Etude

Quels enjeux pour le secteur bancaire en République Démocratique du Congo ?

Un environnement macroéconomique fragile

Caractérisé par une forte dépendance à l’industrie extractive, principale source du PIB, mais aussi par une forte dollarisation de l’économie qui a commencé dans les années 90, motivée par un manque de confiance en la monnaie nationale et une stratégie de préservation du pouvoir d’achat et du revenu. Cette dollarisation de facto constitue un véritable problème car elle prive la Banque Centrale de son principal outil de politique monétaire.
La Banque Centrale du Congo ne dispose que l’équivalent de 4 semaines maximum d’importations en réserves de change, ce qui implicitement signifie qu’elle n’est pas en mesure d’injecter de la liquidité, en dollars, au sein d’une banque (dont plus de 90% de leurs dépôts et crédits sont en dollars USD) se trouvant dans le besoin.




Un secteur peu impactant et fragmenté

Avec une faible contribution à l’économie du pays , le total des crédits accordés par les acteurs du secteur ne représentant que 5,8% du PIB en 2019 (considérant l’ensemble des crédits accordés par les acteurs, soit 2,8 milliards de dollars USD en proportion du PIB , soit 48,46 milliards de dollars USD) et une pénétration financière demeurant également très faible (seulement environ 7% de la population congolaise ayant accès à un compte bancaire formel), le secteur bancaire congolais a encore du chemin à faire et des efforts à fournir notamment en matière d’inclusion financière et de capacité de financement des grands projets. Aussi, le secteur recense des banques caractérisées par des profils très différents les uns des autres internationa ux , loca ux , panafricains , à réseaux, corporate, etc..), ayant des approches qui divergent foncièrement en matière de management, de gouvernance, mais également en matières de gestion et d’appétence aux risques.







Des challenges à affronter se rapportant à l’environnement réglementaire international mais aussi à l’évolution technologique du business

L’appel au renforcement du dispositif de lutte anti-blanchiment des capitaux et financement du terrorisme émis par les départements d’Etat et du trésor américain ainsi que la mise en conformité des bilans des banques congolaises aux exigences du dispositif Bâle III, adopté et édicté par la Banque Centrale du Congo restent les défis majeurs auxquels sont confrontés les banques commerciales installées en RDC. De plus, en matière d’inclusion financière, la poursuite de la digitalisation des services financiers, laquelle offre aux acteurs la possibilité d’augmenter le taux de pénétration bancaire, permettra d’atteindre une nouvelle clientèle dans les zones non desservies par le réseau bancaire actuel, et ce, à moindre coût.





Quels enjeux pour le secteur bancaire en République Démocratique du Congo ?

${sous_titre}