Le capital humain, 1er levier de l'amélioration de la compétitivité des entreprises

Communiqué de presse

Le capital humain, 1er levier de l'amélioration de la compétitivité des entreprises

Baromètre L'Usine Nouvelle - Deloitte de la compétitivité des entreprises françaises

Neuilly-sur-Seine, mercredi 27 mai 2015

A l’heure où le gouvernement lance la deuxième phase de la Nouvelle France industrielle dont l’objectif est d’accompagner la modernisation du tissu industriel, Deloitte publie avec L’Usine Nouvelle une enquête sur la compétitivité des entreprises et des usines françaises. Si l’innovation et l’efficacité de l’outil de production sont au programme, la motivation et le bien-être des salariés sont considérés désormais comme le premier levier de compétitivité.

Des entreprises françaises confiantes concernant leur compétitivité actuelle et future, malgré des marges qui restent trop faibles

Une large majorité des entreprises estime que leur positionnement concurrentiel sur leur marché respectif est satisfaisant puisque 78 % d’entre elles (contre 67 % en 2014) s’estiment compétitives voir très compétitives, et ce malgré des marges qui restent plus que jamais sous pression et évoluent encore négativement en 2014.

Un vent d’optimisme donc car même 2016 est anticipée par les entreprises comme une année d’embellie puisque plus de 55 % d’entre elles affirment qu’elles seront encore plus compétitives qu’en 2015. Cette tendance positive (+13 % sur 2 ans) semble confirmer que les mesures gouvernementales prises (CICE et BPI) pour renforcer la compétitivité des entreprises françaises ont des effets concrets et espérés à court terme, de même que la parité euro/dollar, la baisse des taux d’intérêt de la banque centrale et la baisse du coût de l’énergie.

Cette confiance croissante dans l’avenir incite par ailleurs les entreprises industrielles à renforcer leurs investissements en R&D puisque 20 % comptent y consacrer plus de 7 % de leur chiffre d’affaires alors que seulement 9 % pensaient le faire l’an passé.

Protection des marges, innovation et croissance au cœur des enjeux stratégiques de l’industrie

Dans un contexte économique hautement concurrentiel et difficile, il n’est pas étonnant de constater que l’effort pour tenir les marges (54 %) est l’enjeu prioritaire des entreprises industrielles.

L’innovation (51 %) arrive en seconde position des enjeux stratégiques, ce critère étant souvent considéré par les entreprises comme le meilleur moyen pour conserver, capter et développer de nouveaux marchés et protéger les marges. Bien que représentant deux sujets d’actualité potentiellement porteurs de compétitivité, les entreprises industrielles ne mettent que très minoritairement dans leurs priorités les thèmes environnementaux (10 %) et digitaux (8 %).

Chez les entreprises non industrielles, avoir une croissance pérenne (52 %) constitue l’enjeu stratégique prioritaire. Avec 43 % des réponses, l’évolution des attentes et du comportement des clients arrive à la 2ème place, et la pression sur les marges se classe en troisième position, citée par 39 % des répondants. Notons aussi que la prise en compte des évolutions liées au digital fait déjà très clairement partie des enjeux stratégiques chez les entreprises non industrielles (30 %).

Le capital humain, et en particulier la motivation et le bien-être des salariés plébiscités comme levier clé d’amélioration de la compétitivité

Avec la motivation et le bien-être des salariés (55 %), la qualification des salariés (41 %) et la qualité des managers (38 %), le capital humain, qui place l’homme au cœur de la démarche d’excellence opérationnelle, occupe la 1ère place des critères améliorant le plus la compétitivité.

Didier Taupin, Associé responsable de l’activité Conseil de Deloitte indique d’ailleurs : « Les évolutions de plus en plus rapides indispensables pour conserver et accroître la compétitivité nécessitent de la part des entreprises des efforts sans précédent pour développer l’engagement de leurs collaborateurs, pour créer des leaders plus nombreux et influents et pour former de façon beaucoup plus systématique et raisonnée l’ensemble de leurs collaborateurs ».

 

A la 2ème place, l’innovation produit (46 %) et la R&D (41 %) restent clairement pour les répondants des piliers fondamentaux d’une entreprise compétitive. Pour Jean-Marc Liduena, Associé Stratégie et Innovation de Monitor Deloitte, « Aux méthodes traditionnelles et éprouvées de développement de l’innovation, les entreprises doivent aujourd’hui ajouter le potentiel du numérique dans ce domaine, en particulier le crowdsourcing, interne et externe ».

Enfin, l’efficacité de l’outil de production se positionne à la 3ème place des critères prioritaires de compétitivité. « L’industrie française doit relever le défi du numérique et exploiter les données des objets connectés pour optimiser le système de production. En impliquant clients et fournisseurs dans la chaîne de valeur à travers les objets connectés, l’entreprise pourra améliorer à la fois sa qualité de service et ses marges. » estime Magali Testard, Associée responsable Conseil en Achats et Supply Chain chez Deloitte.

Un consensus très large sur l'identification des freins à la compétitivté des entreprises françaises

Pour les entreprises de tous secteurs, les freins à la compétitivité sont, sans surprise, la complexité réglementaire (46 %), le coût du travail (36 %) et le droit du travail (31 %). Aucun autre critère n’obtient le vote de plus de 13 % de répondants.

Contacts

Julia Debienne - Relations Presse Deloitte - + 33 (0)1 55 61 41 69

Marie Goislard - Agence Rumeur Publique - + 33 (0)1 55 74 52 33

Méthodologie de l’étude

Le cabinet Deloitte et l’Usine Nouvelle ont réalisé le baromètre de la compétitivité 2015 à partir d’un questionnaire en ligne réalisé entre le 19 mars et le 15 avril 2015. Il a permis à 517 leaders (DG, Direction Marketing, Direction de la production, Direction technique…) des secteurs de l’industrie, de la distribution, de la construction, de l’assurance-finance et des services de s’exprimer sur leur compétitivité.

A propos de Deloitte

 

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.


Deloitte fournit des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du consulting et du financial advisory à ses clients des secteurs public et privé, quel que soit leur domaine d’activité. Fort d’un réseau de firmes membres dans plus de 150 pays, Deloitte allie des compétences de niveau international à un service de grande qualité afin d’aider ses clients à répondre à leurs enjeux les plus complexes. Nos 210 000 professionnels sont animés par un même objectif, faire de Deloitte la référence en matière d’excellence de service. En France, Deloitte mobilise un ensemble de compétences diversifiées pour répondre aux enjeux de ses clients, de toutes tailles et de tous secteurs – des grandes entreprises multinationales aux microentreprises locales, en passant par les entreprises moyennes. Fort de l’expertise de ses 9 000 collaborateurs et associés, Deloitte en France est un acteur de référence en audit et risk services, consulting, financial advisory, juridique & fiscal et expertise comptable, dans le cadre d’une offre pluridisciplinaire et de principes d’action en phase avec les exigences de notre environnement.

© 2015 Deloitte SAS