Points de vue

Développement durable et avantage concurrentiel

L’adoption de bonnes pratiques en développement durable procure un avantage concurrentiel. Apprenez à les intégrer à vos activités.

Par Chantal Rassart

Les entités qui obtiennent les meilleurs résultats au chapitre des facteurs ESG (environnementaux, sociaux, de gouvernance) ou RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) ne perçoivent pas le développement durable comme un élément qui s’ajoute à l’organisation. Elles font plutôt du développement durable une partie intégrante de leur entreprise :

  • Elles l’intègrent à leur stratégie d’entreprise
  • Elles l’associent étroitement à leur marque de commerce
  • Elles l’associent étroitement aussi à leurs activités de base

C’est aussi un élément clé de leur prise de décisions; elles peuvent, par exemple, s’assurer que les partenaires de leur chaîne d’approvisionnement et autres partenaires ont aussi établi des pratiques fiables de développement durable. Pour évaluer et communiquer leurs activités liées au développement durable, elles ont recours à des unités de mesure reconnues. Parmi ces dernières, on compte celles établies par la Global Reporting Initiative (GRI). et peuvent ainsi s’assurer d’employer des pratiques transparentes et facilement comparables à celles d’autres entités1.

Rehausser le rendement en développement durable grâce à ces 3 questions :

  1. Quelle est notre définition du développement durable? Avons-nous une politique en développement durable? Si oui, le conseil, la direction et les employés peuvent-ils la consulter? Comprenons-nous bien les attentes de nos parties prenantes en développement durable? À quel point notre définition correspond-elle au sens que nos parties prenantes lui donnent?
  2. Associons-nous le développement durable à une activité philanthropique? Exécutons-nous nos activités liées au développement durable en plus ou en périphérie de nos activités commerciales de base ou les avons-nous pleinement intégrées à l’ensemble de nos stratégies et idées?
  3. Comment présentons-nous nos activités liées au développement durable? Évaluons-nous nos progrès au moyen d’unités de mesure reconnaissables et comparables? Sommes-nous certains que notre réputation en développement durable correspondra aux attentes des parties prenantes qui prennent le temps d’examiner nos pratiques?

Adopter des pratiques ESG ou RSE
Le développement durable ne s’entend pas simplement de la responsabilité environnementale. Les investisseurs et d’autres intervenants parlent de plus en plus des facteurs ESG ou RSE. Ces deux termes suggèrent que le développement durable est lié à divers facteurs éthiques, sociaux et de gouvernance, dont le milieu de travail et les relations avec la collectivité, la conformité et la présentation de l’information – en plus de l’incidence de l’organisation sur l’environnement. Le comportement social des organisations est soumis à l’examen étroit de tous les intervenants du marché – y compris les investisseurs, les membres du personnel, les organismes de réglementation, les concurrents, les clients et les collectivités – et il fait partie intégrante du processus décisionnel en matière d’investissement, d’affaires, d’achat et d’emploi.

Selon des études réalisées par divers organismes comme la Deutsche Bank2 et la Business School de l’université Harvard3, un rendement enviable en développement

Les entités ayant adopté de bonnes pratiques de développement durable obtiennent habituellement de meilleurs résultats et ont accès à de meilleures conditions de financement.

durable ne suffit pas à lui seul à procurer ces avantages; les organisations doivent communiquer cette information afin que leurs parties prenantes puissent intégrer ces engagements, activités et réalisations en matière de développement durable à leur prise de décisions.

Prenez les devants avec le développement durable
Les organisations disposent de nombreux moyens pour acquérir un avantage sur leurs concurrents. Parmi ces moyens, on compte ceux-ci :

  • Être un employeur de choix pour les personnes les plus talentueuses;
  • Être en mesure d’obtenir les meilleures conditions de financement;
  • Faire des affaires avec les meilleurs partenaires qui soient dans la chaîne d’approvisionnement;
  • Et, bien entendu, être un fournisseur de choix pour les clients.

Le développement durable est un facteur important pour les sociétés qui veulent réunir et maintenir ces facteurs de concurrence clés.

Téléchargez la publication

Ressources :

 

1. Les lignes directrices de présentation G3.1 du GRI sont disponibles à l’adresse www.globalreporting.org.
2. Sustainable Investing: Establishing long-term financial performance, DB Climate Change Advisors, Deutsche Bank Group, juin 2012.
3. Beiting Cheng, Ioannis Ioannou et George Serafeim, Corporate social responsibility and access to finance, Harvard Business School, working paper pp. 11-130, mai 2012.

Chantal Rassart est leader de la gestion des connaissances en Certification et Services-conseils chez Deloitte Canada.

Avez-vous trouvé ceci utile?