Communiqué de presse

Directions Achats : La réduction des coûts, à nouveau une priorité

Enquête mondiale de Deloitte sur les Directions Achats

Neuilly-sur-Seine, mardi 15 mars 2016

Deloitte publie la 5e édition de son enquête annuelle mondiale auprès des Directions Achats. Réalisée en association avec Odgers Berndtson, l’enquête dessine les tendances de référence dans les Directions Achats. Cette nouvelle édition contient l’analyse de 324 Directeurs Achats (DA), basés dans 33 pays et dont le chiffre d'affaires annuel cumulé est de 4 400 milliards $. La réduction des coûts, la participation à la croissance, la hausse du niveau de risque, la pénurie de compétences et la transformation numérique sont parmi les principales préoccupations des Directions Achats selon cette étude mondiale.

  • Coûts : 74% des Directeurs achats font de la réduction des coûts leur priorité pour l’année 2016
  • Croissance : 46% des Directeurs achats ont dans leur feuille de route 2016 le développement de nouveaux produits/marchés ; 43% pour la croissance organique
  • Risques : 45% des Directeurs achats mentionnent une augmentation du risque lié aux achats
  • Talents : 62% des Directeurs achats estiment ne pas avoir les talents nécessaires et 30% consacrent moins de 1% de leur budget dans la formation
  • Technologie : seulement 40% des Directeurs achats ont entamé une réflexion sur leur stratégie digitale achats

La réduction des coûts, une priorité

Après une légère baisse en 2014, la réduction des coûts est à nouveau la priorité de trois Directeurs achats (DA) sur quatre pour les douze mois à venir. Cela intervient dans un contexte économique stagnant où les entreprises sont plus que jamais à la recherche de compétitivité et de profitabilité.

La hausse du niveau de risque

45% des Directeurs achats mentionnent une augmentation du risque lié aux achats. La volatilité des marchés émergents et l’instabilité géopolitique sont autant de sources d’inquiétude pour les décideurs. De toutes les industries étudiées, les plus touchées sont celles s’adressant au grand public. Elles doivent assurer la disponibilité de produits dans des endroits désormais touchés par l'instabilité et les risques de sécurité.

L’élargissement du déficit de compétences

Le recrutement et la gestion des talents continuent d'être un défi majeur. 62% des DA déclarent que leur équipe ne possède pas les compétences et les capacités nécessaires à une gestion efficace des achats. Près de la moitié des Directeurs achats indique par ailleurs que le recrutement de nouveaux talents au cours des 12 derniers mois a été difficile. Un tiers précise même que le budget de formation est désormais descendu sous la barre de 1% du budget de fonctionnement total.


« La hausse des risques et l’élargissement du déficit de compétences sont clairement des préoccupations principales pour les DA. La faiblesse des indicateurs économiques mondiaux et les niveaux accrus d’incertitude géopolitique sont deux des thèmes majeurs de cette année. Du côté de la recherche de talents, nous voyons les budgets de formation de plus en plus coupés, ce qui provoque une poussée de l'externalisation comme moyen de combler le fossé de compétences. Cette tendance est notamment particulièrement répandue dans les grandes organisations, où l'on prévoit 40% d'externalisation en plus sur certains éléments des Directions Achats », affirme Magali Testard, Associée responsable Conseil Achats et Supply Chain chez Deloitte.

Le temps de la transformation numérique

En marge de ces défis, l’étude de Deloitte montre une augmentation de l’investissement dans les technologies numériques, suggérant peut-être que les Directeurs achats recherchent des solutions innovantes pour répondre à leurs problèmes commerciaux.


« Les dépenses liées aux technologies numériques sont en hausse, avec 70% des DA investissant dans des solutions de libre-service, soit plus d'un tiers d’augmentation. Les investissements dans le mobile, le cloud et les médias sociaux sont également en hausse. Ces statistiques suggèrent un passage au numérique, mais il devra impérativement être précédé d’une stratégie numérique claire, dont 60% des responsables disent ne pas disposer », indique Magali Testard.


La clé sera donc de mettre cette stratégie au premier plan, de sorte que la meilleure technologie adaptée soit utilisée. Bien pensée et bien mise en place, une stratégie numérique peut à la fois améliorer la précision, la vitesse et augmenter les résultats. « Attention cependant au risque d’une arme à double tranchant – le numérique peut relancer comme remplacer le rôle de l'approvisionnement. C’est aux Directeurs des Achats de définir la stratégie et de conduire le changement, ou alors ils risquent d'être laissés pour compte », avertit Magali Testard, Associée responsable Conseil Achats et Supply Chain chez Deloitte.

Contacts

Priscille Holler - Relations Presse Deloitte - + 33 (0)1 58 37 93 76
Hugues Morette - Agence Rumeur Publique - + 33 (0)1 55 74 52 22

A propos de Deloitte

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.

© 2016 Deloitte SAS