potentiel-de-developpement-economique-durable-de-la-guyane

Communiqué de presse

Étude sur le potentiel de développement économique durable de la Guyane

Puteaux, 8 novembre 2018

Différents grands projets remettent le développement économique de la Guyane au cœur des débats et de l’actualité.

Le WWF France a missionné Deloitte Développement Durable pour une étude indépendante sur le potentiel de développement économique durable de la Guyane.

L’analyse du tissu économique guyanais qui a été conduite a permis d’identifier les secteurs prioritaires à un développement économique durable du territoire, et de modéliser des scénarios susceptibles de produire « le choc économique » souhaité par le Président de la République lors de son voyage en Guyane.

Contacts 

Nadia Dussol
Relations Presse Deloitte
01 55 61 54 34

Marie Vasseur
Agence Kalima
01 42 21 56 39

Défis et opportunité : la Guyane est à la croisée des chemins

La Guyane fait face à des défis et des opportunités majeurs, poussés par une croissance démographique unique en France.

46 % des moins de 25 ans sont au chômage, son PIB par habitant est le plus faible de France (hors Mayotte), 1/3 de la population se situerait sous le seuil de pauvreté (pourtant fixé à près de la moitié du seuil métropolitain) et entre 13 et 20 % des Guyanais vivraient sans eau courante ni électricité.

Elle a pourtant tous les atouts structurels et stratégiques pour être sur la trajectoire d’un développement économique durable à court, moyen et long terme.

La Guyane montre des signaux et perspectives encourageants (croissance, financements existants, projets en cours), des atouts structurels (croissance démographique et du marché intérieur), une situation géographique stratégique (seul territoire français en Amérique du Sud), un patrimoine naturel unique (ressources d’eau douce, biodiversité, ensoleillement) et des activités emblématiques (centre spatial, recherche) qui sont autant d’atouts dans la perspective d’une trajectoire de croissance durable.

La perspective du développement économique durable de la Guyane est une ambition réaliste

À travers cette étude, Deloitte Développement Durable analyse la possibilité et la faisabilité du « choc économique » attendu par le gouvernement et les parties prenantes guyanaises.

Les indicateurs du chômage et de la croissance démographique témoignent de l’urgence à engager un projet de « choc économique » créateur d’emplois à long terme – une expression utilisée à plusieurs reprises par l’exécutif.

L’étude intersectorielle du tissu économique guyanais fait ressortir 10 secteurs d’activités à forts effets d’entraînement, créateurs de valeur ajoutée et d’emplois pour l’économie locale : l’agriculture et l’élevage, la pêche, l’agro-alimentaire, le secteur du bois, le tourisme, les énergies renouvelables, la gestion des déchets, la construction, l’audiovisuel et l’économie de la connaissance.

Pour répondre aux enjeux démographiques de la Guyane et aux besoins à court terme de créations d’emplois, deux scénarios de « choc économique » ont été modélisés.

L’un porte sur la création de 2 000 emplois par an à horizon 2022 dans l’optique d’un taux de chômage maintenu à 22 %, avec une augmentation de la valeur ajoutée supplémentaire à réaliser de 163 millions d’euros par an.

L’autre, plus ambitieux, porte sur la création de 4 000 emplois par an dans l’optique d’un taux de chômage à 7 % intégrant la production des dix secteurs prioritaires à hauteur de 270 millions d’euros.

Pour produire 100 € supplémentaires, les secteurs à plus forts effets d’entraînement comme l’agriculture et de la pêche créent chacun 33 € pour l’ensemble de l’économie, le secteur agro-alimentaire 28 € et l’audiovisuel 24 €.

À l’autre extrême, les activités immobilières et le secteur extractif créent respectivement 8 € et 7,50 € pour une production équivalente.

9 objectifs stratégiques pour un développement pérenne

Pour assurer un programme structurel et pérenne de développement du territoire, la Guyane doit se fixer des objectifs stratégiques ambitieux et réalistes à horizon 2030-2040 pour chacun des secteurs prioritaires.

Le nouveau projet de développement de la Guyane pourrait être construit autour des 9 grands objectifs suivants :

        1.  L’autosuffisance alimentaire
        2.  L’autosuffisance énergétique
        3.  La réduction de la dépendance aux importations
        4.  Le renforcement des activités d’exploitations régénératrices des ressources naturelles
        5.  La réduction de l’économie illégale
        6.  L’intégration des activités vivrières informelles dans les projets formels
        7.  La réduction de la dépendance aux subventions
        8.  Le changement radicale d’image de la Guyane
        9.  La pérennisation du Plan d’Urgence

Une animation territoriale est nécessaire, pour que les potentialités d’aujourd’hui deviennent les réalités de demain

La Guyane est un territoire unique. On ne peut la comparer ni à la métropole, ni aux autres Régions et territoires d’Outre-mer, ni aux pays voisins.
Un modèle de développement économique durable de la Guyane et sa mise en œuvre sont par conséquent eux aussi uniques – adaptés et reflétant sa situation géographique, son climat, ses ressources, son tissu économique actuel et potentiel, ses défis, sa croissance démographique et sa diversité – et dans la perspective de l’ambition qu’elle aura placé pour elle-même.

Les éclairages de cette étude ne trouveront de traduction concrète qu’à la seule condition qu’un projet de développement pérenne soit construit de façon collective, avec le concours de tous.

Notre conviction au terme de cette étude est que la Guyane a tous les atouts pour être une région économiquement forte et durable à l’horizon 2030-2040. Elle dispose pour cela de nombreux porteurs de projets et d’initiatives intéressantes dans les 10 secteurs prioritaires identifiés. Pour que ce rapport porte ses fruits, il faut maintenant que les acteurs économiques et que les porteurs de projets se l’approprient et construisent collectivement les plans opérationnels adaptés aux enjeux du territoire pour créer le choc économique attendu par tous, conclut Didier Livio, Associé responsable de Deloitte Développement Durable.

Deloitte Développement Durable 

Deloitte Développement Durable est la première équipe française et internationale de conseil en développement durable. Elle accompagne les organisations dans la gestion des grandes transitions actuelles de la société – énergétiques, écologiques, scientifiques, sociales et sociétales – dans une perspective exigeante et créative de développement durable.

Méthodologie
Cette étude a été commanditée par le WWF France à Deloitte Développement Durable, qui l’a réalisée en toute indépendance. Elle a été réalisée à partir de données d’études publiques et d’observations, et d’une cinquantaine de rencontres avec de très nombreux acteurs engagés au quotidien dans l’économie guyanaise. L’analyse économique contenue dans ce rapport est prospective. Les travaux ont été réalisés en prenant en compte au maximum les évolutions futures des secteurs et filières objets de l’étude. Toutefois, en raison des incertitudes inhérentes à toute information relative au futur, certaines hypothèses peuvent ne pas se vérifier et des événements non anticipés peuvent se produire. Des différences importantes peuvent donc survenir entre les prévisions et les réalisations.

A propos de Deloitte
Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL), société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. DTTL (ou “Deloitte Global”) ne fournit pas de services à des clients. Pour en savoir plus sur notre réseau global de firmes membres : www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés. 
© 2018 Deloitte SAS, Membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited