Article

Conseils exclusifs de notre spécialiste en recrutement : Sarah

Convaincre en entretien d’embauche par son authenticité

Sarah, une recruteuse, étudie jusqu’à 100 CV par semaine, et vous livre maintenant les clés d’un entretien réussi.

En tant que recruteur, tu as toi-même déjà mené plus de 500 entretiens d’embauche. Quelle est l’erreur que font la plupart des candidats ?

Celle de ne pas s’être préparé. Lorsqu’on ne se renseigne absolument pas sur l’entreprise, son domaine d’activités et le poste pour lequel on postule, cela peut donner un entretien assez pénible, très tendu. Nous n’attendons pas que le candidat connaisse tout sur le bout des doigts, mais ne pas se préparer ne permet pas de mettre toutes les chances de son côté. Cela indique, par exemple, qu’on ne se prépare pas aux réunions importantes, peut-être aussi qu’on n’est pas vraiment intéressé, et ce principe peut naturellement s’étendre au travail quotidien. A l’ère de l’information, les moyens dont nous disposons actuellement nous permettent d’accéder facilement aux informations dont nous avons besoin. Qui plus est, il faut avoir une bonne perception de soi et se présenter en entretien avec une attitude positive.

D’après toi, quelle attitude est à proscrire en entretien ?

Il arrive régulièrement que le candidat ait une mauvaise perception de lui-même et donne rapidement une impression d’arrogance ou d’orgueil. Le mieux, c’est un bon mix de confiance en soi et d’estime de soi. L’entretien devient aussi pénible quand le candidat ou la candidate dénigre son employeur et ses collègues actuels ou passés. Je ne peux que déconseiller cette attitude, car cela démontre un manque de loyauté. On se demande alors immanquablement si la personne parlera aussi de nous de cette façon une fois qu’elle nous aura quittés. Dans tout emploi, il y a forcément des choses qui nous plaisent moins, mais en entretien, ces choses-là peuvent être évoquées de manière adéquate.

A quoi êtes-vous particulièrement attentive lors des entretiens ?

Comme je l’ai dit, les candidats doivent se montrer intéressés et motivés, et aussi s’être préparés en conséquence. Il faut aussi veiller à ne pas formuler trop de phrases toutes faites, car nous voulons apprendre à connaître le candidat et non l’entendre débiter des réponses apprises dans les livres. On découvre plus tard, dans le travail de tous les jours, la vraie personnalité des gens – il est donc préférable de ne pas trop enjoliver ses réponses en entretien.
De nombreux candidats sont d’ailleurs persuadés que l’entretien d’embauche ne sert qu’à se présenter sous son meilleur jour afin d’intéresser le futur employeur potentiel et lui donner envie de nous recruter. Mais ils oublient qu’ils ont aussi le droit de savoir s’ils ont envie de travailler là et si le poste leur convient. Se préparer est donc essentiel, et les candidats doivent réfléchir en amont aux informations qui sont importantes à leurs yeux. A la fin de l’entretien, le candidat doit savoir s’il peut s’imaginer travailler pour l’entreprise. Et enfin, il faut se sentir bien au poste que l’on occupera.

De nos jours, on passe tellement de temps au bureau, il ne faut pas sous-estimer la composante sociale et le climat au travail.

Chez Deloitte, nous offrons d’ordinaire aux candidats la possibilité de prendre leur déjeuner ou une pause café avec d’éventuels futurs collègues. Cela se passe de manière plutôt informelle ; aucun membre des Ressources Humaines ni le futur supérieur ne sont présents. Il s’agit pour nous de savoir si le candidat et nous envisageons notre collaboration de manière similaire. Si l’employeur ne propose pas cela automatiquement, je conseille au candidat de le demander directement.

Tu vois chaque semaine défiler environ 100 candidatures et CV. A quoi fais-tu particulièrement attention ?

Dans un premier temps, je regarde si la mise en page est cohérente. Il faut éviter les variations de polices et de couleurs ; cela donne très vite une impression de copier-coller. Ensuite viennent les vérifications classiques : je regarde le parcours, la formation, les compétences importantes. Il est assurément judicieux de mâcher autant que possible le travail du recruteur, car celui-ci n’a que 30 secondes environ à consacrer à chaque CV. Alors, si le candidat indique d’emblée sa disponibilité, la charge de travail qu’il est prêt à assumer et ses prétentions de salaire, il facilite la vie du recruteur, mais aussi la sienne. C’est pourquoi il est essentiel de pouvoir être cerné en un coup d’œil et de proposer un fil conducteur. Dans une carrière, les périodes d’inactivité ne sont pas graves, mais il faut les expliquer spontanément dans le CV. Pour les citoyens étrangers, il est souhaitable d’indiquer son permis de travail.

Que conseillerais-tu en plus ?

Dans le processus de candidature, l’intérêt et la motivation sont généralement la clé. Nous recevons régulièrement des lettres de motivation dont nous devinons immédiatement qu’elles ont été envoyées à des milliers d’entreprises. Il faut à tout prix éviter de faire cela. Prenez la peine de rédiger une lettre personnelle, en faisant chaque fois référence à l’offre d’emploi et dites pourquoi le poste vous conviendrait. Combiné à un CV bien clair, une telle candidature vous offre toutes les chances de voir décoller votre carrière !

Cela vous a-t-il été utile ?

Sujets connexes