CIO Survey 2015

Communiqués de presse

Enquête Deloitte auprès des CIO : Les budgets consacrés à l’informatique sont en hausse

Les CIO suisses cherchent à investir dans l’innovation tout en réduisant les coûts

Zurich, le 3 décembre 2015

Dans le sillage de la révolution technologique, le CIO doit être un moteur stratégique pour son entreprise. Cependant, la plupart des CIO helvètes estiment ne pas avoir suffisamment voix au chapitre en matière de stratégie et consacrer trop de temps aux activités opérationnelles. L’enquête de Deloitte auprès des CIO pour 2015 montre également que les budgets consacrés à l’informatique ont augmenté de façon significative au cours des douze derniers mois. Les CIO suisses doivent jongler avec des priorités contradictoires : réduction des coûts et innovation.

Augmentation des budgets informatiques…

Les budgets informatiques des entreprises suisses sondées ont enregistré une croissance significative au cours des douze derniers mois, dans la continuité d’une tendance qui s’observe depuis 2013. 53% des CIO suisses font état d’une hausse de budget pour 2015 (25% font état d’une baisse, 22% ne signalent aucun changement). Cette tendance à la hausse reflète la poursuite de la reprise économique et la prise de conscience grandissante de l’importance de l’informatique sur le plan stratégique. Le nombre de budgets en hausse en Suisse est également supérieur à la moyenne mondiale (48%).

…mais la maîtrise des coûts reste un objectif majeur

Même dans un contexte de budgets informatiques en hausse, la réduction des coûts reste une priorité pour les CIO. Lorsqu’on les interroge sur leurs principales priorités pour l’année à venir, 54% des CIO suisses citent la réduction des coûts opérationnels et/ou des produits. La réduction des coûts est une priorité citée plus fréquemment en Suisse comparé au reste des pays participant à l’enquête. La création de nouveaux produits et services occupe également une place prépondérante dans la liste des priorités, 54% des CIO suisses citant l’innovation parmi leurs priorités.

Michael MacNicholas, Directeur de l’équipe Technology Strategy de Deloitte en Suisse, déclare : « Accorder la priorité à l’innovation et à la réduction des coûts peut, à première vue, sembler paradoxal, mais l’innovation peut également être source de réduction des coûts sur le moyen terme. Notre enquête montre cependant que les CIO doivent concilier un certain nombre d’objectifs divers. Nous observons une hausse des budgets informatiques d’une part et le maintien d’une stratégie centrée sur la réduction des coûts d’autre part. Cette contradiction peut s’expliquer par un certain nombre de facteurs, comme les efforts budgétaires adoptés par les entreprises suisses depuis la survenue du choc du franc suisse. Mais elle reflète également l’importance stratégique croissante de l’informatique, dont les budgets sont en hausse, même lorsque l’entreprise subit des pressions dans d’autres domaines. »

Les priorités des CIO en matière de technologie sont également cohérentes par rapport à l’importance accordée aux coûts et à l’innovation. Les stratégies les plus fréquemment citées pour les douze mois à venir : réduction des coûts de l’informatique et augmentation des efficiences (45%), renforcement de l’innovation numérique (43%) ainsi que développement de nouveaux produits et services (41%).

Priorités des CIO en matière de technologie pour les prochains 12 mois

Plus de stratégie, moins d’opérations

S’agissant de leur rôle au sein l’entreprise, les CIO suisses déclarent souhaiter être plus impliqués au niveau stratégique. Dans l’idéal, ils souhaiteraient consacrer moins de temps aux activités opérationnelles (37% actuellement contre 24% dans l’idéal) et davantage de temps à la stratégie (18% actuellement contre 27% dans l’idéal).

Deux tiers (66%) des CIO suisses sont exclus de la stratégie commerciale ou se contentent de la mettre en œuvre. C’est un chiffre supérieur à la moyenne mondiale (56%). Cependant, on observe un écart important entre le rôle réel joué par les CIO suisses et celui qu’ils souhaiteraient jouer : 73% déclarent souhaiter être des co-leaders, mais seuls 18% jouent réellement un tel rôle.

Cette image est confirmée par les structures hiérarchiques : 25% des CIO répondent actuellement au COO (contre 16% dans l’idéal), 24% au CFO (contre 5% dans l’idéal) et 31% au CEO (contre 62% dans l’idéal).

Michael MacNicholas explique : « Nous constatons que les CIO suisses souhaitent passer d’un rôle de leadership dans le domaine IT à un rôle qui leur permettrait des interactions plus stratégiques avec le management. Mais savent-ils réellement ce que cela impliquerait ? S’ils rapportent au CEO, cela signifie qu’ils doivent être prêts à parler stratégie plutôt que de l’opérationnel, et donc s’intéresser davantage aux aspects économiques et financiers de l’entreprise – ce qui demande du temps et des compétences différentes ».

Rôle actuel et désiré des CIO en développement stratégique

L’enquête Deloitte auprès des CIO

La troisième étude de Deloitte auprès des CIO en Suisse a été réalisée de mai à août 2015. Les 56 CIO ayant participé à l’étude sont fortement expérimentés, et leurs départements informatiques représentent plus de 30’000 employés et un budget total de plus que CHF 5 milliards. En parallèle, Deloitte a mené une étude internationale, à laquelle ont répondu 1'200 CIO dans 43 pays.

Les résultats complets de l’enquête, y compris les répartitions par pays, et les enquêtes précédentes sont disponibles sur le site.

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil et du financial advisory. Avec plus de 1’400 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays avec environ 225’000 collaborateurs.

Note aux rédacteurs

Dans le présent communiqué de presse la désignation Deloitte fait référence à Deloitte SA, une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited ('DTTL'). DTTL est une « UK private company limited by guarantee » (une société à responsabilité limitée de droit britannique), dont les sociétés affiliées constituent des entités juridiques indépendantes et séparées. Pour une description détaillée de la structure juridique de DTTL et de ses sociétés affiliées, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.

Deloitte LLP et ses filiales font partie des leaders dans le domaine de l'audit, de la fiscalité, du conseil et des fusions-acquisitions avec plus de 14'000 collaborateurs de premier plan au Royaume-Uni et en Suisse. Reconnu comme employeur de choix grâce à ses programmes novateurs en matière de ressources humaines, Deloitte LLP recherche l'excellence pour ses clients et ses interlocuteurs.

Deloitte SA est une société d’audit agréée et surveillée par l’Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

L'information contenue dans le présent communiqué est correcte au moment de sa distribution à la presse.

Cela vous a-t-il été utile ?