Perspectives

Parés pour le décollage

Cinq tendances majeures qui transformeront les services financiers

Afin de découvrir comment le secteur des services financiers est mis à l’épreuve et remodelé par les innovations perturbatrices, nous avons collaboré à une étude exhaustive avec le Forum économique mondial, intitulé The Future of Financial Services (L'avenir des services financiers). Nous avons mené plus d’une centaine d’entrevues auprès de hauts dirigeants, effectué des travaux d’analyse durant un an, et tenu une série d’ateliers mondiaux lors desquels des dirigeants des plus grandes institutions financières du monde ont rencontré des fournisseurs de technologies financières novateurs, des organismes de réglementation et des universitaires afin de débattre de l’avenir de leur secteur.

Ce que nous avons découvert, et que nous présentons dans notre nouvelle publication Parés pour le décollage, est que l’innovation se produit par grappes et qu’elles ont entre elles beaucoup d’éléments communs. Par exemple, elles traversent des lignes concurrentielles – les institutions en place soutiennent les nouveaux venus en leur donnant accès aux infrastructures et aux services, et, en retour, elles obtiennent d’eux des capacités d’avant-garde. Nous avons examiné de plus près comment ces grappes d’innovation fonctionnent et quelle est leur incidence sur les affaires, puis nous en avons dégagé cinq tendances majeures dans les domaines suivants :

  • les comptes principaux;
  • les paiements;
  • les marchés des capitaux;
  • la gestion de placements;
  • l’assurance.

Compte tenu de ce que nous savons et en présupposant certaines conditions, nous examinons comment chacune se frayera un chemin sur le champ de bataille des nouvelles technologies et des fournisseurs de services novateurs en émergence.

Téléchargez le rapport Parés pour le décollage

 

Organisez une rencontre pour discuter en profondeur des répercussions que peuvent avoir ces innovations perturbatrices et de la manière dont elles pourraient toucher votre entreprise;

 

L'avenir des services financiers

Un rapport de Deloitte et du Forum économique mondial 

Acteurs du secteur des services financiers, préparez-vous! Les perturbations sont déjà bien avancées. Que l’on parle de cryptomonnaies, de systèmes de paiement mobile, de financement participatif en ligne et de l’émergence de l’économie du partage, cela ne fait que commencer. En fait, l’idée dominante selon laquelle une perturbation est un événement unique et de grande envergure est tout simplement erronée. La pression incitant les institutions de services financiers à innover se poursuivra sans relâche.

Bien qu’il s’agisse d’un message qui vise l’ensemble du secteur des services financiers, nous croyons que le secteur de l’assurance doit y prêter attention en priorité. D’importants changements sont en voie de se produire et ils transformeront complètement et rapidement le secteur de l’assurance, en particulier celui de l’assurance vie, compte tenu de la montée des technologies prêt-à-porter, de la connectivité croissante (l’« Internet des objets ») et des nouvelles plates-formes novatrices permettant de regrouper les données.

En effet, Deloitte croit fermement que les innovations perturbatrices ne sont pas près de s’arrêter et qu’elles menaceront la structure traditionnelle du secteur financier, tout en créant des occasions de changement positif et de croissance. Le défi : le secteur des services financiers s’efforce de comprendre quelles innovations seront les plus pertinentes et de déterminer l’évolution des innovations émergentes, ainsi que les conséquences précises de cette évolution sur les institutions existantes.

Nous avons agi à titre de conseiller de projet pendant une année dans le cadre de l’élaboration d’un nouveau rapport du Forum économique mondial, un document de recherche détaillé qui examine l’incidence de l’innovation sur de nombreux aspects des services financiers. Ce rapport, intitulé The Future of Financial Services, se penche sur tous les aspects des services financiers, allant des paiements à l’assurance en passant par les dépôts, les prêts, la gestion des placements et les dispositions du marché.

Voici notre perspective sur les constatations du rapport :

  1. Les innovations dans le secteur des services financiers ne sont pas aléatoires – elles sont relativement prévisibles
    La plupart des gens croient que les innovations apparaissent sans prévenir. Quelqu’un, quelque part, créera une innovation brillante qui déstabilisera complètement le secteur des services financiers et que personne n’aura vue venir. Cependant, Deloitte croit qu’il est possible de prédire ces innovations. Les innovateurs dans le secteur tendent à se fonder sur deux critères : les points de friction les plus importants avec les clients (en d’autres termes, les éléments qui agacent ou frustrent les clients) et les occasions de rentabilité les plus importantes. Nous ne pouvons pas savoir précisément en quoi consisteront les innovations, mais nous pouvons généralement prédire les types d’innovations qui devraient apparaître en repérant les sources les plus importantes de friction avec les clients et les occasions de rentabilité les plus importantes.
  2. Les innovations qui ont le plus d’incidence sont celles qui utilisent des modèles d’affaires basés sur des plates-formes, axés sur les données et nécessitant peu de capitaux
    Généralement, les innovateurs qui réussissent ne visent pas des entreprises à forte intensité de capitaux ou qui sont fortement réglementées. Ils utilisent souvent des modèles basés sur des plates-formes et ils ont tendance à réussir auprès d’entreprises traitant de forts volumes de données, puisqu’elles fournissent un avantage en matière d’analytique qu’ils peuvent exploiter. Le crédit d’entraide en est un bon exemple, car les innovateurs créent des plates-formes plutôt que des institutions. Ils peuvent concevoir un modèle axé davantage sur les données pour évaluer la solvabilité des demandeurs de prêts. Comparativement aux méthodes traditionnelles des banques, ces modèles sont souvent en mesure de répondre plus efficacement aux besoins des clients.
  3. Le secteur bancaire subira en premier les effets de ces perturbations, mais c’est dans le secteur de l’assurance que les répercussions se feront probablement le plus sentir
    Le secteur bancaire est le premier segment des services financiers à ressentir réellement les effets des perturbations, car de nombreuses innovations ont déjà commencé à modifier le secteur bancaire traditionnel. Ceci étant dit, nous croyons que c’est le secteur de l’assurance qui devrait être le plus touché dans l’ensemble, notamment à en raison de l’émergence de la nouvelle « économie du partage ». De plus en plus, les gens partagent leurs actifs au lieu de les posséder entièrement (pensez à Zipcar, les systèmes de partage de bicyclettes ou Airbnb), et ce phénomène aura sans doute d’immenses répercussions sur le secteur de l’assurance. Le secteur de l’assurance vie devrait également subir d’importantes perturbations puisque les gens sont de plus en plus en mesure de transférer leurs données (par exemple en ce qui a trait à leur santé et à leur forme physique) sur des plates-formes qui peuvent évaluer les risques avec plus d’exactitude que les compagnies d’assurance traditionnelles ne peuvent le faire.
  4. Les institutions touchées par les perturbations devront utiliser des stratégies parallèles
    Les institutions financières traditionnelles devront trouver de nouvelles manières de livrer une concurrence vigoureuse aux nouvelles entreprises tout en essayant de collaborer avec elles. En outre, les mêmes technologies novatrices peuvent représenter à la fois une menace et une occasion. À titre d’exemple, le rapport souligne l’utilisation de systèmes décentralisés. D’une part, un système décentralisé peut être perçu comme la chaîne à galets (le répertoire de données distribuées qui sont à la base de toutes les cryptomonnaies) en ce qui a trait aux cryptomonnaies et aussi une menace potentielle pour les banques. D’autre part, ce type de technologie peut améliorer les activités de compensation et de règlement de la banque. En bref, ces systèmes créent certes de la concurrence, mais les banques peuvent les intégrer dans leurs activités pour rehausser leur efficacité.
  5. La collaboration entre les organismes de réglementation, les entreprises touchées par les perturbations et les nouveaux venus est nécessaire
    Voici comment la réglementation fonctionne habituellement : les organismes de réglementation déterminent quels sont les risques dans le système en se basant sur des années de données observables, ils examinent la manière dont les entreprises d’un secteur précis se livrent concurrence et mettent en œuvre des règlements pour minimiser les données aberrantes. Cependant, dans le milieu des innovations, les organismes de réglementation ne comprennent pas les changements qui vont se produire ni leur incidence. Puisque les innovations façonnent l’avenir, nous devons créer un système plus axé sur la collaboration entre les organismes de réglementation, les institutions traditionnelles et les nouveaux venus afin qu’ils se partagent les renseignements sur les innovations et leur effet sur les services financiers. Grâce à cette structure de collaboration, les organismes de réglementation comprendront mieux l’impact potentiel des innovations, leurs risques et la manière de les évaluer et de les surveiller.

Au cours des prochains mois, nous examinerons davantage certaines innovations et leur incidence sur chaque sous-secteur des services financiers, et nous vous fournirons des perspectives qui vous aideront à vous y adapter. Restez à ‘l’affût; vous ne voudrez pas les manquer.

Pour lire le rapport complet, veuillez cliquer ici, seulement en anglais.

Avez-vous trouvé ceci utile?
/*Eloqua tracking*/
/*LinkedIn Insights tag*/