Expertise

50% des trésoriers d’entreprises considèrent le rapatriement des liquidités et la volatilité des cours de change comme leurs deux enjeux prioritaires

Résultats de l’étude Deloitte « 2015 Global Corporate Treasury Survey »

Neuilly-sur-Seine, mercredi 4 février 2015

Deloitte publie aujourd’hui les résultats de son étude mondiale « 2015 Global Corporate Treasury Survey » qui analyse l’évolution des problématiques financières et du rôle du trésorier au sein de l’entreprise.

  • 50 % des trésoriers interrogés considèrent le rapatriement des liquidités et la volatilité des cours de change comme des enjeux prioritaires
  • 40 % des entreprises restent confrontées à un manque de visibilité sur leurs opérations de trésorerie au niveau mondial, y compris sur le cash et l’exposition aux risques financiers 
  • Le modèle de trésorerie centralisée reste le plus largement exploité (76 %). On constate que le modèle décentralisé est en net recul et, ce quel que soit la taille des entreprises. La tendance affichée est clairement le développement des centrales de trésorerie, de centre d’excellence ou encore de « banque interne »
  • Dans cet environnement, les enjeux de données et de système d’information trésorerie communs deviennent gages de succès. 65% avouent que l’utilisation de sources de données multiples associée à des systèmes d’information hétérogènes sont porteurs de risques et sources de complexité opérationnelle.

Corinne Sanchez, Associée ERS chez Deloitte France commente « Le rôle de la fonction Trésorerie est plus que jamais au cœur de la stratégie de l’entreprise. Un intérêt croissant de la part de la Direction Générale est porté aux problématiques de trésorerie, de liquidités, d’exposition au risque financier sur fond de volatilité des marchés. Les trésoriers doivent également faire face à de nouvelles menaces en termes de cyber sécurité. »

Les principaux défis des trésoriers d’entreprise en 2015

  • Faire face aux contraintes réglementaires locales : nombre d’entreprises sont exposées à de multiples schémas de rapatriements de cash qui deviennent des enjeux complexes compte tenu de contraintes réglementaires. Les trésoriers doivent pouvoir échanger avec leurs conseils d’administration et leurs dirigeants pour prendre en compte, lors des opportunités de développement, non seulement les enjeux de résultat mais aussi ceux liés à la disponibilité de la liquidité ainsi générée pour le reste du groupe.
  • Un besoin croissant de justifier de la réalité opérationnelle d’une centrale de trésorerie à l’étranger : les autorités fiscales exigent plus de visibilité sur les centres de trésorerie, les trésoriers doivent s’attendre à devoir y localiser prises de décision et opérations. Cela devrait créer une occasion unique de rassembler les activités de trésorerie de pays ne bénéficiant pas des services d’une centrale de trésorerie ou de centres de services partagés.
  • La trésorerie très exposée aux cyber-menaces : les départements trésorerie sont désormais la cible d’un phishing élaboré, d’attaques d’ingénierie sociale et de piratages. Face à la complexité croissante des infrastructures technologiques, à la multiplication des échanges, et au volume de data disponibles, les actifs de trésorerie de l’entreprise sont de plus en plus vulnérables.

Contact

Sarah Panchbhaya - Relations Presse Deloitte - + 33 (0)1 55 61 48 65

Benjamin Sasu - Agence Rumeur Publique - + 33 (0)1 55 74 52 37