Communiqué de presse

La France confirme sa place de leader dans le secteur du Luxe

Palmarès mondial Deloitte : les Champions du Luxe 2016

Neuilly-sur-Seine, mardi 7 juin 2016

Les marques mondiales de luxe doivent répondre aux nouvelles forces en présence sur le marché et se mettre en valeur afin de satisfaire les nouvelles attentes des consommateurs. Tel est le principal enseignement de la troisième édition de l’étude mondiale Global Powers of Luxury Goods publiée par Deloitte. Ce rapport examine et recense les 100 plus importantes entreprises mondiales de produits de luxe en fonction de leur chiffre d’affaires. L’étude propose également une mise en perspective de l’économie mondiale, une rétrospective des principales opérations de fusions-acquisitions dans le secteur et aborde les tendances majeures qui façonnent le marché du luxe.

  • La croissance des ventes des produits de luxe est de 3,6% en 2014, en baisse par rapport à 2013 (8,2%)
  • Le chiffre d’affaires réalisé par les Champions du Top 100 s’élève à 222 milliards de dollars sur l’exercice 2014
  • LVMH occupe toujours en 2014 la première place mondiale avec un chiffre d’affaires « produits de luxe » de 23,3 milliards de dollars en augmentation (21,8 milliards de dollars en 2013)

« Le processus d’achat dans le secteur du luxe évolue. S’appuyant sur les réseaux sociaux et les équipements numériques, les consommateurs de produits de luxe dictent de plus en plus où, quand et comment ils s’engagent auprès des marques de luxe. Ils sont devenus à la fois critiques et créateurs, en exigeant une expérience du luxe plus personnalisée, et s’attendent à avoir la possibilité de façonner les produits et services qu’ils consomment. » affirme Bénédicte Sabadie, Associée en charge du secteur Luxe chez Deloitte France.

La France, toujours reine du luxe, avec près d’un quart du marché mondial

En 2014, les entreprises du luxe chinoises, françaises, italiennes, espagnoles, suisses, anglaises et américaines sont à l’origine de 90% des ventes du Top 100.

Alors qu’elles avaient connu une forte croissance de 33,4% de leurs ventes en 2013, les entreprises du luxe de Chine/Hong Kong ont dû faire face à un déclin de 6,8% de leurs ventes en 2014. Cette décroissance s’explique par la fin de l’effet « gold rush » qui avait boosté les ventes de bijouterie en 2013.

La France compte 10 groupes dans le Top 100 représentant 23,5 % des ventes de produits de luxe de ce palmarès. Avec un chiffre d’affaires moyen de ses entreprises de 5,2 milliards de dollars, l’Hexagone se positionne comme le pays qui concentre les entreprises de luxe les plus importantes. En outre, les acteurs du secteur ont doublé la croissance de leurs ventes passant de 2,9% en 2013 à 6,7% en 2014 ; leur marge bénéficiaire est de 16,3%, en augmentation par rapport à l’année précédente (11,5%) et supérieure de 4,9 points à la moyenne du Top 100.

Principaux enseignements du rapport

  • Une nouvelle donne pour le secteur du luxe
    Le secteur des produits de luxe est désormais à mi-parcours de la « décennie du changement ». Si la première moitié était caractérisée par la montée en puissance des consommateurs chinois et par l’explosion des usages numériques, la seconde moitié devrait être marquée par la discipline. Divers facteurs seront source d’opportunités pour le secteur : évolution des comportements d’achats, fusion des canaux de distribution et complexification des modèles économiques, accroissement des déplacements à l’international, poids accru des consommateurs de la Génération Y, ...
  • La demande pour les produits de luxe poursuit sa croissance rentable
    En dépit des difficultés économiques, les ventes des 100 plus grandes entreprises mondiales de produits de luxe poursuivent leur croissance, malgré un taux de croissance plus faible que les années précédentes (3.6% en 2014 contre 8,2% en 2013). Les marges bénéficiaires se sont améliorées par rapport à l’année précédente (11,4% en 2014 contre 10,3% en 2013) et la polarisation de la performance des entreprises s’est également accrue. En effet, davantage d’entreprises sont plus performantes et affichent une croissance à deux chiffres de leurs ventes et de leurs marges bénéficiaires ; il y a également davantage d’entreprises qui accusent un recul de leur chiffre d’affaires à deux chiffres.
  • L’Italie est une fois encore le premier pays contributeur du classement en termes de nombre d’entreprises
    Avec 29 entreprises figurant au Top 100, l’Italie a presque trois fois plus d’entreprises que la France (10 sociétés). Cependant, les entreprises italiennes représentent uniquement 17 % des ventes de produits de luxe dans le palmarès. Essentiellement familiales, leur chiffre d’affaires moyen atteint 1,3 milliard de dollars, contre 5,2 milliards de dollars pour leurs homologues françaises.

« Le secteur des produits de luxe croit plus lentement en 2016, à un rythme que nombre d’acteurs du secteur pourraient juger décevant. Si le taux de croissance marque le pas sur d’importants marchés tels que la Chine et la Russie, d’autres marchés continuent à enregistrer de bonnes performances, et des foyers d’opportunités émergent dans le monde entier. L’Inde et le Mexique connaissent, notamment, une croissance rapide, et le Moyen-Orient offre des perspectives de croissance supplémentaires. » conclut Stéphane Rimbeuf, Associé responsable Retail chez Deloitte France.

L'étude est disponible ici.

Contacts

Priscille Holler - Relations Presse Deloitte - + 33 (0)1 58 37 93 76
Marie Goislard - Agence Rumeur Publique - + 33 (0)1 55 74 52 33

Méthodologie

L’étude Global Powers of Luxury Goods identifie les 100 plus importantes entreprises mondiales du luxe, sur la base des données publiques disponibles pour les chiffres d’affaires consolidés des produits de luxe au cours de l’exercice 2014 (exercice de 12 mois se clôturant au 30 juin 2015). Elle couvre également les tendances du secteur, à l’activité de fusions-acquisitions et à la conjoncture économique mondiale.

A propos de Deloitte

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.
© 2016 Deloitte SAS