Etude

La gestion des déchets d’emballages et de papiers graphiques

Le dispositif opérationnel mis progressivement en place depuis plus 20 ans pour collecter, trier et recycler les emballages et les papiers dans le service public de gestion des déchets, devra d’ici 2030 répondre à des évolutions majeures des caractéristiques des déchets à gérer et aux objectifs poursuivis dans une dynamique d’économie des ressources.

Principaux enseignements :
  • Les surcoûts liés à la coexistence sur le territoire national de plusieurs schémas de collecte peuvent être limités en recherchant des synergies dans le tri des flux correspondants.
  • La collecte, selon un schéma séparant, à la source, les fibreux (emballages papiers et cartons et papiers graphiques) d’une part et les non fibreux (emballages en plastiques et métaux) d’autre part, et dans une moindre mesure un schéma papiers graphiques / emballages, peut constituer, sur les territoires où l’implantation des contenants correspondant est envisageable, une organisation pertinente par rapport à une collecte multi-matériaux (emballages, hors verre, et papiers graphiques collectés en mélange). 
  • Une industrialisation accrue de la fonction de tri, qui suppose une automatisation et une augmentation de la taille moyenne des centres de tri, permet de réduire les coûts et de favoriser un accroissement des performances. Cet accroissement de la capacité moyenne des unités de tri devrait aboutir, à terme, à en réduire de moitié le nombre.
  • Pour les collectes multi-matériaux, une organisation du tri en deux étapes, avec un premier tri simplifié suivi par un tri dans des unités spécialisées peut constituer, en fonction des territoires et de la taille des installations, une organisation pertinente par rapport à un tri en une seule étape.