Perspectives

Technologies émergentes et sécurité des villes intelligentes

Humanisation des technologies de pointe

Deuxième partie

Par Peter Sloly

Les technologies exponentielles, les données massives et l’analytique avancée transforment les services de police à l’échelle du Canada et dans le reste du monde. Bien qu’elles ne puissent pas remplacer l’élément humain et les principes de base d’un bon service de police, comme nous l’avons indiqué dans notre billet précédent, ces technologies réelles, émergentes ou potentielles perturbent de manière positive les modèles traditionnels de maintien de l’ordre.

Elles offrent de nouveaux outils aux services de police pour les aider à communiquer avec les citoyens, à gagner leur confiance et à renforcer les liens qui les unissent à la collectivité. Elles peuvent aussi soutenir l’amélioration de la sécurité publique. Une étude récente suggère que les technologies intelligentes pourraient diminuer de 30 à 40 % la criminalité au sein des villes, et accroître la rapidité des services d’urgence de 20 à 35 %1 . Ces résultats sont précisément ce que les villes intelligentes à l’échelle mondiale attendent des technologies émergentes afin d’améliorer l’exécution et la rentabilité des services qu’elles offrent à leurs citoyens.

Voici quelques exemples d’outils technologiques prometteurs pour les services de police.

Les systèmes d’urgence de la prochaine génération
Les systèmes d’urgence que nous utilisons pour alerter la police et les premiers intervenants n’ont presque pas évolué depuis leur création il y a environ 50 ans. Les répartiteurs reçoivent les appels des citoyens et transmettent l’information verbalement en utilisant des technologies traditionnelles comme le téléphone et la radio.

Les systèmes d’urgence en ligne de la prochaine génération (Next-generation 911 ou NG911) pourraient considérablement accroître la qualité de l’information. Fondés sur des réseaux internet, ces systèmes peuvent transmettre un vaste éventail de données numériques. En plus d’appeler un service d’urgence, les citoyens peuvent transmettre, entre autres, des messages texte, des photos, des vidéos que les répartiteurs peuvent examiner et envoyer directement aux policiers qui répondront à l’appel.

Téléphones intelligents, médias sociaux et citoyens partenaires
Les téléphones intelligents permettent aux citoyens d’enregistrer et de transmettre presque en temps réel de l’information détaillée aux services de police par l’intermédiaire de systèmes NG911, de médias sociaux ou d’applications mobiles de sécurité publique. Cette capacité à transmettre rapidement de l’information et à participer à la résolution conjointe de problèmes sur des plates-formes numériques peut grandement aider les services de police et les citoyens à améliorer la sécurité au sein de la collectivité.

Groningue, aux Pays-Bas, fait partie des premières villes à avoir adopté ce type de système. La police de la ville a créé un prototype novateur d’application mobile NG911 nommé ComProNet (community protection network, ou réseau de protection de la collectivité). Lorsqu’un crime ou un incident se produit, la police peut utiliser ComProNet pour envoyer un avis automatique aux téléphones intelligents des utilisateurs et lancer un fil de nouvelles sur Twitter. En outre, les citoyens qui sont témoins d’un crime peuvent appuyer sur le bouton d’alerte de l’application pour entrer en contact avec un centre d’opérations policières et transmettre de l’information, y compris des photos et des vidéos.

Prévision policière : prévenir les problèmes de sécurité publique
La prévision policière tire parti des données massives et de l’analytique pour explorer des données historiques de sécurité publique, des registres d’arrestations, des données sur les comportements criminels, des vidéos de surveillance, des médias sociaux et plus encore, afin d’anticiper quand et comment des crimes et d’autres troubles à l’ordre public sont susceptibles de se produire. Le service de police de Vancouver utilise déjà ces outils : à la suite de la réussite d’un projet pilote récent2 , il a commencé à utiliser des modèles de prévision pour repérer les zones résidentielles et commerciales susceptibles d’être la cible de cambriolages, et y envoyer des policiers pour dissuader les voleurs potentiels.

L’intérêt de la prévision policière est surtout son potentiel de prévention des crimes, qui est la meilleure solution pour veiller à la sécurité de la collectivité et rehausser sa confiance envers les services de police.

Intelligence artificielle (IA) : combiner les services de police aux algorithmes
Les systèmes NG911, la prévision policière et les citoyens engagés, armés de leurs téléphones intelligents, pourraient bientôt créer une avalanche de données et d’autres renseignements aux services de police. Les systèmes d’IA pourraient alors régler ce problème. Ils pourraient aider à classer les appels d’une même région par ordre de priorité et les rassembler, ou gérer des incidents semblables, par exemple en regroupant plusieurs rapports de voie de fait à l’extérieur d’un club. Ils pourraient aussi servir à déterminer la langue de l’appelant pour le transférer au répartiteur approprié, ou fournir une traduction par conversion voix au texte en temps réel. Les assistants virtuels à base d’intelligence artificielle pourraient fournir des réponses semblables à celle d’un être humain dans le cadre d’appels non urgents, par exemple pour le vol d’une bicyclette. Ces exemples ne sont que quelques cas d’utilisation potentiels parmi tant d’autres.

L’apprentissage machine et les réseaux neuronaux sont déjà utilisés pour fournir des solutions de reconnaissance faciale aux vidéos de surveillance, ce qui permet aux services de police d’axer leur expertise, leur expérience, leurs normes éthiques et leur empathie sur la résolution de problèmes de sécurité publique complexes3 .

Les nouvelles technologies ont beaucoup de potentiel… et de risques
Les technologies décrites précédemment offrent des occasions exceptionnelles, mais elles comprennent aussi des risques et des défis. Voici les principales préoccupations liées à ces technologies :

  • Cybersécurité : les systèmes NG911 et les nouvelles technologies permettront aux services de police de recueillir plus de données dans plus de formats que jamais. Ils devront s’assurer de mettre en œuvre de solides processus de cybersécurité pour se protéger des cyberattaques et réagir rapidement en cas d’atteinte à la sécurité. 
  • Confidentialité des données : la protection de la vie privée des citoyens et de la divulgation de renseignements personnels sont des priorités. Une bonne approche à adopter serait la protection des données dès la conception, qui intégrerait la protection de la vie privée aux processus, aux procédures et aux activités de l’organisation dès le départ, plutôt qu’à la fin.
  • Outils intuitifs : les technologies et les outils les plus avancés en matière de sécurité publique ne servent à rien s’ils ne sont pas intuitifs. Une approche axée sur l’être humain permettra de veiller à ce que les innovations soient souhaitables, faciles à apprendre et simples à utiliser.
  • Stratégie en matière de talents : pour que la police utilise efficacement ces outils novateurs, elle devra recruter des personnes qui possèdent de nouvelles compétences ou veiller à ce que son effectif existant acquière ces compétences.

Ces défis ne seront pas faciles à relever, mais en collaborant avec d’autres organismes et tiers, les services de police de l’ensemble du Canada pourront tirer parti des nouvelles technologies tout en atténuant leurs risques.

Ces occasions promettent des changements révolutionnaires. L’analytique, l’IA, les données massives et la connectivité mobile ont le potentiel de créer des villes plus intelligentes et plus sécuritaires. Pour concrétiser cette vision, les services de police et les collectivités qu’ils servent doivent comprendre que le déploiement de nouvelles technologies ne nécessite pas le sacrifice de l’élément humain, qui est d’une importance cruciale à cette relation. Dans une ville intelligente et sécuritaire, les technologies de pointe doivent s’humaniser. La création d’un lien de confiance solide et l’amélioration des principaux services peuvent être un excellent tremplin pour continuer de favoriser l’innovation.

Dans notre prochain billet, nous examinerons davantage les villes intelligentes et sécuritaires.

Peter Sloly est associé chez Deloitte et ancien chef de police adjoint du service de police de Toronto. Il dirige la pratique nationale Sécurité et justice.

 

 

1 « Report: Smart city technology could dramatically improve quality-of-life indicators », Smartcitiesdive.com - Consulté le 29 juin 2018.
2 « Vancouver police say new program would stop crime before it happens », The Vancouver Sun, 21 juillet 2017. - Consulté le 29 juin 2018.
3 « Street surveillance is everywhere », The Economist, 2 mai 2017. - Consulté le 29 juin 2018.

Lisez l'autre article de la série sur la sécurité et la justice de Deloitte

Sujet: 

Avez-vous trouvé ceci utile?
/*Eloqua tracking*/
/*LinkedIn Insights tag*/