Etudes et publications

Opportunités de croissance

Stratégies pour les entreprises industrielles suisses

La forte hausse de la valeur du franc suisse et les stratégies des entreprises pour s’y adapter sont les principaux problèmes auxquels se trouve confronté le secteur manufacturier suisse cette année.

Par ailleurs, le ralentissement de la croissance économique dans les principales économies émergentes constitue un défi supplémentaire pour le secteur. L'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) subit actuellement un ralentissement, tandis que, dans son ensemble, le secteur manufacturier reste stable. Les perspectives de croissance à moyen et à long terme au cours des 10 prochaines années sont cependant plus réjouissantes. Les perspectives de croissance mondiale restent inchangées, soit + 2,9 % par an, ce qui est conforme aux taux des 10 dernières années. Le secteur manufacturier suisse profite de cet optimisme et devrait enregistrer une croissance annuelle moyenne de 1,6 %. Les pays industrialisés, dont les économies connaissent actuellement une croissance annuelle de 2,0 %, sont susceptibles de fournir de nouveau une contribution majeure à la croissance économique mondiale au cours des 10 prochaines années. Les Etats-Unis devraient enregistrer des taux de croissance nettement plus élevés (+ 2,5 % par an). Les économies émergentes semblent également en mesure de réaliser une croissance supérieure à la moyenne au cours des 10 prochaines années (+ 4,3 % par an), même si ce taux est inférieur aux 6,0 % par an enregistrés au cours des 10 dernières années.

Growth opportunities - Strategies for Swiss manufacturing companies

Six stratégies de croissance permettant aux entreprises industrielles suisses de poursuivre durablement leur croissance dans l’environnement actuel

Renforcer la participation des clients :

les principaux marchés de l’industrie MEM suisse, comprenant l’Allemagne, les Etats-Unis et la Chine, offrent encore un potentiel de croissance et continueront à jouer un rôle crucial au cours des 10 prochaines années. Dans ce contexte, 67 % des personnes interrogées veulent développer leur clientèle existante et la soutenir dans son expansion sur de nouveaux marchés d’exportation, tandis que 83 % déclarent également avoir l’intention d’intensifier leurs efforts pour acquérir de nouveaux clients. 63 % considèrent la personnalisation et la coopération en matière de développement des produits et des services comme des moyens de faire participer les clients et de créer de nouvelles opportunités de croissance. Entretenir une relation étroite avec les clients, identifier leurs besoins et leurs préférences, et collaborer étroitement avec eux dans les domaines du développement, de la production et des processus en aval font partie intégrante des stratégies à long terme qu'adoptent les entreprises pour générer un avantage concurrentiel.

S’internationaliser :

le potentiel de croissance des nouveaux marchés géographiques jouera un rôle de plus en plus important. L’euphorie provoquée par les taux de croissance en Russie et au Brésil, qui caractérisait les stratégies des entreprises il y a quelques années à peine, a nettement diminué et les perspectives actuelles sont décevantes. Cependant, le Vietnam, l’Inde, l’Indonésie et la Turquie devraient continuer à offrir un important potentiel d’expansion. 57 % des entreprises interrogées estiment que se développer vers de nouveaux marchés géographiques sera un facteur clé de leur propre croissance, tandis que 20 % prévoient que la localisation des produits sera de plus en plus importante. Une mondialisation réussie doit reposer sur l’identification des marchés les plus attrayants, la connaissance des besoins locaux et l’adoption de bonnes stratégies d’entrée sur le marché, notamment la création de partenariats stratégiques, l’exploitation de ses propres sociétés de vente et de marketing, la mise en œuvre de fusions et d’acquisitions et l’accroissement des capacités de fabrication.

Développer de nouveaux services :

près de la moitié des personnes interrogées (47 %) considèrent le développement et l’expansion des services comme une stratégie de croissance clé. De plus en plus, les anciens modèles de service, tels que la mise en marche, la maintenance et la réparation des installations industrielles, seront remplacés par de nouveaux services. Parallèlement, certains services supplémentaires (tels que le conseil et la personnalisation), le suivi de l’état de fonctionnement et la maintenance préventive, l’abandon de la vente pour s’orienter vers un système de licence (c’est-à-dire privilégier les coûts d’exploitation par rapport aux coûts d’investissement), et de nouveaux modèles de services intégrés vont devenir de plus en plus importants. Identifier les besoins des clients en matière de services, travailler avec les clients sur leur développement et fournir le financement, les ressources et les compétences nécessaires pour les services de l’« industrie 4.0 » font partie des mesures qui permettront de générer des flux de trésorerie réguliers et à long terme dans le cadre d’un nouveau modèle de services.

Innover au-delà du produit :

la Suisse n’est pas un leader naturel en matière d’innovation, et d’autres pays sont de plus en plus à la pointe des technologies innovantes car ils sont en mesure d’investir dans des procédés à ce jour inexploités. Les entreprises MEM suisses sont fortement axées sur les exportations et, du fait des coûts salariaux et généraux élevés en Suisse, ces entreprises font face à un énorme défi dans la création d’une marque suisse : le pays ne peut rivaliser sur le plan des prix et des coûts seuls, même si l’utilisation croissante des robots dans les usines pourrait contribuer à faire baisser les coûts. Sur ce point, une innovation renforcée et diversifiée peut s’avérer utile : 45 % des personnes interrogées pensent que le développement de nouvelles propositions de valeur sera un facteur important pour leur future croissance, avec une priorité sur l’innovation en matière de produits et de processus. L’accent est également mis sur l’innovation au-delà des domaines traditionnels, par exemple dans les services, le marketing et la distribution. Le déploiement de financements, de ressources et de compétences appropriés, parallèlement à une gestion rigoureuse de l’innovation, déterminera le succès de l’innovation et de la compétitivité mondiale à l’avenir.

Croissance externe :

la force du franc suisse a, dans une certaine mesure, freiné les acquisitions dans le secteur MEM suisse et réduit les transactions intérieures. Cependant, la stabilité du franc fort a également renforcé le pouvoir d’achat à l’étranger, rendant l'acquisition de sociétés étrangères plus attrayante. 24 % des personnes interrogées pensent que la croissance par l'entremise de fusions et d’acquisitions sera importante à l’avenir, et 40 % accordent un rôle important aux alliances et aux partenariats. Parmi les moteurs de ces opérations figurent la volonté de combler des lacunes technologiques, l’acquisition de parts de marché, l’extension des gammes de produits et l’implantation sur de nouveaux marchés géographiques. Les clés d’une croissance externe comprennent la sécurisation des finances, des ressources et des compétences appropriées, l’identification des différences sectorielles, la définition de stratégies d’acquisition et d’objectifs ciblés et l’adoption de processus de mise en œuvre et d’intégration clairs.

S’appuyer sur l’excellence opérationnelle :

les performances du secteur MEM suisse continuent d’être inférieures à ses concurrents internationaux sur le plan de la productivité du travail, ce qui appelle des améliorations. Les entreprises MEM suisses ont également un certain retard à rattraper en matière d’optimisation de leurs processus opérationnels. 32 % des personnes interrogées estiment que la création de plateformes solides dédiées à l’excellence opérationnelle sera un facteur important pour générer de la croissance. Les programmes des entreprises continuent à se concentrer sur la production, l’approvisionnement / achat, ainsi que le stockage et la logistique. Une production à flux tendus (« lean »), l’automatisation, l’externalisation et la délocalisation offshore (lointaine) et nearshore (à proximité) sont également d’une importance stratégique. Par le passé, l’optimisation ciblait de façon spécifique les secteurs de travail des cols bleus, mais à présent, le point de mire se déplace vers les secteurs des cols blancs. Aujourd’hui, pour créer une base solide permettant de poursuivre la croissance, il est indispensable d’identifier un potentiel supplémentaire d’optimisation, de réduire la complexité, d’éviter les activités inutiles et le gaspillage et de s’attaquer aux secteurs traditionnellement tabous - avec la volonté de sacrifier quelques « vaches sacrées ».

Cela vous a-t-il été utile ?