Technologies mobiles : de l’amélioration de la performance à l’émergence de nouveaux usages

Etude

Le service public nomade

Technologies mobiles : de l’amélioration de la performance à l’émergence de nouveaux usages

Au cours des 25 dernières années, les courbes de productivité des secteurs public et privé ont emprunté un même chemin, celui de la croissance. Pour autant, avec 30 % de gains de productivité, la pente ascendante du secteur privé est nettement plus raide que celle de son pendant public qui n’enregistre que 13 % de croissance sur la période considérée. Les deux secteurs ont pourtant eu accès aux mêmes avancées et aux mêmes facilités de financement grâce aux marchés financiers. Alors qu’est-ce qui explique ce retard de phase côté public ?

Si le management de l’innovation dans le secteur privé et la pesanteur bureaucratique dans le public jouent vraisemblablement un rôle déterminant dans l’écart de productivité observé, l’utilisation optimale de la technologie est sans doute l’un des éléments les plus décisifs. Aux Etats-Unis, on estime à cet égard que les nouvelles technologies expliquent à elles seules 59 % du gain de productivité du secteur privé mesuré entre 1995-2000.

Au travers de cette étude, le cabinet s’est penché sur plusieurs cas pour faire la démonstration des opportunités liées à l’exploitation des technologies mobiles dans l’offre de services publics. Télétravail, outils de gestion des données en ligne, cloud computing, e-services, applications mobiles, intégration des initiatives citoyennes à l’action des pouvoirs publics, les services publics disposent déjà de nombreux outils pour doper leur productivité.

Découvrez comment les technologies mobiles pourraient faciliter la modernisation de l’offre publique tout en plaçant le citoyen au cœur de cette démarche.