Etude

Environnement de travail

Quel modèle d’externalisation dans votre entreprise ?

Depuis plusieurs années, l’externalisation des services liés à l’environnement de travail a suscité un intérêt certain de la part des acteurs de ce domaine, donneurs d’ordres comme prestataires. Ce mouvement d’externalisation se confirme-t-il ? Quels sont les modèles d’externalisation les plus répandus ? En collaboration avec l’Arseg, nous avons réalisé une enquête auprès de 285 donneurs d’ordre et mené une dizaine d’entretiens qualitatifs auprès d’utilisateurs représentatifs des différents secteurs d’activité et modèles existants.

Retour sur les principaux résultats de l’enquête

  • Les grandes entreprises françaises : une externalisation modérée car maîtrisée
    En France, les modèles proposant de regrouper l’intégralité des prestations auprès d’un opérateur unique (Total Facility Management ou Global Facility Management) ont relativement peu de succès. Le marché de la fourniture de prestations liées à l’environnement de travail demeure majoritairement composé de modèles associant plusieurs prestataires, à travers des contrats de multitechnique, multiservice ou des allotissements de prestations. Ce modèle permet aux clients de bénéficier de prestations de qualité tout en conservant des marges de liberté pour le pilotage.
  • Les PME : peu d’externalisation mais un marché en développement
    Les PME externalisent moins de prestations, et sur un périmètre moins étendu. La charge de travail que représentent la recherche du prestataire, la contractualisation et le suivi du contrat limitent souvent le recours à cette pratique. Mais les PME représentent une part croissante du marché des prestataires de services qui seront amenés, à l’avenir, à adapter leur offre à ce type d’entreprise.
  • La taille de l’entreprise : un critère majeur dans le choix du modèle
    Les entreprises de moins de 10 000 salariés se tournent en majorité vers le modèle de corps d’état séparé, tandis que les entreprises de plus de 10 000 salariés adoptent plutôt le modèle Facility Management multitechnique + corps d’état séparé. En revanche, la culture d’entreprise n’influence pas le choix du modèle. La nationalité du groupe peut induire fréquemment l’externalisation, tandis que la taille du site peut être un critère de choix entre corps d’état séparés et Facility management multiservice/multitechnique.
  • Le recours à un pilote unique : une utopie ?
    La réduction de coût est toujours une préoccupation majeure, mais les clients recherchent aussi une expertise pointue sur le pilotage des prestations, une bonne performance énergétique et une qualité de service optimale. Ces attentes sont confrontées à un marché où la pluridisciplinarité annoncée par les prestataires est souvent remise en cause. Une partie des donneurs d’ordre juge complexe, voire utopique le fait de confier à un unique interlocuteur la gestion et le pilotage de services et de prestations techniques.