Etude

Les politiques climatiques et énergétiques européennes

Réalisations et défis à l’horizon 2020 et au-delà

L’Union européenne a fixé des objectifs énergétiques et climatiques ambitieux, comme la réduction de 80 % des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Cette politique européenne de l’énergie repose sur trois piliers : durabilité, compétitivité et sécurité d’approvisionnement. Cependant, des difficultés sont identifiées dans la mise en œuvre de la stratégie européenne « 3 x 20 ».

Cette stratégie désigne les engagements déjà fixés pour 2020, dans le cadre du Paquet Energie Climat : réduire de 20 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union (par rapport aux niveaux de 1990), faire passer à 20 % la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie totale, et augmenter de 20 % l’efficacité énergétique, tout en créant en parallèle un marché de l’énergie unique. Ainsi, notre étude basée sur l’analyse des marchés de l’énergie de sept pays européens permet ainsi de faire le point sur les réalisations et les défis à venir.

Parmi les principales observations :

  • A propos du pilier durabilité, l’Union européenne a considérablement réduit son intensité énergétique et ses émissions de carbone, la plupart des pays devraient donc atteindre les objectifs des « 3 x 20 », mais cette réussite est en partie liée à la crise économique.
  • Concernant le pilier « compétitivité », les prix facturés aux consommateurs finaux ont augmenté de 20 % entre 2008 et 2012 tandis que les prix de gros de l’électricité ont diminué de 35 à 45 % sur la même période.
  • Quant à la sécurité d’approvisionnement, la dépendance énergétique de l’Union européenne envers des sources étrangères s’est légèrement accrue au cours des dernières années, atteignant 53 % en 2012 contre 52 % en 2005 et 43 % il y a 20 ans.
  • Les mesures en faveur des objectifs du Paquet Energie Climat sont critiquées pour leurs incidences inattendues ou involontaires sur le secteur et les marchés énergétiques, par exemple l’éviction du gaz en tant que combustible pour la production électrique, des hausses du prix de l’électricité au niveau de la vente de détail, l’avènement du charbon comme déterminant du prix de l’électricité, un manque d’investissement dédié aux interconnexions transfrontalières, etc.
  • Parmi les préconisations, il convient de revoir le système d’échange de quotas d’émissions (ETS). Il faut aussi parvenir à un meilleur équilibre entre les ambitions en matière d’énergies renouvelables et la répercussion des coûts sur le consommateur.

Vous pouvez aussi découvrir les rapports détaillés par pays :