Etude

8e baromètre d’opinion des Directeurs Financiers

CFO Survey France

Les CFO interrogés en octobre 2016 livrent leur perception de l’environnement financier et économique dans lequel ils évoluent ainsi que sur les grands enjeux 2017. Dans un contexte d’incertitudes, les CFO français montrent un regain d’optimisme, alors que les prémices d’une reprise se font sentir.

Les conditions d’une reprise en France

Les 2 précédentes éditions du baromètre étaient marquées par une neutralité persistante de la part des directeurs financiers face à la conjoncture. Cette neutralité révélait une certaine prudence de leur part. Cette année, 20% des CFO se disent optimistes (en évolution de 6% par rapport à 2015) quant à la conjoncture économique française, malgré un sentiment fort d’incertitude économique et financière (58%).

Les signes d’une reprise s’amorcent : 45% des entreprises sondées déclarent avoir un chiffre d’affaires en croissance (+13% en 2015) et 12% en forte croissance (+11% en 2015) tandis que l’investissement se dégèle.

La majorité des entreprises de taille moyenne (inférieur à 2000 salariés) se disent prêtent à prendre des risques notamment les CFO des entreprises provenant de l’industrie (24%), énergie & ressources (19%), et sciences de la vie et santé (19%).

Une France moins inquiète que ses grands voisins

Certains pays d’Europe montrent une très forte inquiétude. C’est le cas du Royaume Uni où 88% des CFO font face à une situation très incertaine : seulement 18% sont prêts à prendre plus de risque – il s’agit du taux le plus faible du panel. Par ailleurs, seulement 12% d’entre eux connaissent une progression de leurs marges, et 7% davantage d’investissement.

Les indicateurs de revenus et de marges sont prévus à la hausse, respectivement par 76% et 41% des CFO. Le Brexit est avant tout perçu comme un coût, administratif puis social, pas comme la nécessité d’une réorganisation.

Focus Brexit

Les CFO considèrent le Brexit comme un surcoût, administratif puis social, et non comme la nécessité d’une réorganisation.

En savoir plus sur le Brexit

Une fenêtre d’opportunités s’entrouvre

Les conditions bancaires et de marché sont aujourd’hui perçues comme attractives par les CFO. 33% d’entre eux (+19% par rapport à 2015) considèrent même les conditions d’accès aux emprunts bancaires comme étant très attractives. Le mouvement de croissance externe est significatif hors de l’UE. Il s’est partout accéléré sur un an, notamment par voie d’acquisitions plus que de cessions.

Focus compétitivité

Les directeurs financiers français identifient l’IT (53%), la performance client (38%) et le capital humain (36%) comme les leviers clés de la compétitivité.

Un intérêt pour la compétitivité ? Découvrez-en les leviers.

Si l’incertitude économique européenne et le cours de l’euro inquiètent moins les CFO qu’en 2015, leurs interrogations en Europe se concentrent surtout autour de la fiscalité, du cours des matières premières et des marchés financiers dans le monde.
Dans ce contexte économique, les CFO priorisent leurs axes stratégiques d’intervention.

Baromètre d'opinion des directeurs financiers

8e édition

Pour connaître et comparer les réponses des directeurs financiers des 17 pays sondés, consultez les résultats européens.