Etude

Africa CEOs Survey 2020

Une crise du Covid-19 qui accélère des transformations structurelles déjà engagées sur le continent

Au-delà de l’impact sanitaire et économique qui pèse sur le moral à court terme des populations et des dirigeants des entreprises africaines, la crise Covid-19 révèle la résilience de l’Afrique et accélère les transformations structurelles engagées depuis plusieurs mois : coopération et intégration économique, digital, progression de la gestion des risques et de la gouvernance, financements alternatifs, émergence d’une responsabilité sociétale et environnementale, développement des talents, explique Brice Chasles, Managing Partner de Deloitte Afrique.

Baisse de l’activité et impact sur le moral des dirigeants

Passant de 80% à 25%, l’optimisme des dirigeants du secteur privé africain pour l’année 2020 a été fortement impacté par la crise Covid-19. En effet, 95% des entreprises africaines affirment avoir subi un impact négatif sur leur chiffre d'affaires, bien que l’amplitude diffère suivant les industries. S’agissant des secteurs Consumer, Financial Services et Énergie, les répondants les plus optimistes avant la crise, ils sont aujourd’hui ceux qui ont connu le changement de point de vue le plus drastique, devenant ainsi les plus pessimistes. A contrario, les secteurs Agro-industrie, Santé et Education ont été les moins affectés par l’impact du Covid-19. Les dirigeants d’entreprises africaines affichent néanmoins un niveau de confiance élevé quant à un retour à la normale d’ici courant 2021.

 

Priorité à la santé et à la continuité des opérations

En termes de mesures d’urgence, les dirigeants d'entreprises africaines ont généralement donné la priorité à la santé des employés et à la continuité des opérations via le télétravail ; la problématique de financement venant en 3ème position.

 

Accélération du digital et modernisation de l’économie

Pour 98% des dirigeants, la crise Covid-19 conduit à une accélération de l’importance du digital dans leurs opérations et dans la modernisation de l’économie. Les évolutions structurelles qui sont également citées par ordre d’importance décroissante : le déploiement large du télétravail au sein des organisations, un plus grand investissement des entreprises dans la santé, les restrictions en matière de déplacement, la modification des chaînes de valeur au niveau mondial et un changement profond dans les modes de consommation.

 

L’enjeu est d’intensifier la coopération public-privé au sein d’écosystèmes viables pour permettre au « business model africain » naissant de changer d’échelle et de contribuer encore plus fortement au développement économique du continent, poursuit Brice Chasles, Managing Partner de Deloitte Afrique.

 

Africa CEOs survey 2020

Vers l’émergence d’un business model africain

${description}