Communiqué de presse

1,2 milliard d’euros d’investissements immobilers prévus par les communes de plus de 30 000 habitants d’ici deux ans

Baromètre Deloitte de la gestion immobilière des villes

Neuilly-sur-Seine, mardi 10 mars 2015

A l’heure de l’ouverture des portes du MIPIM, Deloitte publie la première édition de son baromètre sur la gestion immobilière des villes françaises. Les collectivités locales sont détentrices d’un patrimoine immobilier et foncier important (242 Mds€ inscrits à l’actif des bilans des communes, départements et régions au seul titre des constructions ), essentiel pour assurer leurs missions de service public, structurer l’urbanisation et renforcer leur attractivité économique, touristique et résidentielle. L’enquête Deloitte, adressée à l’ensemble des 259 communes françaises de plus de 30 000 habitants , révèle une volonté des villes d’optimiser et rationaliser la gestion de leur parc immobilier, même si la structuration de la fonction immobilière et le recours à des outils dédiés restent encore limités.

Vers une structuration de la gestion immobilière des villes

 

Bien qu’il soit encore prématuré de parler d’une fonction immobilière structurée (le patrimoine immobilier et foncier est généralement éclaté entre plusieurs entités), on constate une tendance à la centralisation de la fonction immobilière. 36% des villes ont d’ores et déjà regroupé les compétences au sein d’une entité unique qui centralise la gestion immobilière de la collectivité et 18% envisagent de suivre cette tendance, largement répandue dans le secteur privé, notamment par la mise en place de directions immobilières. Seulement 46% des communes considèrent disposer d’un système d’information adapté à la gestion immobilière, alors que cet outil favoriserait un meilleur partage de l’information au sein de la collectivité et un suivi plus efficient du patrimoine.

 

A la différence du secteur privé, les communes font encore peu appel à des expertises externes dans leur gestion immobilière (21% des communes). 

 

« On note un fort potentiel d’optimisation dans la gestion patrimoniale des villes, à travers l’émergence d’une fonction immobilière davantage concentrée, dotée d’un outil informatique unique et complet, et enfin s’appuyant sur des expertises externes et de bonnes pratiques issues d’autres structures publiques ou du privé. », souligne Pierre Mescheriakoff, Directeur Real Estate Advisory chez Deloitte.

Des communes actives sur le marché immobilier

 

Environ 90% des villes interrogées ont réalisé des transactions (acquisitions et cessions) sur les trois dernières années et une très large majorité compte poursuivre ces opérations. Les communes de plus de 30 000 habitants (hors Paris) projettent d’investir environ 1,2 milliard d’euros dans l’immobilier et 600 millions d’euros de cessions sur les deux prochaines années. 

 

Dans un climat économique incertain, les villes continuent de mobiliser des sources de financement traditionnelles (fonds propres, subventions, emprunts bancaires). Seulement 4% des communes prévoient par exemple d’utiliser l’emprunt obligataire pour leurs futures opérations, pratique plus courante à l’échelle de l’Etat (plus de 173 Mds€ d’émissions en 2014 ). 32% des communes envisagent cependant de mettre en œuvre des montages public-privé pour leurs nouvelles opérations.

 

Par ailleurs, on note une large diffusion de la prise en compte des problématiques environnementales et de développement durable au sein des communes. Néanmoins, si 82% des communes interrogées ont entrepris des démarches d’amélioration de la qualité et de la performance énergétique du bâti existant, elles sont moins d’un tiers à avoir établi des critères de développement durable ou entrepris des démarches de labellisation (HQE, LEED, BREEAM) pour leurs nouvelles constructions et acquisitions immobilières. 

 

« Les villes s’engagent de plus en plus dans l’élaboration de schémas directeurs immobiliers, au service d’une meilleure gestion de leur patrimoine. Si le poste budgétaire attaché à l’immobilier représente une source de coûts pour les communes, leur patrimoine immobilier constitue néanmoins un des leviers leur permettant de dégager des ressources significatives mais aussi de participer par de nouvelles implantations volontaristes à leur développement territorial. La mise en place d’une gestion rigoureuse et structurée de la fonction immobilière s'impose afin de générer des économies substantielles, d’orienter la politique d’urbanisation et renforcer l’attractivité économique, touristique et résidentielle. » commente Brice Chasles, Associé Real Estate Advisory chez Deloitte.

Contacts

 

Sarah Panchbhaya - Relations Presse Deloitte - + 33 (0)1 55 61 48 65

Laura Sergeant - Agence Rumeur Publique - + 33 (0)1 55 74 52 35

  1. Hors paris / Méthode de calcul : La moitié des communes ayant répondu à l’enquête a précisé le montant de ses investissements immobiliers prévus sur les deux prochaines années. Ce montant s’élève à 53,2 millions d’euros. Ces communes représentent environ 825 000 habitants. Par projection proportionnellement au nombre d’habitants, on obtient un investissement d’environ 1,2 milliard d’euros sur deux ans. De même pour les cessions, les 41 millions d’euros indiqués au total par 13 communes représentant 1,3 million d’habitants permettent d’aboutir à un montant global de cessions d’environ 600 millions d’euros sur deux ans.
  2. Source : Cour des Comptes, Rapport public annuel 2013
  3. Les 28 communes ayant répondu représentent 2,2 millions d’habitants, soit 11% du panel ciblé.
  4. Source : Agence France Tresor

A propos de Deloitte

 

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.

 

Deloitte fournit des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du consulting et du financial advisory à ses clients des secteurs public et privé, quel que soit leur domaine d’activité. Fort d’un réseau de firmes membres dans plus de 150 pays, Deloitte allie des compétences de niveau international à un service de grande qualité afin d’aider ses clients à répondre à leurs enjeux les plus complexes. Nos 210 000 professionnels sont animés par un même objectif, faire de Deloitte la référence en matière d’excellence de service. En France, Deloitte mobilise un ensemble de compétences diversifiées pour répondre aux enjeux de ses clients, de toutes tailles et de tous secteurs – des grandes entreprises multinationales aux microentreprises locales, en passant par les entreprises moyennes. Fort de l’expertise de ses 9 000 collaborateurs et associés, Deloitte en France est un acteur de référence en audit et risk services, consulting, financial advisory, juridique & fiscal et expertise comptable, dans le cadre d’une offre pluridisciplinaire et de principes d’action en phase avec les exigences de notre environnement.

 

© 2014 Deloitte SAS