Global risk management survey – 9e édition

Etude

Global risk management survey – 9e édition

S'adapter aux nouvelles normes face à une réglementation accrue

Dans un environnement réglementaire changeant constamment et face à des attentes toujours plus élevées, la gestion des risques dans les institutions financières obéit à une nouvelle donne. Cette étude fait le point sur les différents dispositifs de gestion des risques mis en place dans 71 grandes institutions financières à travers le monde, représentant 18 milliards de dollars d’actifs cumulés. La gouvernance d’entreprise, l’appétit pour le risque, les tests de résistance, la gestion des risques opérationnels, les risques liés aux données et à la technologie sont quelques-uns des paramètres qui ont été passés au crible.

Parmi les principales observations :

  • Les enjeux de gestion des risques gagnent du terrain dans les conseils d’administration. 85 % des répondants observent que leur CA consacre davantage de temps à la surveillance des risques qu’il y a deux ans.
  • L’existence d’un directeur des risques tend à devenir universelle : parmi les sondés, 92 % des institutions ont un chief risk officer (CRO), contre 89 % en 2012 et 65 % en 2002.
  • 89 % des répondants estiment que leur organisation répond déjà aux exigences de Bâle III relatives au ratio minimal de fonds propres.
  • Seuls deux tiers des institutions financières se sentent vraiment efficaces dans la gestion des risques opérationnels « classiques », d’ordre juridique (70 %), réglementaire / conformité (67 %) et fiscal (66 %). Les résultats sont encore moins positifs pour les risques opérationnels liés aux fournisseurs tiers (44 %), à la cybersécurité (42 %), ou encore à l’intégrité des données (40 %).
  • L’importance et le coût des exigences réglementaires vont croissants. Il n’est donc pas étonnant que 87 % des sondés observent une hausse du coût de la conformité suite aux réformes réglementaires.