Points de vue

Quel est le meilleur moyen de mettre en œuvre les normes IFRS dédiées au secteur de l’assurance?

Commencez par clarifier vos ambitions et remplissez votre mission en poursuivant les objectifs fixés

L’expérience montre qu’un programme de transformation a plus de chances de réussir lorsque ses objectifs et sa feuille de route ont été parfaitement définis dès le départ.

  • La mise en œuvre des changements imposés par les nouvelles normes IFRS dans le domaine de l’assurance constitue une transformation réglementaire de taille. En déterminant l’objet de leurs programmes de transformation IFRS, les assureurs ont un choix stratégique à faire. Ce choix est d’autant plus critique que l’ampleur des investissements nécessaires à Solvabilité II doivent être préservés et idéalement optimisé afin de minimiser les coûts de l’implémentation des normes IFRS dédiées au secteur de l’assurance.

 

  • Les ambitions retenues par un assureur au moment d’élaborer sa stratégie de mise en œuvre peuvent varier : il peut s’agir d’établir un programme visant à assurer la conformité moyennant un minimum de coûts et de perturbations, ou bien de se servir de ce vaste programme de changement non-discrétionnaire comme d’un catalyseur pour entreprendre des transformations opérationnelles majeures tout en retirant plus largement d’autres avantages, notamment celui de se mettre en parfaite conformité afin d’acquérir un avantage concurrentiel.

 

  • Quel que soit le chemin choisi, il est impératif que les objectifs, et en particulier les principes à suivre, soient clairement articulés dès le départ. Cela favorisera à la fois la compréhension du changement et l’émergence d’un consensus à ce sujet entre les différentes fonctions, tout en contribuant à organiser et à faire évoluer la vision « finale », mais également à créer un corpus de règles guidant la prise de décision au cours des différentes étapes de la mise en œuvre.

Lorsqu’un assureur décide de son orientation et de sa stratégie pour mettre en œuvre les normes IFRS, il lui faut prendre en compte un certain nombre de facteurs clés :

  • A quel niveau la stratégie de mise en œuvre positionne-t-elle l’assureur par rapport à ses pairs ?

 

  • Quel est le point de départ de la capacité opérationnelle de l’assureur ?

 

  • Dans quelle mesure l’infrastructure de reporting a-t-elle évolué dans le sens de la conformité et du respect au quotidien des exigences minimales ? Ou

 

  • L’infrastructure existant au début de la mise en œuvre des normes IFRS résulte-t-elle de l’application structurée d’un modèle opérationnel cible ?

 

  • L’infrastructure de Solvabilité II est-elle « verrouillée » ou peut-elle encore être adaptée de façon à procurer des Bénéfices de Synergies Stratégiques (SSBs) ?
     

L’expérience acquise par les cabinets-membres de Deloitte dans la mise en œuvre de Solvabilité II a permis d’identifier trois grands itinéraires entre lesquels devront normalement choisir les assureurs pour appliquer les normes IFRS :

  • Une approche de conformité, qui limiterait les modifications des processus et des systèmes existants à celles qui sont strictement nécessaires pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires. Ses principaux avantages résident dans la minimisation des coûts de mise en œuvre, la maximisation du recours à l’infrastructure de Solvabilité II et la mise en conformité.

 

  • Une approche de « conformité plus », qui identifie sélectivement les domaines dans lesquels un supplément de coûts de mise en œuvre se justifie pour retirer des avantages opérationnels en plus d’assurer la mise en conformité complète de la compagnie d’assurances.

 

  • Une approche de leader du marché, par laquelle la stratégie opérationnelle (p. ex., transformation financière) absorbe le changement réglementaire pour développer la solution optimale permettant d’atteindre le modèle opérationnel cible recherché.

Cela vous a-t-il été utile ?

Sujets connexes