Communiqués de presse

Le secteur des biens de consommation surmonte une nouvelle année marquée par l’incertitude autour de l’économie mondiale

Nestlé, Swatch Group, Rolex, Emmi et Lindt & Sprüngli dans le Top 250 mondial

Zurich, le 21 avril 2015

En dépit des incertitudes économiques, les 250 plus grandes entreprises de biens de consommation ont généré un chiffre d’affaires de près de 3’100 milliards de dollars US pour l’année 20131. Ce qui revient à un chiffre d’affaires moyen par entreprise de 12,3 milliards de dollars US. Nestlé a conservé son rang de troisième mondial dans le secteur des biens de consommation. Swatch Group, Rolex et Emmi ont gravi quelques marches alors que Lindt & Sprüngli a fait son entrée dans le classement, selon le huitième rapport annuel « Global Powers of Consumer Products » de Deloitte.

« La baisse des cours du pétrole a un impact considérable sur l’économie mondiale, en accentuant les pressions désinflationnistes, notamment dans les marchés développés comme les Etats-Unis, l’Europe et le Japon » a déclaré Howard da Silva, Associé responsable du secteur Consumer Business pour Deloitte en Suisse. « Cette baisse a pour effet d’accroître le pouvoir d’achat des ménages dans les pays consommateurs de pétrole et contribue également à l’accélération de la croissance économique. »

Les entreprises suisses confortent leur position

Nestlé, premier groupe agroalimentaire mondial, a conservé sa troisième place dans le classement des 250 plus grandes entreprises de biens de consommation et a conforté sa position de numéro 1 du Top 10 des entreprises européennes du même secteur. Parmi les autres entreprises suisses figurant dans ce classement des 250 leaders mondiaux, on retrouve les sociétés horlogères Swatch Group (88e, +7 places par rapport à l’année dernière) et Rolex (139e, +12) ainsi que la société laitière Emmi (212e, +25). Ces bonnes performances témoignent de la bonne santé des entreprises suisses opérant à l’échelle mondiale dans ce secteur. Pour la première fois, le fabricant suisse de chocolat Lindt & Sprüngli entre dans le classement à la 244e place.

De nombreuses fusions et acquisitions dans le secteur des biens de consommation

Le nombre de transactions a augmenté tous les ans depuis 2009, pour atteindre en 2013 un total de 1’421 opérations réalisées par des entreprises du secteur des biens de consommation. Si l’on s’en tient aux chiffres enregistrés à ce jour, leur nombre total en 2014 devrait égaler ou surpasser le chiffre de 2013. Contrairement au volume, la valeur des transactions est en recul depuis 2009, tout du moins jusqu’en 2013 lorsque la valeur moyenne avait fortement rebondi. Cette baisse jusqu’en 2012 pouvait s’expliquer, en partie, par la chasse aux bonnes affaires du fait du ralentissement de la croissance mondiale qui a permis aux entreprises de faire main basse sur des actifs cédés à des prix bradés.

Howard da Silva commente : « La croissance organique reste un défi pour de nombreuses entreprises du secteur des biens de consommation. Les entreprises continueront donc de considérer les acquisitions stratégiques comme une bonne option afin d’accroître rapidement leurs parts de marché. Au cours des prochaines années, les entreprises du secteur des biens de consommation devraient continuer de procéder à des rachats et à des cessions afin de rationaliser et de recentrer leurs gammes de produits, en vue de gagner en agilité et en réactivité face à l’évolution des préférences des consommateurs. »

Entrer en connexion avec le consommateur connecté

Même si les consommateurs ont accès comme jamais auparavant à des informations sur les produits et à des conseils sur Internet pour les aider dans leurs achats, une étude récente2 de Deloitte révèle que, étonnamment, ils s’adressent beaucoup moins à des experts en produit ou service qu’à des proches, des amis et d’autres consommateurs. 60 % ont déclaré d’abord faire confiance à leur famille et à des amis ou aux critiques de consommateurs pour s’informer sur un produit ou un service, puis à des experts indépendants (43 %), au personnel des magasins/site Web du revendeur (16 %) et aux fabricants des produits (12 %).

« Les consommateurs se tournent de plus en plus vers ceux en qui ils ont confiance et, comme le montrent les statistiques, la confiance est un élément déterminant dans les habitudes d’achat des consommateurs », a déclaré Stefano Griccioli, Associé Consumer Business de Deloitte en Suisse. « Il est donc impératif qu’en échange du partage de leurs données personnelles les consommateurs aient la certitude que ces données seront protégées et qu’ils recevront de la valeur en retour. C’est l’un des grands défis que les entreprises du secteur devront relever. »

1 Englobe les exercices annuels jusqu’en juin 2014.

2 Deloitte Research, mai 2014

Global Powers of Consumer Products 2015

10 plus grandes entreprises des produits de consommation

Rang

Entreprise

Pays d'origine

2013
Chiffre d’affaires net (en millions USD)

2013
Chiffre d’affaires net (croissance)

1

Samsung Electronics Co., Ltd.

Corée du Sud

210,397

13.7%

2

Apple Inc.

Etats-Unis

170,910

9.2%

3

Nestlé S.A.

Suisse

99,485

2.7%

4

The Procter & Gamble Company

Etats-Unis

83,062

-1.3%

5

Sony Corporation

Japon

66,756

17.4%

6

PepsiCo, Inc.

Etats-Unis

66,415

1.4%

7

Unilever Group

Pays-Bas et Royaume-Uni

66,143

-3.0%

8

LG Electronics Inc.

Corée du Sud

53,489

14.1%

9

The Coca-Cola Company

Etats-Unis

46,854

-2.4%

10

JBS S.A.

Brésil

43,306

22.7%

Source: données publiées par les entreprises

A propos de l’étude

Le 8e rapport annuel Global Powers of Consumer Products publié par Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DDTL) identifie les 250 plus grandes sociétés du secteur des biens de consommation. Le classement se base sur des données rendues publiques pour l’exercice 2013 (comprenant les exercices des sociétés clos jusqu’en juin 2014).

Pour télécharger une copie du rapport complet, veuillez visiter la page Global Powers of Comsumer Products 2015.

***

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil et du corporate finance. Comptant plus de 1’300 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays avec environ 210’000 collaborateurs.

Note aux rédacteurs

Dans le présent communiqué de presse la désignation Deloitte fait référence à Deloitte SA, une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (’DTTL’). DTTL est une «UK private company limited by guarantee» (une société à responsabilité limitée de droit britannique), dont les sociétés affiliées constituent des entités juridiques indépendantes et séparées. Pour une description détaillée de la structure juridique de DTTL et de ses sociétés affiliées, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.

Deloitte LLP et ses filiales font partie des leaders dans le domaine de l’audit, de la fiscalité, du conseil et des fusions-acquisitions avec plus de 14 000 collaborateurs de premier plan au Royaume-Uni et en Suisse. Reconnu comme employeur de choix grâce à ses programmes novateurs en matière de ressources humaines, Deloitte LLP recherche l’excellence pour ses clients et ses interlocuteurs.

Deloitte SA est une société d’audit reconnue agréée et surveillée comme société d’audit agréée par l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

L’information contenue dans le présent communiqué est correcte au moment de sa distribution à la presse.

Cela vous a-t-il été utile ?