property-index-7eme-edition

Etude

Property Index 

Overview of European Residential Markets, 7th edition

L’étude Property Index offre un panorama du marché immobilier résidentiel européen. Il analyse les facteurs économiques susceptibles d’influencer le développement du secteur, et compare les prix des surfaces immobilières au sein de plusieurs pays et villes en Europe.

Les principales tendances observées dans cette édition :

  • Des taux d’intérêt qui restent bas. Le marché immobilier résidentiel continue d’être porté par des taux bas et d’importantes capacités d’emprunt.
  • Des investissements étrangers en croissance. Encouragés par un environnement politique stable en Europe et des flux financiers facilités entre pays, les marchés étrangers n’hésitent plus à investir. Cet afflux de capitaux étrangers aura un impact positif sur les économies locales, mais contribuera aussi à augmenter le prix de l’immobilier.
  • Investisseurs institutionnels et privés. A mesure que les prix augmentent et que le retour sur investissement diminue dans les grandes villes, les investisseurs institutionnels cherchent de nouveaux marchés, plus risqués, où investir et générer de plus fortes marges. Dans ce contexte de rendements peu élevés, l’immobilier est perçu par les fonds de pension et autres institutions comme un investissement refuge, destiné à couvrir leurs dettes de long terme. Parallèlement, la croissance économique, les salaires en hausse et une baisse des taux de chômage encouragent les particuliers à accéder à la propriété.
  • Urbanisation et suburbanisation. La demande en logements accessibles, situés en périphérie des villes, ne cesse de s’accroitre dans certains pays, comme par exemple en Autriche. En Allemagne et en Lettonie en revanche, ce sont les logements meublés situés en centre-ville qui vont davantage être recherchés.
  • Des lieux de vie plus fonctionnels et flexibles. La mondialisation, l’urbanisation et les changements démographiques ont conduit à l’émergence d’un nouveau rapport au logement. Les « millennials – ou « génération Y » – cherchent moins à accéder à la propriété qu’à vivre dans des espaces confortables et agréables. Les logements conçus pour les étudiants, dans des quartiers attractifs situés à proximité des campus, connaissent un succès croissant. De leur côté, les plus âgés se tournent de plus en plus vers des maisons faites sur-mesure.
  • Des logements abordables. La tendance est aux surfaces réduites, mieux adaptées à la taille des foyers modernes. Le logement social, quant à lui, se développe, notamment soutenu par des investissements publics.
  • L'impact croissant de la digitalisation. Big Data, Internet des Objets, intelligence artificielle… l’immobilier n’est pas resté à l’écart de ces nouvelles tendances. Les usagers peuvent par exemple réaliser, de manière autonome, une première évaluation financière d’un bien immobilier depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur.
  • Augmentation des prix de la construction et du coût du travail. Ces deux tendances, combinée à une réduction de la surface constructible, conduisent à une baisse des projets de construction dans les grandes villes.
  • Le luxe a le vent en poupe. Appartements avec parking intégré, gratte-ciels offrant d’incroyables vues… les promoteurs immobiliers développent des projets destinés à répondre à une demande croissante sur le segment du luxe.

Property Index

Overview of European Residential Markets, 7th edition