Article

Partez à la rencontre de Natalie

Senior Consultant, Deloitte Consulting

Entrée chez Deloitte il y a quatre ans en tant qu’analyste, Natalie Zeidler est aujourd’hui Senior Consultant. Son poste en Australie lui permet maintenant de découvrir de nouvelles facettes de sa personnalité.

Vous vivez et travaillez actuellement à Melbourne. Avez-vous toujours eu envie de voir le monde sous un autre angle?

Travailler à l’étranger est un rêve que je caresse depuis très longtemps. J’adore voyager et souhaitais de toute façon travailler quelque temps hors de Suisse. Pendant mes études à Saint-Gall et lors de mon semestre d’échange en Finlande, ce souhait n’a fait que se renforcer. J’y ai rencontré de nombreuses personnes qui disposaient d’un bon réseau international et avaient des histoires intéressantes à raconter. La perspective de pouvoir travailler par delà les frontières était d’ailleurs l’une des raisons qui m’ont poussée à postuler chez Deloitte en 2013.

Chez Deloitte, vous faites partie de «Nextland» – la nouvelle campagne de gestion des talents. Comment percevez-vous cette approche?

Dès mon entrée chez Deloitte, j’ai été séduite par l’ambiance très particulière: mes collègues sont vraiment très engagés et se mettent volontiers en réseau pour trouver ensemble de nouvelles solutions. C’est exactement l’esprit de cette campagne. La déclaration «let’s make an impact together» reflète fidèlement mon expérience chez Deloitte.

Quelles nouvelles perspectives se sont ouvertes à vous depuis votre entrée en fonctions?

Dans le domaine du consulting, on apprend très vite à se débrouiller dans un nouvel environnement. Néanmoins, j’ai découvert à cette occasion de nombreuses nouvelles facettes de ma personnalité. Depuis que je suis chez Deloitte à Melbourne, j’ai par exemple suivi une formation à la méditation, une discussion sur l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée et une table ronde sur le congé paternité. Pour moi, l’attitude australienne axée sur le bien-être est une source d'inspiration – sur le cinquième continent, l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée est pris très au sérieux! En même temps, les retours de mes clients australiens me convainquent que ma façon de travailler structurée et organisée est également bien accueillie hors de l’espace germanophone. Et j’ai appris que je suis une Suissesse plus typique que je ne le pensais (rire).

Comment parvenez-vous à rester en contact avec les membres de votre équipe, votre famille et vos amis en Suisse?

Nous entretenons des contacts très intensifs – surtout avec les amis et la famille. Mais je communique tout aussi régulièrement avec mon «ancienne» équipe en Suisse. D’ailleurs, on m’a déjà rendu visite – mes amis ici sont un peu envieux! En outre, mes collègues australiens me demandent souvent de les mettre en relation avec mes contacts en Suisse ou en Europe, et inversement.

Comment vous représentez-vous votre avenir – toujours avide de nouvelles expériences?

Je suis encore en phase de découverte – et j’espère que cela restera le cas. Même si je finirai par me poser un certain temps quelque part!

Article d'abord publiée chez Life Careersim

Cela vous a-t-il été utile ?