les-conducteurs-achetent-des-pieces-de-rechange-automobile-sur-internet

Communiqué de presse

Plus de la moitié des conducteurs achètent des pièces de rechange automobile sur Internet

Etude Deloitte « Quel avenir pour l’après-vente automobile ? »

Neuilly-sur-Seine, jeudi 26 avril 2018

Le secteur automobile est en plein bouleversement et l’après-vente n’y échappe pas. Qu’elles soient initiées ou subies, les révolutions que connaissent chaque constructeur demandent une préparation appropriée et l’analyse permanente des tendances futures. Manquer une étape peut avoir des conséquences très importantes pour toute la chaine de valeur. L’étude Deloitte « Quel avenir pour l’après-vente automobile ? » identifie les thématiques clés qui permettront à l’ensemble des acteurs d’être prêts dès aujourd’hui aux évolutions de demain.

•  Moins de la moitié des revenus issus du marché de l’après-vente est capté par les constructeurs

•  D’ici 2030, 46% des véhicules neufs vendus en Europe seront électriques ou hybrides

 51% des conducteurs achètent des pièces de rechange automobile sur Internet

•  De 15 à 20% d’augmentation du taux de fidélité pour les véhicules âgés de 4 à 8 ans équipés de services connectés

•  D’ici 2025, le covoiturage comptera pour plus de 10% de la distance totale parcourue en voiture

•  0,35€ de baisse de coût par kilomètre parcouru entre un véhicule individuel et un véhicule partagé

•  D’ici 2030, 80% des pièces de réparation de collisions et 60% des pièces mécaniques pourront être imprimées en 3D

 

« Le secteur de l’après-vente va suivre une croissance constante soutenue par l’expansion des marchés asiatiques, l'évolution des technologies et des comportements clients. Les longs cycles de développement du secteur automobile forcent les constructeurs à se recentrer sur de multiples forces et à anticiper correctement les changements à venir. Le marché́ de l’après-vente automobile est plus que jamais au cœur de ces nombreux challenges. Il représente une valeur considérable pour les constructeurs, d’autant plus importante avec une croissance attendue de 30% d’ici à 2030. » affirme Meissa Tall, Associé Conseil Automobile chez Deloitte.
 

Contacts 

Nadia Dussol
Relations Presse Deloitte
01 55 61 54 34

Les 8 tendances, identifiées par Deloitte, qui influenceront la croissance de l’après-vente automobile

1. Les véhicules connectés 

D’ici 2025, 100% des voitures neuves et 47% de la flotte globale de véhicules seront équipés de systèmes et de services connectés intégrés. Les perspectives de business liées aux véhicules connectés sont nombreuses : la maintenance prédictive, la détection anticipée de défauts, l’infotainment, ou les services à bord. Les opportunités de retrofit du parc automobile existant « non-connecté » avec des solutions de connectivité sont également considérables. Par ailleurs, les constructeurs automobiles sont les seuls à pouvoir se positionner sur une proposition qui combine les données consommateurs et les usages de véhicules protégeant le marché des indépendants de l’après-vente et ouvrant de nouvelles perspectives de revenus.

2. Le e-Commerce

Le e-Commerce va générer des revenus additionnels en B2B et en B2C sur toute la chaine de l’après-vente. Avec l’essor d’Internet, les consommateurs sont de plus en plus souvent tentés d’utiliser le canal digital pour leurs achats et le marché des pièces de rechange automobiles ne fera pas exception à cette règle. En effet, même si la plupart des achats se font en offline, plus de 7 conducteurs sur 10 initient leurs achats en ligne. En 2017, 35% des conducteurs en France ont ainsi acheté parfois leurs pièces de rechange automobiles sur Internet, et 16% l’ont fait la plupart du temps.

3. La mobilité́ partagée et les véhicules autonomes

La mobilité partagée et les véhicules autonomes attireront de nouveaux clients et poseront des questions sur les aspects actuels du véhicule privé. En effet, l’utilisation des services de mobilité se développe énormément, en particulier dans les zones urbaines. Deloitte a estimé à 19 millions le nombre d’utilisateurs de transports en commun pouvant s’orienter vers la mobilité partagée. La mobilité autonome et partagée augmentera le taux d’utilisation global par véhicule, ce qui suppose une croissance potentielle de la taille du marché de la maintenance et des services. Cependant, la réduction des accidents de voitures, valeur ajouté des technologies d’autonomisation, aura un impact négatif sur le marché des pièces de rechange.

4. Les nouvelles attentes des consommateurs

De nouvelles habitudes de consommation apparaissent et affectent l'ensemble du secteur automobile : la génération Y se demande de plus en plus si elle a besoin ou non d’acquérir un véhicule, les consommateurs achètent plus de produits et de services en ligne, et sont à la recherche d’ultra personnalisation et de prix de plus en plus bas.
Les pièces détachées et les accessoires ne peuvent donc plus être considérés en silos mais doivent être totalement intégrés à l’expérience client. Celle-ci doit être, autant que possible, améliorée à commencer par s’assurer que le client puisse trouver la bonne pièce de rechange, au bon moment et au bon endroit. Ensuite, le catalogue doit être enrichi pour parfaire l’offre d’équipements d’origine et encourager la personnalisation. Ceci implique une plus grande flexibilité́ et une meilleure performance du stockage et de la livraison des pièces de rechange et des accessoires.

5. Les véhicules électriques

Les consommateurs optent de plus en plus pour des véhicules hybrides et électriques : d’ici 2030, ils devraient représenter 46% des ventes de véhicules neufs en Europe. Adresser le secteur de l’après-vente des véhicules électriques nécessite une technicité plus importante donnant un avantage conséquent aux constructeurs automobiles. En outre, la diminution potentielle des pièces associées aux véhicules électriques (environ 30% de pièces en moins comparés aux véhicules à moteur à combustion) devrait être compensée par la rétention client et les services additionnels.

6. Les politiques globales et urbaines visant à réduire les émissions de CO2

Afin de réduire les émissions de CO2 liées à l’automobile, tous les centres urbains majeurs essayent de dissuader l’utilisation des véhicules thermiques à travers un mix de mesures incitatives et d’objectifs réglementaires. Une baisse potentielle de la demande des pièces et des accessoires susceptibles de générer des émissions plus élevées ainsi qu’une augmentation potentielle de la demande pour les pièces et les accessoires susceptibles de réduire les émissions pourront ainsi être observées dans le marché de l’après-vente automobile. Néanmoins, ceci offre aussi de nouvelles opportunités business pour les technologies émergentes, comme par exemple le carburant modulable « Flex fuel ».

7. L’impression 3D

Les techniques de fabrication additive ou impression 3D ouvrent des portes à des nouvelles méthodes de conception de pièces et d’accessoires pour des produits plus propres, plus légers et plus surs réalisés dans des délais plus courts et à moindre coût. D’ici 2030, 80% des pièces de réparation de collisions et 60% des pièces mécaniques pourront être imprimées en 3D. Plus généralement, l’impression 3D peut réduire de 60% les coûts de production de certains composants.

8. La blockchain

L’utilisation de la blockchain dans l’industrie automobile ouvre de nombreuses opportunités susceptibles de transformer les produits, les services ainsi que les processus. Elle propose une approche innovante pour la gestion de l’information et l’exécution de transactions pour lesquelles la précision et la fiabilité sont primordiales.
 

« Face à ces transformations environnementales et technologiques, l’écosystème après-vente va se réorganiser et devenir de plus en plus concurrentiel. A court terme, les acteurs continueront à proposer des initiatives mais celles-ci devront être recentrées sur la rétention des clients par une meilleure compréhension de leurs attentes et de leurs centres d’intérêt. En outre, la course à l’innovation technologique ne doit pas être considérée comme une finalité mais un moyen d’anticiper au mieux ces tendances afin d’évoluer et de rester compétitif. » conclut Meissa Tall, Associé Conseil Automobile chez Deloitte.
 

Méthodologie

Pour catégoriser ces tendances comme étant les plus disruptives sur le marché́, Deloitte a mené́ des entretiens avec des experts mondiaux de son propre réseau, du secteur de l’après-vente automobile et des comités de direction d’acteurs majeurs du secteur automobile (constructeurs, fournisseurs, distributeurs, et acteurs du e-commerce).

A propos de Deloitte
Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL), société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. DTTL (ou “Deloitte Global”) ne fournit pas de services à des clients. Pour en savoir plus sur notre réseau global de firmes membres : www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés.
© 2018 Deloitte SAS, Membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited