Etude

Etude Cessions 2012

Se séparer est-il si difficile ?

Historiquement, les marchés ont plus favorablement accueilli les projets d’acquisitions, qui véhiculent une image dynamique de l’entreprise, que les cessions, parfois considérées comme un repli stratégique. Or, cette étude, conduite par Deloitte en Europe, montre que près des deux-tiers des sociétés ayant eu recours à des cessions ont enregistré une performance boursière supérieure à leur indice de cotation. Sous la pression croissante d’assainir bon nombre de situations bilancielles, le montant des transactions a, au cours de l’année 2012, quasiment doublé à quelque 300 milliards d’euros.

Quelques facteurs de succès de récentes cessions :

  • examiner plus régulièrement ses activités permet d’extraire le maximum de valeur de ce dont l’entreprise pourrait éventuellement se départir.
  • Elargir le champ des acheteurs potentiels, à l’international ou par le biais d’une société de private equity, permet d’augmenter significativement la valeur de l’opération.
  • La corrélation positive entre le temps de préparation de la vente et le prix induit une planification à projeter bien en amont.
  • Structurer les accords de manière à inciter l'acheteur à migrer vers sa propre prestation de services le plus rapidement possible après la cession.
  • S’assurer que les coûts échoués n’altèrent pas la valeur actionnariale.

Plus de détails dans l’étude (en anglais).