écosystèmes entreprise

Article

La nouvelle génération d’entreprises familiales: explorer les écosystèmes d’entreprise

Auteurs : Mennolt Beelen & Mark Whitmore

Le défi qui attend les entreprises familiales aujourd'hui est d'apprendre à se développer au sein d'écosystèmes en pleine évolution tout en préservant leur identité d'entreprise et leur cohésion familiale.

Pour prospérer dans les écosystèmes d’entreprises dynamiques et complexes d’aujourd'hui, de nombreuses entreprises familiales vont devoir changer d'attitude et adopter une vision plus large des relations d'affaires qu’elles peuvent exploiter pour créer de la valeur. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude du Deloitte Family Business Center qui a interrogé 575 dirigeants de la nouvelle génération d’entreprises familiales, répartis dans 52 pays. : Next-generation family businesses: Exploring business ecosystems (Entreprises familiales de la prochaine génération : à la découverte des écosystèmes d’entreprises).

Cette étude révèle que, même si la plupart des entreprises familiales perçoivent les écosystèmes comme une opportunité de croissance, des comportements insulaires persistent même au sein de certaines organisations dont les dirigeants se considèrent ouverts à la collaboration.

Les entreprises familiales sont conscientes des opportunités offertes par l’élargissement des écosystèmes d’affaires au sein desquels elles opèrent. Parallèlement, elles ne savent pas forcément comment ou dans quelle mesure ces mêmes opportunités peuvent être saisies. Elles mesurent la nécessité de conserver la culture et les traditions de leur famille - ne fût-ce que la tradition de la confiance - mais comprennent également le besoin de nouer de nouveaux types de relations commerciales afin de réussir au sein d’un environnement qui évolue constamment et rapidement.

En termes d’innovations, une large majorité (89 %) des 575 répondants à l’enquête, s'accordent à dire que les écosystèmes d’entreprises ont aidé leur organisation à innover au-delà de ses propres capacités. Et pourtant, interrogés sur leur participation concrète à des projets d’innovation, plus de la moitié (53 %) ont répondu n’avoir jamais ou presque jamais travaillé en partenariat avec d’autres organisations au cours des trois dernières années ce qui indique une réticence persistante, chez certaines entreprises familiales, à collaborer avec des parties externes. Par ailleurs, 32 % des répondants ont affirmé que leur entreprise ne travaillerait sur de nouveaux services et/ou produits qu’avec des organisations avec lesquelles ils possèdent déjà une relation de longue date. A l’inverse, les résultats locaux ont montré que la majorité des répondants luxembourgeois étaient plus ouverts à s’engager avec de nouvelles organisations.

Les acquisitions constituent le mode de combinaison d'entreprises le plus souvent appliqué par les répondants au cours des trois dernières années. Ces mêmes répondants ont affirmé qu’ils prévoyaient davantage d’acquisitions que de toute autre forme de combinaison sur les trois prochaines années également. Interrogés sur les motifs qui les poussent à combiner des entreprises, 30 % des répondants ont cité l’accès à l’innovation – ce qui en fait le troisième motif le plus fréquent de procéder à une combinaison d’entreprises. L’étude a également constaté que les entreprises familiales accordent une grande importance à la propriété intellectuelle (PI), 63 % des répondants affirmant que la possession de PI était « très » ou « assez » importante pour leur organisation.

Dans l’ensemble, ces résultats suggèrent la possibilité que les entreprises familiales ressentent le besoin de posséder leurs propres innovations pour en tirer de la valeur. Bien que cette croyance soit conforme à l'accent traditionnellement mis par l'entreprise familiale sur la possession d'actifs solides, elle peut exposer les dirigeants à des risques indus si elle encourage la poursuite d'acquisitions au détriment d'autres types de relations. Les entreprises associées et les alliances, en particulier - qui sont généralement plus coopératives, plus négociées et moins risquées que les acquisitions - offrent aux entreprises familiales des moyens de tirer profit des innovations sans en être réellement propriétaires.

Consultez également la version anglaise

PDF - 4.5mb
Did you find this useful?