Communiqué de presse

Les investisseurs confirment un intérêt fort pour les secteurs du luxe et de la mode

Global Fashion & Luxury market : Private Equity and Investors survey 2016

Neuilly-sur-Seine, lundi 20 juin 2016

Avec 1 200 milliards de dollars US de ventes dans le luxe en 2015, en hausse de 15%, le secteur confirme son dynamisme. L’enquête Deloitte Global Fashion & Luxury Market : Private Equity and Investors Outlook 2016 s’intéresse au regard que portent les investisseurs sur le secteur du luxe.

  • En 2015, les ventes sur le marché du luxe ont atteint 1 200 milliards de dollars US, soit une croissance de 14,8% principalement grâce à l’hôtellerie et l’automobile
  • 141 transactions ont été réalisées en 2015 sur le secteur du luxe et de la mode
  • 60% des investisseurs interrogés sont disposés en 2016 à conserver leurs actifs dans le secteur de la mode et du luxe 
  • Pour 2016, 76% des répondants envisagent de réaliser au moins un investissement dans le secteur de la mode et du luxe

« Les enseignements de notre étude montrent que le secteur de la mode et du luxe reste l’un des marchés les plus attractifs : il continue de croître en termes de revenus et de dégager des retours sur investissements très intéressants. La confiance des investisseurs dans le secteur de la mode et du luxe est confirmée en 2016 : plus de la moitié des répondants devraient augmenter de plus de 5% leurs investissements dans ce secteur, surtout en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique du Nord. En particulier, le marché asiatique apparaît comme le plus attractif, avec une croissance attendue à deux chiffres », affirme Claire Deguerry, Associée Financial Advisory chez Deloitte.

Contacts

Priscille Holler - Relations Presse Deloitte - + 33 (0)1 58 37 93 76
Pauline Florentin - Agence Rumeur Publique - + 33 (0)1 55 74 52 10

Le secteur du luxe et de la mode continue de croître en 2015

En 2015, les ventes sur le marché du luxe ont atteint 1 200 milliards de dollars US, soit une croissance de 14,8% (+ 5% à taux constants). Le segment des biens personnels de luxe représente 28,2% du marché et progresse de près de 13%, en dépit de tendances assez contrastées.

En 2015, 141 transactions ont été réalisées, dont 48% (67 opérations) ont été finalisées dans le secteur de l’équipement de la personne (ex : rachat de Roberto Cavalli par le fonds d’investissement Varenne ou de Stuart Weitzman par Coach), et 36% dans le secteur hôtelier (ex : rachat de Starwood par Marriott ou FRHI par AccorHotels).

La valeur moyenne des transactions était de 426M$, un chiffre qu’il convient de nuancer car près de la moitié (47%) étaient inférieures à 100M$.

Pour 2016, les investisseurs ont foi dans une croissance ciblée

Les investisseurs anticipent une croissance ciblée pour 2016 : 

  • d’un point de vue géographique, la région Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord concentrent le plus gros potentiel en termes de croissance attendue, tandis que le marché européen devrait rester stable en 2016. Ils attendent cependant une croissance négative au Japon et en Amérique latine.
  • d’un point de vue sectoriel, les parfums et cosmétiques, l’ameublement et l’habillement sont les secteurs à plus forte croissance attendue en 2016.

Pour 2016, 60% des investisseurs interrogés se disent disposés à conserver leurs actifs dans le secteur de la mode et du luxe. Les répondants indiquent vouloir accroître la valeur de leurs actifs en utilisant les leviers suivants : accroissement du réseau de distribution (60%), développement de la distribution dans de nouveaux pays (51%), stratégies de développement de l’excellence opérationnelle (37%) et de nouveaux produits (29%).

76% des répondants envisagent de réaliser au moins un investissement dans le secteur de la mode et du luxe, dont 75% dans les vêtements et accessoires et 48% dans les parfums et cosmétiques.

Les investisseurs s’attendent à de hauts rendements dans le luxe et la mode

72% des interrogés envisagent d’acquérir des entreprises dans le luxe dont le chiffre d’affaires est inférieur à 100 millions de dollars US. A l’inverse, 10% d’entre eux comptent plutôt investir dans des entreprises de taille plus importante et dont le chiffre d’affaires dépasse les 500 millions de dollars US.

Les investissements se feront surtout par des stratégies orientées capital-développement (pour 63% des investisseurs), par des achats à effet de levier (61%) ou par un Management Buy-Out (54%), dans l’optique de devenir actionnaire majoritaire des entreprises convoitées. Ces investissements seront financés pour la grande majorité des interrogés (80%) par une dette senior.

Le retour sur investissement attendu dans le secteur de la mode et du luxe est très haut : 70% des répondants attendent de leurs investissements qu’ils aient un taux de rentabilité interne de 20% ou plus. Au sein du marché du luxe et de la mode, les biens personnels sont considérés comme le secteur où l’investissement est le plus rentable : les performances des entreprises de ce secteur en 2015 le confirment.

Enfin, 44% des investisseurs interrogés anticipent au moins une cession en 2016.

A propos de Deloitte

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés

© 2016 Deloitte SAS, Membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited