next-gen-survey-2017

Communiqué de presse

Innovation disruptive : les entreprises familiales conscientes des enjeux

2ème édition de l’étude Deloitte « Les entreprises familiales à l’heure de la Next Gen »

Neuilly-sur-Seine, lundi 22 mai 2017

Deloitte publie la 2ème édition de l’étude « Les entreprises familiales à l’heure de la Next Gen » basée sur une série d’entretiens réalisés auprès de 268 futurs repreneurs d’entreprises familiales en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique. Ces résultats mettent en lumière les opportunités et les limites propres à ces organisations. Déterminante et stratégique pour la compétitivité des entreprises, la disruption est au cœur de cette édition. En effet, bien que conscientes du réel enjeu que représente l’innovation disruptive en matière de développement, encore trop peu d’entreprises familiales actionnent ce levier.

  • Près de 47% des futurs repreneurs d’entreprises familiales estiment que leur marché changera en profondeur au cours des 2-3 prochaines années
  • 27% estiment qu’ils perdront des parts de marché sur leur secteur au profit de nouveaux concurrents
  • 69% d’entre eux considèrent que la famille est source d’innovation
  • Pour 81% des répondants, la culture d’entreprise encourage l’innovation et l’émergence de nouvelles idées
  • Le changement dans les relations familiales est vu pour 24% des interrogés comme le facteur le plus important de disruption.

Contacts

Priscille Holler 
Relations Presse Deloitte
01 58 37 93 76

Claire du Boislouveau 
Agence Rumeur Publique
01 55 74 52 34

Innovation : aligner projections et réalité

Sensibles à l’importance de l’innovation et préparés à l’imminence du changement, 47% des futurs repreneurs d’entreprises familiales s’attendent à ce que leur marché soit profondément modifié dans les 2 à 3 prochaines années. Face aux mutations de leur marché, ils sont prêts à innover pour s’adapter, pérenniser et faire prospérer leur organisation.
Bien que bénéficiant de qualités requises telles que l’autonomie et l’agilité, les structures familiales présentent quelques rigidités. Ainsi, la leur démarche innovante est moins efficace et ambitieuse qu’envisagée.

« Les futurs repreneurs sont animés d’une réelle bonne volonté mais les difficultés se concentrent sur l’humain et la gouvernance. Les équipes n’ont pas toujours toute la liberté pour innover et peuvent manquer de formation pour jouer leur rôle d’acteur du changement. L’essentiel du travail est à réaliser au sein même de l’entreprise. Les entreprises familiales doivent développer leur communication interne pour mieux partager leur stratégie et fédérer ainsi le potentiel des collaborateurs au service de stratégie » analyse Christophe Saubiez, Associé responsable des Entreprises familiales chez Deloitte.

Qui peut mener le processus de disruption ?

Aujourd’hui, cette problématique est considérée comme majoritairement gérée par la Direction de l’’entreprise (61%) plutôt que par le conseil de famille (28%). Les entreprises familiales sont confrontées aux limites de cette approche insuffisamment collégiale.

« Les dirigeants ne sont pas les mieux placés pour mener une politique disruptive. Ils sont déjà très sollicités par les sujets du quotidien qui constituent leur priorité et ne laissent pas une place suffisante à la disruption », explique Christophe Saubiez, Associé responsable des Entreprises familiales chez Deloitte.

Même si 50% des futurs repreneurs reconnaissent que le rôle du dirigeant en matière d’innovation est d’être activement engagé, ils sont 40% à estimer que la disruption est l’affaire de tous et que le dirigeant doit surtout indiquer la voie à suivre. Vient alors la question des compétences internes : pour 35% des répondants, il existe un manque de compétences et les collaborateurs doivent se former et évoluer pour réussir à être plus contributifs.

Des familles majoritairement sûres de suivre la bonne direction

L’étude indique que 81% des futurs repreneurs estiment que la culture d’entreprise encourage l’innovation et l’apparition de nouvelles idées. Par ailleurs, 84% des répondants affirment que la famille comprend ce qu’est un changement disruptif et ils sont 75% à considérer que des initiatives sont instaurées pour dynamiser l’innovation.

« Nous observons une nette différence entre la perception de ces futurs repreneurs et la réalité du terrain », souligne Christophe Saubiez. « Ils ont une compréhension solide du phénomène de disruption, de ses enjeux et de son impact sur le marché mais ils sont moins nombreux à actionner ces nouveaux leviers pour améliorer leur performance ».

La transmission, l’opportunité de communiquer

L’innovation n’est pas une thématique abordée de manière transversale au sein de la famille. Cela crée des différences de prise de conscience, de compréhension et donc d’implication dans le processus.
La transmission intrafamiliale de l’entreprise et l’arrivée du repreneur peuvent constituer une opportunité forte pour adresser ce sujet. En effet, lors de la succession, la vision et la stratégie de l’entreprise sont revues et font l’objet d’une nouvelle communication. Pour 73% des personnes interrogées, ce momentum est idéal et naturel pour aborder le sujet de la disruption.

A propos de Deloitte

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.