Brexit

Expertise

Impact du référendum sur les fusions-acquisitions au Royaume-Uni

L'incertitude pèse lourdement sur l'investissement et les transactions

Les investisseurs internationaux utilisent souvent le Royaume-Uni comme porte d'entrée de leur expansion en Europe. Depuis début 2016, les chiffres montrent une forte baisse des transactions de fusions-acquisitions au Royaume-Uni.

Cette publication examine les facteurs contribuant à la baisse actuelle des fusions-acquisitions, et l'incertitude créée par le référendum à venir. Les chiffres mettent en évidence une baisse plus prononcée des opérations de fusions-acquisitions au Royaume-Uni que dans le reste de la zone UE, suggérant que la peur du Brexit joue fortement dans l'esprit des investisseurs. Le document analyse également cette activité au regard d’événements récents qui reflètent l'incertitude politique actuelle : le référendum écossais en 2014 et les élections générales au Royaume-Uni en 2015.

Les faits marquants

  • Au cours du premier trimestre de 2016, les transactions domestiques ont presque diminué de moitié, passant de 15,8 milliards de $ pour l'exercice précédent à 9 milliards de $ pour l'exercice en cours.
  • Les transactions du Royaume-Uni vers l’étranger (outbound) ont également diminué, passant de 10,4 milliards de $ pour l'exercice précédent à 4,3 milliards de $ dans l'année en cours.
  • Les transactions de l’étranger vers le Royaume-Uni (inbound) ont été retardées, soutenues par une poignée de grandes transactions. Les volumes entrants ont chuté de 51,4 milliards de $ au 1er trimestre 2015 à 30,4 milliards de $ au 1er trimestre 2016.
  • Les valeurs des transactions en Europe ont augmenté de 40% au 1er trimestre 2016 par rapport à la même période l'an dernier, mais ont diminué de 44% au Royaume-Uni au cours de la même période.

Des questions sur le Brexit ? Contactez-nous sur brexitsupport@deloitte.fr