2017 rebond pour l’industrie hotellière

Communiqué de presse

Après une année 2016 morose pour l’hôtellerie, 2017 sera placée sous le signe du rebond

Les tendances du tourisme et de l’hôtellerie 2016/2017

Neuilly-sur-Seine, vendredi 24 février 2017

Deloitte et In Extenso publient la 19e édition des tendances annuelles de l’hôtellerie. A l’échelle mondiale et européenne, l’exercice 2016 aura été globalement positif pour l’activité hôtelière. En France, 2016 est à l’image du contexte : complexe. Les deux traditionnelles locomotives de l’activité hôtelière, l’Île-de-France et la Côte d’Azur ont souffert et tiré vers le bas les performances françaises. Cependant, les derniers mois de l’année 2016 ont été équilibrés, voire positifs sur l’ensemble de l’hexagone et les régions affichent, pour la deuxième année consécutive, des performances en croissance.

Contacts

Priscille Holler - Relations Presse Deloitte - 01 58 37 93 76

Agathe Trignat - Relations Presse In Extenso - 04 72 60 37 45

Marie Goislard - Agence Rumeur Publique - 01 55 74 52 33

« En France, l’industrie hôtelière doit composer avec des phénomènes plus durables, intrinsèques au secteur: recomposition de l’offre hôtelière (croissance, concentration, montée en gamme, etc.), évolution des modes de consommation et des attentes des clientèles. A noter l’impact de facteurs exogènes tels le succès des agences de voyages en ligne, de l’offre collaborative ou la montée en puissance de destinations concurrentes. L’exercice n’est donc pas simple pour l’ensemble des acteurs du tourisme et de l’industrie hôtelière, qui doivent trouver des réponses à court terme, voire à plus long terme, pour maintenir ou faire progresser l’activité.», analyse Philippe Gauguier, Associé Tourisme, Culture et Hôtellerie chez In Extenso.

L’hôtellerie française globalement à la peine

L’hôtellerie française finit l’année 2016 avec un Revenu par chambre disponible (RevPAR) en baisse dans la grande majorité des catégories, seul le segment Super-économique montre un RevPAR en légère hausse de +0,2%. L’ensemble des autres catégories enregistre des performances à la baisse avec des RevPAR en recul de -4,1% à -7,5% pour la catégorie Haut de gamme, la plus touchée, lourdement pénalisée par les mauvais résultats de Paris et de la Côte d’Azur. Les catégories Milieu de gamme et Economique montrent en revanche un relatif maintien des prix moyens ou une baisse limitée dans cette période difficile.

« Devant digérer une progression sensible de la capacité disponible sur les cinq dernières années, les établissements Luxe et Haut de gamme ont cette année, et contrairement à 2015, opté pour une stratégie tarifaire plus agressive avec une baisse des prix moyens de l’ordre de -5%. Les très belles performances en régions sur la catégorie Luxe permettent d’afficher une fréquentation en légère progression (+0.8% de taux d’occupation) et de limiter la baisse du RevPAR. Elle est même la seule catégorie à fin 2016 dont le RevPAR reste en hausse sur les cinq dernières années (+4,4%). » explique Olivier Petit, Associé Tourisme, Culture et Hôtellerie chez In Extenso.

Une année noire pour les hôteliers en région parisienne, grise pour la Côte d’azur

L’ensemble des clientèles internationales traditionnelles de l’Île-de-France est en retrait. Très sensibles au risque sécuritaire, impactées par un Etat d’Urgence qui limite les assurances, ou pour d’autres raisons conjoncturelles, les clientèles chinoises, japonaises, européennes (surtout italiennes) et russes ont évité la France. Sur les dix premiers mois de l’année, l’ensemble des catégories a enregistré des baisses record de RevPAR, notamment l’hôtellerie de luxe a vu son RevPAR chuter de façon spectaculaire ! Si les prix moyens ont été maintenus en 2015, l’année 2016 aura vu la mise en place de stratégies promotionnelles plus agressives. C’est bien la double baisse de la fréquentation et des prix moyens qui se cumulent pour tirer le chiffre d’affaires vers le bas, de -13,4% pour les hôtels d’entrée de gamme jusqu’à -21% pour les établissements de luxe à fin décembre. Après dix mois consécutifs de baisse, la fréquentation hôtelière est repartie à la hausse au cours des deux derniers mois de l’année. Paris reste une destination touristique attractive dans l’absolu. Ses performances de prix moyen sont parmi les plus élevées des grandes métropoles européennes et mondiales.

Sur la Côte d’Azur, le premier trimestre 2016 confirmait les tendances exceptionnelles de 2015 et, jusqu’au mois de juin, les performances restaient de bonne tenue ; mais après l’attentat de Nice du 14 juillet, les hôteliers ont enregistré de nombreuses annulations et toute la période estivale a été ainsi durement pénalisée. Malgré la progression de la clientèle d’affaires constatée et une légère reprise sur les derniers mois de l’année, l’exercice 2016 se termine en retrait mesuré pour la catégorie Luxe (-0,7% de RevPAR), et en baisse plus marquée pour la catégorie Milieu de gamme (-7,1%).

L’hôtellerie en régions se distingue par son dynamisme

En régions, l’ensemble des indicateurs sont au vert dans toutes les catégories. Les bonnes performances réalisées en 2016, dans la lignée de 2015, ont limité la baisse à l’échelle de la France. Les littoraux français ont su capitaliser sur une belle saison estivale, soutenue par certains évènements (comme à Brest avec les festivités nautiques « Brest 2016 »), et prolongée par une belle arrière-saison. Les villes hôtes de la Coupe d’Europe de Football ont pleinement profité de l’effet Euro 2016 (au travers du bond des prix moyen) : pour Lille, Lyon, Marseille et Saint Etienne, les mois de juin et juillet auront été bons, voire très bons. Plus structurellement, la dynamique sur les métropoles régionales est positive. Ce sont elles qui ont porté la plus forte croissance du parc hôtelier ces dernières années, ces dynamiques locales participent à l’amélioration de l’image de la France à l’international. Elles devraient se confirmer en 2017, année plus favorable au marché événementiel (Marseille Provence capitale européenne du sport, Mondial de Handball, SIAE,…).

« Les évolutions liées aux technologies et aux nouvelles attentes de la clientèle se répercutent sur les offres produit-service, sur tous les aspects de la commercialisation, de la formation du personnel d’accueil (qui dégagé de bon nombre de tâches administratives, se réoriente vers une fonction d’hôte et de conseiller), de la gestion des coûts… En outre, les aléas conjoncturels comme les crises économiques et financières, crises sociétales et sécuritaires, constituent un autre défi pour le secteur. Investisseurs et opérateurs doivent s’adapter eux aussi à cette nouvelle donne, qui renforce la part d’impondérable dans les plans d’activité et de développement et oblige à davantage d’anticipation, de réactivité et de faculté d’adaptation. », indique Joanne Dreyfus, Associée Tourisme, Hôtellerie et Loisir chez Deloitte.

2017 sous le signe du rebond

Après une année noire pour Paris et la Côte d’Azur, le bas de cycle a été atteint. Les derniers mois de l’année 2016 témoignent de ce rebond. Le retour des clientèles affaires lié à un contexte économique en légère progression, une année impaire laissant percevoir un calendrier événementiel favorable sont autant d’éléments qui vont consolider la dynamique à l’œuvre. Toutefois, les zones d’incertitudes prévalent toujours et ne sont pas moins nombreuses qu’en 2016 : Brexit, risque sécuritaire, économie encore fragile, un marché « loisir » à reconquérir, sont autant de facteurs de risques pour le tourisme français.

A propos d'In Extenso

In Extenso, entité du réseau Deloitte, est un acteur majeur de l’expertise comptable et des services professionnels pour les TPE-PME en France.
Avec un réseau de plus 4 700 collaborateurs et 220 agences réparties sur tout le territoire, In Extenso propose aux chefs d’entreprises, artisans, commerçants, professions libérales et responsables d’associations un service professionnel complet, à tous les stades de la vie de leur entreprise et sur l’ensemble des domaines liés à la gestion de leur activité : comptabilité, fiscalité, gestion, juridique, conseil social et paies, gestion du patrimoine, conseil en innovation-croissance, évaluation et sinistres, redressement d’entreprise, conseil en tourisme, culture et hôtellerie, transmission d’entreprise. In Extenso est l’interlocuteur privilégié de plus de 100 000 clients appartenant à tous les secteurs d’activité et a réalisé en 2015-2016 un chiffre d'affaires de 370 millions d'euros.
Pour en savoir plus, https://www.inextenso.fr et reussir-au-quotidien.fr