Sample

Sample

The page intro

Perspectives économiques | mai 2020

Mise à jour des prévisions financières et économiques trimestrielles canadiennes

Après une contraction annualisée de 10 % au premier trimestre de 2020, la production économique canadienne devrait chuter au deuxième trimestre en raison de la fermeture des marchés dans toutes les régions du pays et de la chute des prix du pétrole qui s’est poursuivie. Le produit intérieur brut réel devrait subir une contraction annualisée de plus de 50 % au cours du deuxième trimestre. La courbe des nouveaux cas de la COVID-19 s’aplatissant dans la majorité du pays, la reprise des marchés sera graduelle et l’activité économique demeurera faible tout au long de l’été. Nous prévoyons qu’une lancée s’installera au cours du troisième et du quatrième trimestres de 2020, avec une croissance dans les deux chiffres pour chacun des trimestres.

Cette publication mise à jour présente d’autres perspectives des économistes de Deloitte sur les prévisions financières et économiques pour le Canada, les provinces et nos secteurs.

Rapport trimestriel Perspectives économiques
L’économie canadienne frappée par la pandémie mondiale et le choc des prix du pétrole

Téléchargez le rapport

Perspectives économiques | mars 2020

L’économie canadienne frappée par la pandémie mondiale et le choc des prix du pétrole

Les impacts de la pandémie COVID-19 et toutes les perturbations économiques et financières qui y sont associées devraient faire vaciller l’économie canadienne. L’économie a connu un léger déclin au cours du premier trimestre. Nous prévoyons une contraction significative au deuxième trimestre, et cette dernière devrait s’estomper au troisième trimestre. Cependant, il est essentiel de comprendre que la COVID-19 finira par passer. Le virus finira par s’éteindre, comme l’ont fait les épidémies du passé, ouvrant la voie à une reprise de l’activité économique plus tard en 2020 et en 2021.

Selon notre scénario de référence, l’économie canadienne devrait connaître une baisse de 0,2 pourcent du PIB réel cette année, concentrée au deuxième trimestre. Le degré de fragilité de l’économie est tempéré par l’effort coordonné de nombreux gouvernements et banques centrales pour fournir une stimulation fiscale et monétaire. La Banque du Canada devrait encore réduire le taux directeur de 50 points de base, diminuant le taux de financement à un jour de 0,25 pourcent. Le gouvernement fédéral a annoncé un financement pour faire face à l’impact direct de la COVID-19 et des mesures pour aider à soutenir le financement des entreprises. Le prochain budget fédéral 2020 aura aussi pour effet de stimuler l’économie. Les gouvernements provinciaux répondront aussi, mais seront limités par des contraintes fiscales. Les mesures politiques ne peuvent pas entièrement compenser pour toutes les fragilités économiques, mais elles peuvent aider à atténuer certains des risques négatifs et peuvent aussi avoir un effet psychologique positif. À mesure que la COVID-19 est contenue, que le nombre de cas actifs diminue, et que l’impact de la relance se fait ressentir, nous attendons un regain de la croissance économique plus tard cette année et jusqu’en 2021.

Comment les entreprises doivent-elles répondre? Avant tout, les entreprises doivent traiter les risques, en accordant la priorité à leur personnel. En second lieu, des mesures de gestion seront nécessaires pour naviguer ces temps économiques difficiles, et assurer la continuité des activités. Cela inclut la gestion des perturbations sur les chaines logistiques, les flux de trésorerie et les liquidités. Ensuite, il est possible de tirer des leçons de la crise, et de mettre en oeuvre des décisions qui rendront l’entreprise plus forte, tels que l’amélioration de la flexibilité de travail ou procéder à des investissements clés. Enfin, les dirigeants d’entreprise doivent se préparer pour l’éventuel rebond économique qui pourrait se produire dans quelques mois ou trimestres. Là encore, la fragilité économique est comme une vallée et l’objectif principal est de soutenir les gens et de gérer les entreprises jusqu’à l’autre côté de cette vallée.

Rapport trimestriel Perspectives économiques
L’économie canadienne frappée par la pandémie mondiale et le choc des prix du pétrole

Téléchargez le rapport

Rapports archivés

Option d'affichage

Publications des Services-conseils en économie

Veuillez indiquer vos renseignements ci-après afin de recevoir les futures publications des Services-conseils en économie. Vous pouvez vous désabonner à tout moment. Nous respectons la confidentialité de vos renseignements personnels.


Webémissions COVID-19

Recueil de webémissions présentant des perspectives de Deloitte en lien avec la COVID-19

Personnes-ressource


Craig Alexander

Associé et économiste en chef
craigalexander@deloitte.ca
416-354-1020

Craig Alexander est le premier économiste en chef de Deloitte Canada, et il possède plus de vingt ans d’expérience dans le secteur privé à titre de cadre supérieur et d’économiste en chef dans les domaines de l’économie appliquée et des prévisions économiques. M. Alexander a effectué des recherches macroéconomiques et des analyses régionales et sectorielles, ainsi que des prévisions et de la modélisation relatives aux marchés fiscaux.

Il est également un conférencier passionné, et il est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en économie de l’Université de Toronto.

Site-within-site Navigation. Do not delete! This box/component contains JavaScript that is needed on this page. This message will not be visible when page is activated.