luxury goods

Communiqués de presse

Les marques de luxe doivent traverser « une décennie de changement » sous l'impulsion des tendances technologiques et de consommation pour rester compétitives

Zurich, 9 Juin 2015

Richemont et Swatch Group dans le Top 10 mondial du rapport de Deloitte

Les marques de luxe mondiales devraient tirer parti de l'évolution des exigences technologiques et des consommateurs pour pouvoir accroître les bénéfices et rester compétitives, selon le second rapport annuel « Global Powers of Luxury Goods » de Deloitte. Avec deux sociétés suisses dans le Top 10 - Richemont et Swatch Group - et un total de onze sociétés dans le classement du Top 100, la Suisse confirme sa position de leader dans le secteur des produits de luxe et en particulier dans le secteur de l'horlogerie.

Le rapport présente des perspectives de l'économie mondiale, une analyse de l'activité des fusions et acquisitions dans le secteur du luxe ainsi qu'une étude prospective sur l'évolution de la nature du consommateur de produits de luxe, notamment à travers l'impact de la technologie. Les 100 plus grandes entreprises mondiales de produits de luxe ont généré un chiffre d'affaires de 214,2 milliards de US dollars en 2013 (exercice clos jusqu’en juin 2014) malgré les vents contraires qui agitent les devises, et les grands bouleversements technologiques.

Onze sociétés suisses dans le Top 100

En Suisse, les ventes de produits de luxe sont dominées par ses trois principaux acteurs - Richemont, Swatch et Rolex, qui ensemble représentent 86,3 % des ventes réalisées par les onze sociétés suisses classées dans le Top 100. Ces trois sociétés figuraient déjà au Top 10 l'an dernier ; Richemont a conservé sa seconde place, Swatch est descendu d'une marche pour se positionner à la sixième place, tandis que Rolex est passé de la 10ème à la 12ème position.

Karine Szegedi, Responsable du secteur Fashion & Luxury chez Deloitte en Suisse, a commenté : « De même que l'Italie est le numéro un mondial de la mode, la Suisse est inégalée dans le secteur de l'horlogerie de luxe. Dix des onze sociétés suisses classées dans le Top 100 sont des horlogers, et la force de leurs marques est visible de par leur présence dans les bijouteries et autres circuits de distribution d'articles de luxe dans le monde, ainsi que dans leurs propres réseaux de magasins en croissance. »

Top 10 des sociétés de produits de luxe dans le monde

Rang

Société

Pays d'origine

2013 Ventes de produits de luxe (en millions USD)

2013 Ventes de produits de luxe (croissance*)

1

LVMH Moët Hennessy-Louis Vuitton SA

France

21 761

0,0 %

2

Compagnie Financiere Richemont SA

Suisse

13 429

4,2 %

3

The Estée Lauder Companies Inc.

États-Unis

10 969

7,7 %

4

Chow Tai Fook Jewellery Group Limited

Hong Kong

9 979

34,8 %

5

Luxottica Group SpA

Italie

9 713

3,2 %

6

The Swatch Group Ltd.

Suisse

8 822

8,8 %

7

Kering SA

France

8 594

4,2 %

8

L'Oréal Luxe

France

7 791

5,3 %

9

Ralph Lauren Corporation

États-Unis

7 450

7,3 %

10

PVH Corp.

États-Unis

6 200

42,0 %

Source: Données publiées par les sociétés et estimations du secteur
* La croissance du chiffre d'affaires du Top 10 et du Top 100 est calculée en fonction des ventes, à taux de change constant.

Autres principales conclusions du rapport :

  • L'adoption de la technologie comme avantage concurrentiel - Les marques de luxe doivent suivre l'évolution de la technologie et améliorer leurs produits, mais sans diminuer leur offre de produits traditionnels et leur savoir-faire uniques. Selon le rapport 2014 de Deloitte sur l'industrie horlogère suisse1, le risque d'atteinte à la réputation posé par les médias sociaux est considéré par les cadres de l'industrie comme étant l'un des principaux risques du marketing et de la distribution en ligne.

    « Le secteur du luxe doit continuer à forger une relation solide avec un éventail sans cesse croissant de technologies, car il continue d'influencer la chaîne de valeur. L'inquiétude légitime concernant la perte d'exclusivité d'une marque dans le monde en ligne largement accessible à tous exige des marques qu'elles agissent avec précaution pour garantir une création de valeur durable à long terme » a déclaré Karine Szegedi.
  • Attirer les consommateurs de la génération Y - De nos jours, 58 % des « Millennials » ou consommateurs de la génération Y recherchent en ligne des informations sur les articles de luxe et 31 % utilisent les médias sociaux pour collecter des informations sur les remises et les promotions, contre 10 % pour les consommateurs de produits de luxe plus âgés.2 Pour cibler efficacement cette génération Y (qui émergent d'ores et déjà comme des leaders dans le domaine de la technologie et dans d'autres secteurs, et qui devraient représenter 75 % de la population active mondiale d'ici 20253), les marques de luxe gagneraient à comprendre pleinement leurs habitudes d'achat et leurs sources d'influence.
  • Transformation de la demande mondiale de produits de luxe - Les circuits où les consommateurs de produits de luxe font leurs achats évoluent constamment ; il est donc primordial pour les sociétés de comprendre l'évolution des désirs, des comportements d'achat et des circuits des consommateurs de produits de luxe. Les résultats de l'étude de Deloitte « Luxury Consumption among European High Earners 2014 », réalisée auprès de plus de 1’000 personnes à haut revenu en Europe, montrent que bien que les circuits marketing traditionnels tels que les magazines et le lèche-vitrine restent des sources pertinentes pour les consommateurs en quête d'informations sur de nouvelles marques de luxe, 45 % des participants ont indiqué rechercher des informations sur Internet.

Karine Szegedi a ajouté : « En 2015, l'économie mondiale a été faite de hauts et de bas pour sociétés dans le luxe. En Suisse plus particulièrement, la suppression du taux plancher en janvier 2015 a entraîné l'envol de la valeur du franc suisse et, par conséquent, une baisse de la compétitivité des sociétés suisses exportatrices. Le franc fort est également synonyme d'une hausse des prix pour les consommateurs et/ou d'une marge de profit plus faible pour les sociétés suisses. Il a aussi accru la compétitivité des sociétés de la zone Euro en concurrence avec les entreprises suisses. Même si les consommateurs de produits de luxe ne sont pas forcément sensibles aux prix, cela pourrait avoir un impact sur les ventes de produits de luxe en Suisse en 2015 et dans les années à venir. »

1Deloitte, Étude Deloitte 2014 sur l'industrie horlogère suisse - Les temps changent
2Étude de Deloitte Luxury Consumption among European High Earners 2014
3Troisième édition annuelle (2014) du Millennial Survey de Deloitte

À propos de la seconde étude annuelle « Global Powers of Luxury Goods »

Ce rapport identifie les 100 plus grandes sociétés de produits de luxe dans le monde, en s'appuyant sur les données publiées pour l'exercice 2013 (lesquelles englobent les exercices des sociétés clos jusqu’en juin 2014). Le rapport présente, en outre, les perspectives de l'économie mondiale, une analyse de la capitalisation du marché dans le secteur des produits de luxe, donne un aperçu de l'activité fusions-acquisitions du secteur et discute de la conquête des futurs consommateurs de produits de luxe.

Pour télécharger une copie l'étude complet, veuillez visiter la page Global Powers of Luxury Goods 2015.

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil et du financial advisory. Avec plus de 1’300 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays avec environ 210’000 collaborateurs.

Note aux rédacteurs

Dans le présent communiqué de presse la désignation Deloitte fait référence à Deloitte SA, une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited ('DTTL'). DTTL est une « UK private company limited by guarantee » (une société à responsabilité limitée de droit britannique), dont les sociétés affiliées constituent des entités juridiques indépendantes et séparées. Pour une description détaillée de la structure juridique de DTTL et de ses sociétés affiliées, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.

Deloitte LLP et ses filiales font partie des leaders dans le domaine de l'audit, de la fiscalité, du conseil et des fusions-acquisitions avec plus de 12'600 collaborateurs de premier plan au Royaume-Uni et en Suisse. Reconnu comme employeur de choix grâce à ses programmes novateurs en matière de ressources humaines, Deloitte LLP recherche l'excellence pour ses clients et ses interlocuteurs.

Deloitte SA est reconnue comme société d'audit agréée par l'Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

L'information contenue dans le présent communiqué est correcte au moment de sa distribution à la presse.

Cela vous a-t-il été utile ?