L'aube d'un changement structurel majeur dans les assurances en Tunisie

Tendance

L’aube d’un changement structurel majeur dans les assurances en Tunisie

Porté par l’hégémonie de l’assurance dommages, le secteur de l’assurance en Tunisie peine à se développer sur l’assurance de personnes, malgré des potentialités de croissance très prometteuses.

Le marché tunisien

Un marché dominé par l’assurance dommages


Porté par l’hégémonie de l’assurance dommages (près de 70% des primes émises, principalement sur l’activité automobile*), le secteur de l’assurance en Tunisie peine à se développer sur l’assurance de personnes, malgré des potentialités de croissance très prometteuses, sachant que cette filière atteint 58% de parts de marché au niveau mondial (selon l’étude « Sigma » publiée par Swiss Ré, réalisée en 2012).


Avec la faible diversité et l’émiettement des produits d’assurance de personnes à travers la distribution des produits d’assurance-vie par les filiales spécialisées et des autres produits d’assurance des personnes par les filiales non-vie, les compagnies d’assurance n’arrivent pas à créer une dynamique (15,5% pour l’assurance vie et 14,5% pour l’assurance groupe maladie*) et restent focalisées sur l’activité d’assurance non-vie.


Dans un contexte post-révolution marqué par de graves troubles économiques, le secteur de l’assurance doit se réformer afin de stabiliser l’économie tunisienne en jouant un rôle essentiel dans le financement et le développement des entreprises et des structures publiques.
 

2014, l’année de la réforme du secteur de l’assurance

Trois ans après la révolution de janvier 2011 et une phase politique transitoire en voie d’achèvement, 2014 est l’année de toutes les ambitions du secteur de l’assurance en Tunisie à travers le lancement d’une réforme qui annonce des changements profonds. Au-delà des mesures visant à renforcer le cadre réglementaire, à améliorer la productivité et la compétitivité des compagnies d’assurance et à mettre en place une meilleure gouvernance, l’annonce éventuelle de la séparation des activités d’assurance dommages et d’assurance des personnes risque de redéfinir le paysage des acteurs de l’assurance en Tunisie.


L’obligation de mettre en place des structures d’assurance des personnes (que ce soit en créant de nouvelles filiales ou de renforcer les filiales d’assurance vie) obligerait les compagnies à revoir leur stratégie et d’étudier les différents scénarios qui s’imposent (spécialisation sur l’assurance dommages, restructuration des filiales d’assurance vie, mise en commun des structures d’assurance des personnes pour un pool de compagnies d’assurance…).
 

Une redéfinition du paysage de l'assurance en Tunisie

Au-delà de la transformation des compagnies d’assurance actuelles, ce changement structurel pourrait amorcer une mutation profonde du secteur avec des opérations de rapprochement entre sociétés d’assurances, l’entrée d’acteurs internationaux …

 

Cet épisode qui risque d’être douloureux pourrait être salutaire à moyen terme permettant d’installer un environnement concurrentiel sain, avec un affrontement sur le terrain du service au client, la distribution de produits innovants qui répondent aux impératifs socio-économiques que connait la Tunisie.