Mensch und Maschine

Communiqués de presse

Comment assurer la compétitivité à long terme de l’industrie manufacturière suisse ?

Deloitte et BAKBASEL se sont penchés sur les défis actuels et les opportunités de croissance pour les entreprises industrielles suisses

Zurich, le 11 novembre 2015

L’industrie manufacturière suisse voit son activité stagner. Une enquête réalisée auprès de 393 entreprises MEM1  révèle qu’une grande majorité d’entre elles (89 %) estiment que les perspectives de leur secteur sont peu encourageantes. Le franc fort et le développement économique volatil des principaux marchés de vente sont perçus comme des facteurs de risque critiques. Pour relever ces défis, les entreprises MEM suisses ont pris ces derniers mois différentes mesures orientées principalement sur le court terme. Cependant, si l’industrie manufacturière suisse souhaite rester compétitive à long terme sur le plan international, les entreprises MEM vont devoir suivre des stratégies de croissance systématiques. Deloitte et BAKBASEL en ont défini six.

En collaboration avec Swissmem, Deloitte et BAKBASEL ont interrogé près de 400 entreprises MEM en Suisse à propos des défis auxquels elles font face et de leurs perspectives de croissance. La grande majorité (89 %) des entreprises estiment que les perspectives de l’industrie manufacturière pour les douze prochains mois sont négatives.

Ralf Schlaepfer, Associé et Responsable du département Manufacturing de Deloitte en Suisse, décrit les risques auxquels fait face le secteur MEM : « La période stable entre l’introduction du taux plancher euro-franc en septembre 2011 et sa suppression en janvier 2015 avait donné une bouffée d’air à de nombreuses entreprises MEM et permis le maintien des emplois dans l’industrie suisse. La vigueur du franc suisse et l’instabilité actuelle de l’environnement économique mondial forcent désormais les entreprises MEM à s’adapter pour éviter une baisse de leurs marges. Pour y parvenir sur le long terme, elles doivent mettre en place de nouvelles mesures stratégiques, et de plus grande ampleur. »

1MEM = machines, équipements électroniques et métaux. Voir http://www.swissmem.ch/fr/industrie-politique/sur-lindustrie.html

Possibilités de croissance – Stratégies pour les entreprises industrielles suisses

Mesures actuelles face au franc fort

Depuis janvier 2015, les entreprises MEM suisses ont pris différentes dispositions opérationnelles pour faire face à la vigueur du franc fort et à d’autres risques. L’approvisionnement à l’étranger (77 %) gagne en importance, tout comme les mesures d’amélioration de la productivité et la gestion rigoureuse des coûts des produits (70 % dans les deux cas) ou encore les baisses de prix (69 %).

« Les mesures comme les baisses de prix permettent de maintenir la compétitivité à court terme, mais elles finissent par réduire les marges et la capacité d’investissement. Les entreprises MEM suisses doivent donc trouver une stratégie d’innovation équilibrée sur la durée. Les entreprises qui réussissent sont celles qui effectuent des changements à long terme et qui sécurisent ainsi leur avenir, même en période de crise », affirme Ralf Schlaepfer.

En ce qui concerne les mesures envisagées ou prévues, la délocalisation de tout ou partie des étapes de création de valeur vers la zone euro arrive en tête (24 %). Si l’on y ajoute les 22 % d’entreprises MEM qui ont déjà pris cette mesure depuis le début de l’année, il s’agit là d’une tendance importante en réponse à la vigueur du franc suisse. A cela s’ajoute encore le fait que les investissements et le développement des activités à l’étranger arrivent en deuxième place des mesures prévues pour 22 % des répondants.

Comme l’explique Michael Grass, Membre de la Direction de BAKBASEL : « Toute l’industrie connait actuellement une phase de stagnation. Pourtant, les conditions pour le développement à moyen et à long termes au cours de la décennie à venir sont plus favorables que ceux que nous connaissons aujourd’hui. Les possibilités qui s’offrent à l’industrie manufacturière suisse restent donc intactes. Toutefois, pour continuer à assurer leur compétitivité sur le plan international, les entreprises manufacturières suisses doivent mener les « bonnes » stratégies de croissance à long terme. »    

Une croissance durable pour préserver la compétitivité

Sur la base des résultats de l’enquête, de discussions avec des experts et d’analyses économiques, Deloitte et BAKBASEL ont recensé six stratégies de croissance permettant aux entreprises industrielles suisses de poursuivre durablement leur croissance dans l’environnement actuel :

  1. Poursuivre la fidélisation des clients. L’épuisement de la clientèle existante reste un problème central, et l’acquisition de nouveaux clients par la personnalisation est donc de plus en plus importante. Deux tiers des entreprises interrogées (67 %) comptent croître au cours des trois prochaines années sur la base de leurs clients actuels. Elles sont 83 % à vouloir intensifier leurs efforts pour acquérir de nouveaux clients. La fidélisation des clients par la personnalisation des produits et services constitue une possibilité de croissance pour 63 % des répondants.
  2. Se développer à l’échelle mondiale. Les marchés traditionnels de l’industrie MEM suisse, notamment l’Allemagne, les États-Unis et la Chine, offrent encore un potentiel de croissance. Plus de la moitié des entreprises interrogées (57 %) estiment cependant que l’expansion sur de nouveaux marchés géographiques va contribuer de manière importante à leur croissance.
  3. Développer de nouveaux services. Près de la moitié des répondants (47 %) considèrent le développement de leurs activités de services comme une stratégie de croissance importante. Le fait d’associer aux produits industriels des services offrant une marge plus élevée présente un avantage concurrentiel, tout comme le lancement de nouveaux services exclusifs. Les solutions de type « Industrie 4.0 » présentent un potentiel élevé.
  4. Innover au-delà du produit. Près de la moitié (45 %) des entreprises interrogées estiment que le développement de nouvelles offres à valeur ajoutée va contribuer de manière importante à leur croissance. L’innovation en matière de produits et de processus arrive en tête de liste. Les projets d’innovation ne sont cependant pas encore axés sur l’Industrie 4.0 et les technologies exponentielles alors qu’elles sont vues comme le futur de l’industrie manufacturière.
  5. Générer une croissance externe. Un quart des répondants (24 %) pensent que les fusions et acquisitions joueront un rôle important dans la croissance future ; 40 % misent quant à eux sur les alliances et les partenariats. Les fusions et acquisitions permettent surtout de combler des lacunes technologiques et de se développer dans des secteurs d’activités connexes.
  6. S’appuyer sur l’excellence opérationnelle. Dans un environnement économique difficile où le fait de produire en Suisse coûte cher, l’optimisation des processus d’entreprise est une condition indispensable à la croissance.

L’étude Opportunités de croissance – Stratégies pour les entreprises industrielles suisses

Cette étude réalisée conjointement par Deloitte et BAKBASEL examine les possibilités et les stratégies de croissance des entreprises industrielles suisses. Pendant l’été 2015, avec le soutien de Swissmem, Deloitte et BAKBASEL ont interrogé 393 entreprises suisses du secteur des machines, des équipements électroniques et des métaux à propos de leurs opportunités de croissance. Les résultats de cette enquête ont été ensuite approfondis par des entretiens individuels avec des représentants du secteur MEM et des pouvoirs publics. Les possibilités de croissance ont quant à elles été analysées au niveau macroéconomique comme au niveau microéconomique. Les stratégies qui en découlent constituent des réponses possibles face au durcissement du contexte économique et de la concurrence mondiale auquel les entreprises MEM suisses sont actuellement confrontées. Elles peuvent servir de point de départ pour leur développement futur.

L’étude réalisée cette année s’inscrit dans la lignée des études Deloitte Livre blanc sur l’industrie manufacturière suisse (2012), L’innovation réinventée (2013) et Industrie 4.0 (2014).

Vous trouverez les résultats complets de l’étude Possibilités de croissance – Stratégies pour les entreprises industrielles suisses de Deloitte et BAKBASEL sur notre site Internet (étude disponible en anglais et en allemand).

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil et du financial advisory. Avec plus de 1’400 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays avec environ 225’000 collaborateurs.

BAKBASEL

BAK Basel Economics AG (BAKBASEL) est un institut suisse indépendant de recherche élaborant des analyses et des pronostics économiques depuis 1980. Il propose des prestations de conseil au niveau quantitatif et empirique. L'accent est mis sur les questions économiques globales et spécifiques aux différentes régions et branches tant sur le plan conjoncturel que structurel.

Note aux rédacteurs

Dans le présent communiqué de presse la désignation Deloitte fait référence à Deloitte SA, une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited ('DTTL'). DTTL est une « UK private company limited by guarantee » (une société à responsabilité limitée de droit britannique), dont les sociétés affiliées constituent des entités juridiques indépendantes et séparées. Pour une description détaillée de la structure juridique de DTTL et de ses sociétés affiliées, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.

Deloitte LLP et ses filiales font partie des leaders dans le domaine de l'audit, de la fiscalité, du conseil et des fusions-acquisitions avec plus de 14'000 collaborateurs de premier plan au Royaume-Uni et en Suisse. Reconnu comme employeur de choix grâce à ses programmes novateurs en matière de ressources humaines, Deloitte LLP recherche l'excellence pour ses clients et ses interlocuteurs.

Deloitte SA est une société d’audit agréée et surveillée par l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

L'information contenue dans le présent communiqué est correcte au moment de sa distribution à la presse.

Cela vous a-t-il été utile ?