remuneration-des-dirigeants

Communiqué de presse

Rémunération des dirigeants : quelle acceptabilité des actionnaires ?

Paris, La Défense, lundi 22 octobre 2018

L’acceptabilité du niveau de rémunération des dirigeants n’est liée ni au montant en euros, ni à la performance comparée de l’entreprise. Si la quasi-totalité des dirigeants bénéficient de mécanismes d’intéressement à long terme, un groupe sur 4 utilise désormais un critère RSE pour évaluer leurs performances.

Depuis une dizaine d’année, la question de l’acceptabilité du niveau de rémunération des dirigeants alimente l'actualité et le débat public. Sur un marché des dirigeants désormais global, Deloitte s’est intéressé à cette question. L’étude a été menée auprès des 110 premiers groupes cotés en France.
 

Contacts 

Nadia Dussol
Relations Presse Deloitte
01 55 61 54 34

Marie Vasseur
Agence Kalima
01 42 21 56 39

Les principaux enseignements sont :

•  L’acceptabilité du niveau de rémunération (pourcentage de vote positifs ou négatifs), montre qu’il n’y a pas de lien entre le montant en euros versé au dirigeant et l’acceptabilité par les actionnaires

•  De la même manière, il n’existe pas de lien entre l’acceptabilité et la performance boursière de l’entreprise comparée au marché

•  Le niveau médian de rémunération d’un dirigeant du CAC40 se situe à 4,8m€, réparti en 25% sur le salaire de base, 30% sur le bonus et 45% via un plan d’intéressement à long terme

•  La quasi-totalité des dirigeants bénéficient d’un plan d’intéressement en actions à long terme

•  De plus en plus de groupes adoptent des critères RSE dans les conditions de performances : ils sont près d’un groupe sur 4 dans le CAC40 à l’utiliser

La structure du capital influe sur l’acceptabilité : les sociétés dont le capital est concentré ont davantage de votes positifs des actionnaires que celles dont le capital est dispersé.


Au-delà de la question de l’acceptabilité du package, on constate toujours un écart de rémunération des dirigeants par rapport aux pratiques d’autres pays. Pour des niveaux comparables, l’écart de rémunération est de 25% par rapport à l’Allemagne, 33% par rapport au Royaume-Uni et près de 300% par rapport aux Etats-Unis, conclut Philippe Burger, associé responsable Capital Humain de Deloitte.

Méthodologie
L’étude repose sur la base de données Deloitte de l’ensemble des dirigeants des sociétés cotées en France (Euronext Paris) et en particulier des 2 551 résolutions présentées par les sociétés du SBF 120 lors des assemblées générales 2018 (ou 2017, en cas d’exercice fiscal décalé).

A propos de Deloitte
Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. Pour en savoir plus sur la structure légale de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses cabinets membres, consulter www.deloitte.com/about. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés. © 2018 Deloitte SAS, Membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited