Blockchain

Communiqué de presse

La Blockchain dans les services financiers : de la frénésie au prototype

Etude Deloitte / EFMA 

Neuilly-sur-Seine, mardi 5 juillet 2016

Deloitte et l’EFMA publient les résultats d’une enquête dédiée à l’impact de la blockchain dans les services financiers. Sur la base de 3000 répondants, l’étude présente la vision des institutions financières sur la blockchain, un état des lieux de leurs réflexions et livre les clés pour comprendre cette technologie et exploiter tout son potentiel.

Deloitte annonce à cette occasion un partenariat avec Stratumn et Lemonway. Stratumn, Deloitte et LemonWay ont développé un prototype (PoC) autour de l’assurance « on demand » sur mobile. 

Contacts

Sarah Lhéritier - Relations Presse Deloitte - + 33 (0)1 55 61 48 65
Benjamin Sasu - Agence Rumeur Publique - + 33 (0)1 55 74 52 37

2016, le passage de la phase de recherche à la mise en place de prototypes

Les institutions financières expriment un intérêt majeur pour la blockchain. Ils sont 92% a estimé qu’elle impactera en profondeur l’industrie.

« Les banques et les compagnies d’assurance sont intéressées par la technologie blockchain non pas par crainte de son caractère disruptif, mais au contraire pour l’opportunité qu’elle offre de développer leur activité, d’améliorer leur efficacité opérationnelle ou de réduire les coûts. Nous sommes persuadés que 2016 verra se concrétiser le passage d’une phase de recherche à une phase de mise en place de prototypes (PoC). Nous prédisons le développement et le lancement des premiers PoCs blockchain dans l’industrie financière à l’échelle d’entreprises. Dans ce scénario, la majorité des institutions financières interrogées ne semblent pas préparées à relever ce défi imminent. » analyse Julien Maldonato, Directeur Industrie Financière chez Deloitte.

Bien qu’intéressées par la technologie Blockchain, aucune des entreprises interrogées n’a développé de centre d’excellence, même si certains avant-gardistes ont mis en place des incubateurs et commencent à développer leurs capacités en interne. 43% des entreprises interrogées en sont au stade d’apprentissage ou n’ont pas encore commencé à s’intéresser à la blockchain (28%) alors que 50% des répondants n’ont pas nommé de responsable dédié au sujet blockchain.

L’absence de responsable régissant le réseau est le principal frein à l’adoption de la blockchain par les entreprises. Ce phénomène est confirmé par 46% des interrogés. Les acteurs de l’industrie financière expriment un intérêt marqué pour la mise en place de  sessions de formation, de workshops et le développement de prototypes (PoC) nécessaires à une meilleure compréhension de la technologie et qui leur permettront de mobiliser les équipes adaptées.

La réglementation, principale source de préoccupation

Les incertitudes liées à la réglementation (49%) ainsi que la sécurité (15%) sont les principaux sujets de préoccupations. L’absence de cadre légal et règlementaire dédié à la gestion des crypto monnaies et à l’adoption de la technologie blockchain dans l’industrie financière est source d’inquiétude. D’une part, les institutions financières sont habituées à travailler dans un cadre règlementaire complexe et bien défini (EMIR, MIFID, etc.) et ne sont pas préparées à s’aventurer dans des environnements non régulés. D’autre part, les acteurs qui ont investi dans le développement de cas d’usages autour de la blockchain craignent qu’une règlementation trop contraignante puisse remettre en question leurs travaux.

La blockchain pourrait représenter la révolution technologique majeure des cinq prochaines années, mais le rythme d’innovation chez les institutions financières semble lent car il nécessite un changement radical de culture et une nouvelle façon de penser le business model bancaire. A l’heure actuelle, les banques se concentrent majoritairement sur les cas d’usages classiques : 60% d’entre elles pensent que les paiements seront leur premier cas d’usages blockchain.

64% des interrogés pensent que ce sont les blockchains privées qui permettront une adoption à grande échelle de cette nouvelle technologie.

« Les gouvernements et les institutions publiques ont conscience des bénéfices permis par la blockchain. Ils commencent à autoriser des expérimentations ou des tests sur divers cas d’usages comme les émissions de minibons pour les petites et moyennes entreprises en France, la gestion de l’octroi des bourses d’étude en Angleterre, le cadastre…etc. L’objectif est de confirmer les opportunités engendrées par la blockchain et de mieux appréhender les risques associés à cette technologie. Nous pensons que cela permettra à terme de faciliter l’émergence d’une réglementation adaptée en matière de blockchain puis sa généralisation. » commente Hugues Magron, Associé Industrie Financière chez Deloitte.

Deloitte a développé, en partenariat avec Stratumn et LemonWay, un prototype capable d’offrir une micro-assurance personnalisée adaptée aux attentes, aux usages et aux profils des jeunes générations. Cette assurance de la « sharing economy », basée sur la technologie Blockchain, permettra d’assurer les nouveaux écosystèmes de services qui constituent le quotidien des nouvelles générations. 

A propos de Deloitte

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés

© 2016 Deloitte SAS, Membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited