Les PSF dans l’écosystème financier luxembourgeois

Article

Les PSF dans l’écosystème financier luxembourgeois

Des acteurs clés d'un centre financier névralgique

En ces temps où les réglementations bancaires s’alourdissent chaque année davantage, les Professionnels du Secteur Financier (ci-après dénommés « PSF ») offrent des solutions de prestations de services financiers spécialisés plus souples et plus légères.

L’agrément bancaire distribué au Luxembourg est certes universel et couvre toute la gamme des activités bancaires, mais les agréments de PSF ciblent respectivement un ensemble spécifique d’activités, qui peuvent ainsi être menées dans le cadre d’un régime réglementaire efficace et de qualité, taillé sur mesure. 

Cette structure permet aux entités de centrer leurs ressources sur un noyau d’activités clés en bénéficiant d’un agrément parfaitement ajusté à leurs besoins.

PDF - 3 MB

Un centre financier névralgique au coeur de l’Europe

Le centre financier luxembourgeois a, une fois encore, vu sa position de leader de la zone euro confirmée par le GFCI, indice mesurant la compétitivité des centres financiers à l’échelle internationale, et apparaît aujourd’hui plus vigoureux que jamais. Mais l’avantage du Luxembourg ne réside pas seulement dans sa compétence financière : sa petite taille l’oriente tout naturellement vers le service transfrontalier, dans lequel il a développé une solide expertise. La nature multilingue et internationale de ses ressources humaines accentue encore cette tendance, la part des étrangers représentant près de 70% de la population vivant dans la capitale luxembourgeoise.

La notation AAA du Luxembourg ainsi que sa stabilité politique et fiscale constituent un attrait pour les banques et les investisseurs, ainsi que leurs clients. Son gouvernement est favorable aux affaires et s’emploie à maintenir un cadre légal et réglementaire stable et suffisamment flexible pour s’adapter rapidement à un environnement en constante évolution et permettre aux entreprises de saisir les opportunités qui se présentent.

Il n’y a pas si longtemps encore, le Luxembourg était le premier Etat membre à proposer le passeport européen pour les fonds d’investissement, entraînant un essor spectaculaire de ce secteur : le pays est à présent le deuxième plus grand centre d’investissement au monde et le premier d’Europe. Ce dynamisme a commencé à s’étendre bien au-delà des activités bancaires et de fond d’investissement traditionnelles du pays, et le Luxembourg est à l’avant-garde de nombreux secteurs de croissance émergents. Associés à une exploitation innovante des agréments existants, ces nouveaux domaines inexploités représentent autant d’opportunités de développement pour le secteur des PSF.

Pour n’en citer que quelques-unes, le nouveau Freeport Luxembourg, premier en son genre dans l’Union européenne, est considéré par beaucoup comme un catalyseur pour l’offre de nouveaux services dans les secteurs en rapport avec la finance, la logistique, la culture et les TIC. Les opportunités sont en effet nombreuses, et les infrastructures de stockage et activités connexes permettent aux gérants de fortune, aux banques privées et aux Family Officers d’élargir le champ de leurs services. En ce qui concerne le secteur des TIC, les installations du Freeport, combinées à une infrastructure technologique de pointe, libèrent un nouveau potentiel pour les activités en ligne telles que les marchés de l’art en ligne ou les enchères en ligne.

Dans le domaine des fonds d’investissement, le Luxembourg est le plus grand centre européen de la finance islamique : avec 5 milliards US$ d’actifs gérés au total, il compte parmi les trois premiers domiciles de fonds islamiques dans le monde, après la Malaisie et l’Arabie saoudite. Pour favoriser le développement de la Finance islamique au Luxembourg, le pays a été le premier de la zone euro à émettre un Sukuk souverain en 2014. En 2002 déjà, la bourse de Luxembourg avait été la première d’Europe à coter ce produit. Tout cela offre aux PSF axés sur les activités bancaires et de fond d’investissement traditionnelles de belles opportunités pour pénétrer un nouveau marché et diversifier leur offre de services.

En ce qui concerne l’Asie, le Luxembourg est en train de confirmer sa vocation de passerelle entre la zone euro et la Chine : les six plus grosses banques chinoises ont déjà choisi d’installer leur siège européen au Luxembourg, et le pays accueille sa propre banque de compensation en RMB et s’est vu octroyer un quota RQFII global de 50 milliards RMB en avril 2015. La stratégie d’anticipation de l’autorité de surveillance luxembourgeoise, la CSSF, a également permis au pays de faire figure de précurseur en termes de fonds d’investissement en RMB en donnant accès au passeport UCITS aux fonds qui investissent dans les avoirs chinois. Ces évolutions vont nécessiter des services d’assistance supplémentaires et générer de nouvelles activités.

Avec son infrastructure de premier ordre et ses réseaux de télécommunications, ainsi qu’une culture de confiance et de sécurité profondément enracinée, il n’est pas surprenant que quelques grandes figures du secteur e-Business, telles qu’Amazon, PayPal, Rakuten et Skype, aient déjà élu domicile au Luxembourg. Le pays a assisté à un essor dynamique du secteur de la FinTech ces dernières années : près des deux tiers des entreprises FinTech établies au Luxembourg ont été créées au cours des trois années passées. Le nombre des établissements de monnaie électronique et de paiement électronique a également triplé ces trois dernières années et le pays a accueilli des acteurs internationaux du e-Business, lesquels ont profité du passeport de l’UE pour distribuer des produits et services dans les 31 autres pays de l’EEE. Les PSF partagent certaines caractéristiques essentielles avec cette nouvelle vague d’activités financières : ils sont concentrés sur un coeur d’activités et ont la flexibilité nécessaire pour rester en phase avec l’évolution des besoins du marché. En embrassant la révolution internet, ils ont ainsi le potentiel d’être à la fois support et acteur de ce changement.

PSF

Les PSF : des acteurs clés de l’écosystème financier luxembourgeois

Le secteur des PSF est constitué de 28 types d’acteurs, ce qui lui confère une transversalité par rapport à toute l’économie luxembourgeoise et le place en première ligne vis-à-vis du développement de cette dernière. De ce fait, les PSF sont en mesure de récolter directement les bénéfices de la croissance économique régulière du Luxembourg. Bien que les types d’agréments soient multiples, on distingue cependant deux catégories de PSF, chacune d’elle offrant des avantages spécifiques.

La première englobe les PSF fournissant ou réalisant à titre professionnel, avec un caractère répétitif, des services d’investissement auprès de tiers, et qui bénéficient donc du « Passeport de l’UE ». Ce passeport donne aux entreprises d’investissement établies dans un pays de l’UE le droit de réaliser des services financiers au sein de l’Union européenne, soit par l’implantation de succursales, soit directement par la « libre prestation de services ». Au Luxembourg, ce droit s’est concrétisé par la création de dix sous-catégories différentes de PSF.

Avec plus de 500 millions de consommateurs répartis sur 28 pays, l’Union européenne représente un marché clé pour les entreprises internationales : la mise en place de ce type de PSF permet aux entités de placement de bénéficier de la flexibilité offerte par le régime de PSF du Luxembourg afin d’exploiter le marché européen tout entier. Au coeur de l’Union européenne et de la zone euro, le Luxembourg est en train de devenir un centre international extrêmement dynamique et représente la passerelle idéale vers le marché européen.

Pour toutes ces raisons, le secteur financier au Luxembourg est florissant et a grand besoin de spécialistes pour soutenir sa croissance et son développement. Et c’est précisément ce qu’offrent les douze PSF spécialisés et les six PSF de support qui, ensemble, forment la seconde catégorie de PSF : leur flexibilité et leur large couverture leur permettent de répondre aux besoins spécifiques des clients (par ex., Family Offices) et d’offrir les services requis pour le bon fonctionnement de l’écosystème financier luxembourgeois (par ex., les Opérateurs de Systèmes Informatiques Primaires). En qualité d’acteur majeur de cet écosystème, ils vont bénéficier directement des développements futurs de la place financière luxembourgeoise.

Le secteur financier luxembourgeois se diversifie et évolue vers de nouvelles opportunités. Le Freeport, les activités RMB en pleine croissance, l’offre de produits et services conformes à la loi islamique, ou encore le dynamisme de l’industrie FinTech, ne sont que quelques exemples de cette stratégie de pionnier du Luxembourg. Le pays ne néglige aucun détail dans son développement et s’emploie à garantir que sa place financière reste un hub en constante évolution dans la zone euro et une passerelle idéale vers le marché unique européen. On va avoir grand besoin de l’assistance des experts en services financiers dans le futur pour soutenir ce processus, et les entreprises d’investissement vont pouvoir tirer profit de ces conditions attrayantes pour étendre leurs activités au sein de l’Europe via le passeport de l’UE.

Dans ce contexte, les PSF semblent offrir les structures idéales pour tirer parti d’un paysage financier à l’évolution si rapide : la qualité de leurs régimes règlementaires, parfaitement ajustés à leurs besoins, ainsi que la flexibilité qu’ils offrent leur confère une grande réactivité face à l’émergence de nouvelles activités et de nouveaux besoins.

PSF
Did you find this useful?