big data

Etude

Big Data

Une ressource à exploiter en Afrique

Du web, du mobile ou des objets connectés émanent chaque jour un volume de données absolument phénoménal, et cela va continuer d’augmenter. Les entreprises et institutions ont pris conscience de l’importance des Big Data et désirent en extraire de la valeur. Sur ce chapitre, le continent africain a de nombreuses opportunités à saisir.

Générer de la valeur avec les Big data… oui, mais comment ?

Transactions, conversations et partages d’images et de vidéos via les messageries électroniques et les réseaux sociaux, données de géolocalisation, données personnelles, données de santé : nous faisons face à de très nombreuses sources et types de données. Les Big data peuvent aider à prendre de meilleures décisions, à condition de savoir comment les utiliser.

 

Pour cela, il faut d’abord faire un état des lieux des données dont l’entreprise ou l’organisation dispose en se posant quelques questions essentielles : quelles sont les données à ma disposition ? Sont-elles fiables ? Comment les récolter et les analyser ? Et surtout, à quoi vont-elles servir ? La réflexion ne peut se mener qu’en pensant à la finalité de l’utilisation des données. Actuellement, de nombreux acteurs utilisent les données de leurs clients pour suivre leurs comportements et les fidéliser. Elles peuvent également servir à orienter des décisions stratégiques.

Premiers intéressés : les opérateurs télécoms africains

En Afrique, le taux de pénétration du mobile est en voie de passer la barre des 70 % et devrait atteindre 80 % d’ici 3 ans.

Les télécoms occupent une place centrale dans les économies nationales et évoluent dans un marché ultra-concurrentiel. Grâce à la maîtrise de la donnée, les opérateurs peuvent développer des services adaptés en fonction de la connaissance des abonnés et des opérations effectuées sur leurs réseaux.

L’idée est de proposer des offres personnalisées en fonction des besoins et des attentes des utilisateurs. La valorisation des Big data télécoms peut aussi provenir de la capacité à proposer aux annonceurs des services de publicité géo-localisés. 

Les données permettent également de lancer d’autres services innovants dans les domaines de la santé, l’éducation ou l’agriculture via les projets de services publics mobiles et/ou numériques (m-santé /e-santé, e-éducation, e-agriculture, etc.).

Les Big data au service de grands projets structurants

Différents projets de développement ont déjà pu bénéficier de l’exploitation des Big data. Ainsi, plusieurs transformations ont été menées à bien en ce qui concerne l’adaptation des infrastructures et des politiques de transports.

 

L’exemple a été donné en Côte d’Ivoire, où la collecte de milliards d’informations statistiques produites par le trafic mobile de 5 millions d’abonnés a permis d’améliorer le réseau autoroutier (construction de deux routes) et de réaffecter des bus en fonction des besoins. Au Kenya, la plateforme MajiVoice permet aux citoyens de signaler en temps réel des problèmes d’accès à l’eau portable. Ces exemples ne sont qu’une goutte d’eau dans l’étendue infinie des possibilités offertes par les Big data.