Points de vue

Comment les 50 Mieux gérées au Canada abordent l’écart de productivité

Il s’agit d’investir dans les nouvelles technologies, le matériel et la formation

Pour accroître productivité et valeur pour chaque heure travaillée, les entreprises doivent investir en technologie et revoir leurs processus.

La médiocre productivité du Canada déconcerte gouvernements et entreprises depuis plus d’une génération.

En dépit de 30 années de réformes politiques et de nouveaux incitatifs des gouvernements, des meilleurs taux effectifs marginaux d’imposition des dépenses en immobilisations du G7 et d’un des meilleurs niveaux de soutien fiscal à la R&D des pays de l’OCDE, la croissance de la productivité au Canada continue d’accuser du retard. À l’heure actuelle, une heure travaillée au Canada rapporte 13 $ de moins qu’aux États-Unis et 29 $ de moins qu’en Norvège. Les entreprises canadiennes continuent de sous-investir dans le matériel et l’outillage ainsi que dans les technologies de l’information et des communications.

Pourquoi? Depuis plusieurs années, Deloitte étudie les raisons derrière l’écart de productivité chronique du Canada.

Notre dernière étude indique que les attitudes et les perceptions des entreprises y jouent un rôle important. En effet, plus du tiers des entreprises sont trop confiantes : elles croient que leurs investissements dans la productivité les font progresser alors que ce n’est pas le cas. En fait, elles investissent moins. Seul un petit pourcentage d’entreprises canadiennes, les « entreprises statiques », savent qu’elles investissent moins que leurs pairs, et elles acceptent ce fait.

De nouvelles technologies peuvent mener à de nouvelles façons de travailler; une nouvelle observation peut mener à une amélioration jamais envisagée jusque-là.

Toutefois, de nombreuses entreprises canadiennes sont conscientes de la situation. Ces sociétés dynamiques sont optimistes, innovatrices et prennent des risques. Elles gardent leur longueur d’avance et font en sorte d’investir davantage que leurs pairs pour améliorer leur productivité.

Nous avons rencontré plusieurs sociétés de ce type au fil des années dans le cadre de notre programme des Mieux gérées.

Les sociétés les mieux gérées savent comment améliorer leur productivité

Ces sociétés comprennent que pour améliorer leur productivité, elles doivent trouver et adopter de nouvelles façons de fonctionner afin que chaque heure travaillée génère plus de valeur. L’amélioration de la productivité consiste à réviser et à simplifier pratiques et processus (partager sur Twitter). Ce projet d’amélioration consiste aussi à faire des investissements intelligents et parfois importants dans les nouvelles technologies, les nouveaux outils et la formation.

Dans le livre, Power of the Best (en anglais), nous penchons sur ce qui distingue les sociétés les mieux gérées au Canada de leurs pairs. Dans un chapitre, nous explorons comment certaines de ces sociétés ont accru leur productivité et, par le fait même, leur compétitivité.

L’un des exemples mentionnés dans le livre porte sur un fabricant de comptoirs qui a considérablement amélioré sa productivité en réexaminant ses processus et en investissant dans la technologie.

Pendant des années, cette société a suivi les pratiques sectorielles courantes. Les installateurs mesuraient l’espace pour le comptoir et créaient ensuite un modèle de comptoir en carton. Une fois par semaine, ces modèles étaient transférés des bureaux de vente à l’une des deux installations de fabrication, où les modèles étaient numérisés et les plaques coupées. Délai d’exécution? Dix jours dans le meilleur des cas.

La société a réalisé qu’elle mesurait deux fois pour couper une fois et qu’elle gaspillait donc temps et carburant à transporter les modèles en carton. Il était évident que les modèles en carton devaient être éliminés, mais la société est allée encore plus loin : elle a numérisé l’ensemble du processus et a effectué un investissement important dans les technologies mobiles afin que les installateurs aient un contact direct avec les ateliers.

Résultat? Une meilleure précision et une productivité accrue. En remplaçant les modèles en carton par des évaluations numérisées sur place et en donnant aux installateurs un contact direct avec les usines de fabrication, la société a diminué de moitié les risques d’erreur et a grandement réduit les délais d’exécution. Dans l’ensemble, la société a constaté une amélioration de 33 % à 50 % de la productivité en raison de ces changements.

Tenez-vous au courant — et investissez

Les sociétés se contentent souvent de conserver les processus qu’elles ont toujours utilisés. Cependant, même si ce qui fonctionnait hier peut fonctionner aujourd’hui, rien ne garantit que cela fonctionnera demain.

Les sociétés devraient plutôt comparer leurs processus, leurs pratiques et performances à ceux de leurs concurrents, et chercher constamment des façons de s’améliorer. De nouvelles technologies peuvent donner lieu à de nouvelles façons de travailler; une nouvelle observation peut mener à une amélioration jamais envisagée jusque-là.

Les sociétés canadiennes ne peuvent pas se permettre d’être trop prudentes, complaisantes ou confiantes. Si nous voulons maintenir notre niveau de vie dans les prochaines années, nous devons impérativement accroître notre productivité en améliorant la façon dont nous travaillons. Des leaders comme les sociétés les mieux gérées au Canada montrent la voie à suivre en ce qui concerne l’amélioration de la productivité et la réussite dans le monde actuel incroyablement complexe et concurrentiel.

Votre société pourrait-elle faire partie des sociétés les mieux gérées au Canada? Visitez le site Web bestmanagedcompanies.ca pour en apprendre davantage sur le programme, nos critères et le processus de mise en candidature.

Avez-vous trouvé ceci utile?