Points de vue

Évaluation de l’auditeur par le Comité d'audit

Des Conseils d'administration hautement professionnalisés influencent la coopération et l'évaluation de la performance des auditeurs.

Article du journal « Handelszeitung », 7 février 2019

Les Comités d’audit occupent une place de plus en plus importante au sein de la gouvernance de grandes sociétés cotées en bourse. En règle générale, les Comités d'audit sont composés de membres non exécutifs et indépendants du Conseil d'administration qui, pour la plupart, ont de l’expérience dans les domaines de la finance et de la comptabilité. Principalement établis à l'origine pour éviter les scandales d’entreprises, les Comités d'audit constituent désormais un élément important dans l'évaluation des comptes annuels ainsi que dans la communication des résultats, du système de contrôle interne, mais également de la performance des auditeurs internes et externes. Mais comment procède-t-on concrètement à l'évaluation de la performance de l'auditeur?

Des indicateurs contraignants pour mesurer la qualité de l'audit ont déjà été établis à plusieurs reprises. Par exemple, l'association professionnelle internationale IAASB a élaboré un cadre conceptuel pour la qualité de l'audit appelé Audit Quality Framework. L'organisme Public Company Accounting Oversight Board (PCAOB) a également défini divers indicateurs permettant au Comité d'audit d'évaluer la qualité des audits. En Suisse, l'Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) a également élaboré des lignes directrices grâce au Guide du Comité d'audit afin d'aider les Comités d'audit dans leur collaboration avec l'auditeur. La pratique a montré que trois facteurs contribuent de manière significative à la qualité du travail des auditeurs externes.

Indicateurs possibles de la qualité de l'audit

Collaboration étroite

Sans surprise, le premier aspect essentiel concerne l'interaction entre le Comité d’audit et l'auditeur. Tous deux sont redevables envers les actionnaires : le Comité d'audit en tant qu'organe de surveillance et les auditeurs en tant qu'instance de contrôle. La relation de confiance doit donc être établie – en particulier entre le ou les président(s) du Comité d'audit et la direction de l'auditeur. Outre les compétences professionnelles essentielles et l'approche indépendante, il est donc important que les deux parties collaborent étroitement et se fassent confiance. À cet égard, Deloitte va encore plus loin : le responsable du mandat et l'équipe d'audit sont très soigneusement sélectionnés pour chaque société selon l'approche « Deloitte Business Chemistry » développée en interne. Elle prend en considération les différentes méthodes de travail et traits de personnalité.

Deuxièmement, l'évaluation périodique de la prestation d'audit au moyen de critères d'évaluation qualitatifs et quantitatifs est un élément important de la qualité d'audit. Il est recommandé qu'un Comité d'audit définisse des indicateurs dits de qualité des audits, qui mesurent le degré de réalisation des objectifs d'audit pour les comptes annuels (voir tableau). Ces indicateurs peuvent être, par exemple, l'expérience sectorielle de l'équipe d'audit, le degré de participation des spécialistes ou les résultats d'’inspections des organismes de réglementation. Il est important que les indicateurs soient élaborés conformément aux attentes du Comité d’audit. Il convient notamment de veiller à ce que la direction soit informée des attentes du Comité d'audit à l'égard de l'audit et soutienne les auditeurs en conséquence lors de l'audit. Cette procédure favorise également une communication transparente entre le Comité d’audit, la direction et les auditeurs.

Échange régulier d'informations

Troisièmement, l'échange d'informations entre le Comité d'audit et l'auditeur au cours de l'exercice revêt une importance primordiale. L'échange avec le Comité d'audit, par exemple lors de séances dites privées, permet d'enregistrer correctement les attentes et d'en rendre compte ultérieurement. Dans la pratique, le fait que les auditeurs soient généralement présents aux réunions du Comité d'audit s'est également avéré efficace. L'audit des comptes annuels contribue de façon essentielle au sentiment de confiance. Les technologies de pointe permettent désormais la collecte et l'évaluation d'énormes quantités de données. Il existe par ailleurs des méthodes de reporting nouvelles permettant l'obtention d'informations jusqu'alors inaccessibles ainsi que des possibilités d'intervention inédites au sein d'une entreprise. De même, la qualité d'un audit de comptes annuels dépend toujours de la participation de spécialistes hautement qualifiés et d'une solide expérience pratique. Enfin, le Comité d'audit joue aussi un rôle essentiel en veillant à ce que les auditeurs travaillent de manière ciblée et soient en mesure d'exercer leurs fonctions dans le cadre de la gouvernance d'entreprise de la meilleure manière possible et mesurable.

Cela vous a-t-il été utile ?