, Deloitte exerce ses activités sous l'appellation Deloitte s.e.n.c.r.l., une société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois du Québec.

Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses sociétés membres, voir www.deloitte.com/ca/apropos.

Personnes-ressources

Mary Warner
Hill+Knowlton Strategies Canada
416-413-4761
mary.warner@hkstrategies.ca

Sarah Moreau
Hill+Knowlton Stratégies Canada
514 395-0375 ext. 234 / 1 514 219-2764
Sarah.Moreau@hkstrategies.ca

Avez-vous trouvé ceci utile?