Le débat comptables s’intensifier à l’avenir

Communiqués de presse

Le débat sur les normes comptables va s’intensifier à l’avenir

Etude Deloitte sur la communication financière des sociétés cotées en Suisse

Deloitte en Suisse a analysé les défis et opportunités soulevés par l’application des normes comptables internationales (IFRS). Les changements relatifs aux engagements de retraite (IAS 19 révisé) pénaliseront plus durement la rentabilité des entreprises suisses que celle des sociétés européennes.

Dans la quatrième édition de son « IFRS Survey », Deloitte a analysé les rapports annuels de 30 sociétés suisses cotées. Alors que l’incertitude économique a marqué l’année sous revue, les sociétés suisses s’en sont relativement bien sorties avec 83% d’entre elles ayant annoncé une augmentation de leur chiffre d'affaires, 67% une hausse de leur marge opérationnelle et 73% un meilleur résultat net par rapport à l’an passé. Cette bonne performance a ainsi limité les impacts sur la présentation des états financiers et les informations en annexes.

L’émergence des Swiss GAAP RPC

Les normes comptables internationales ont été introduites avec pour objectif d’améliorer la transparence et la comparabilité des états financiers. Ces dernières années, le nombre de sociétés ayant adopté les normes Swiss GAAP RPC a augmenté. En 2012, quatre sociétés cotées à la bourse suisse ont effectué une transition des normes IFRS aux Swiss GAAP RPC, et l’annonce par le Groupe Swatch d’effectuer cette transition dès 2013 a produit un effet de surprise dans la sphère financière. Comme l'explique Fabien Bryois, Directeur Audit chez Deloitte : "Dans un tel contexte, la suprématie des normes IFRS sur les Swiss GAAP RPC est de nouveau un important sujet de discussion et le débat relatif au choix des normes comptables s’intensifiera dans le futur."

IAS 19R - Quelle signification pour les sociétés suisses ?

La révision d’IAS 19R sur les engagements de retraite aura un impact plus significatif sur la rentabilité des entreprises suisses que sur celle de leurs homologues européennes. Deloitte estime que les sociétés suisses verront leur coût de pension s'accroître de 56% en moyenne par rapport aux chiffres annoncés pour 2012. De plus, 50% des sociétés qui appliquent la méthode dite "du corridor" verront leurs fonds propres diminuer de plus de 5% lors de la transition.

En 2012, le taux de couverture moyen des engagements de retraite est resté inchangé par rapport à l'année précédente, soit à 80% en moyenne, contre 95% il y a six ans. Ce taux de couverture est plus élevé au sein des sociétés suisses que dans les sociétés allemandes (62%) ou françaises (57%).

La communication avec les investisseurs et les analystes

Aujourd'hui, une communication financière transparente est essentielle pour maintenir la confiance dans une entreprise. En effet, c'est le défi qui pousse la Direction à communiquer aux investisseurs et actionnaires une information qui soit cohérente avec les chiffres présents dans leurs états financiers. Notre analyse a mis en évidence un certain décalage entre les informations contenues dans la présentation aux analystes et les états financiers établis selon les normes IFRS, en particulier en ce qui concerne les mesures de la performance financière et le tableau des flux de trésorerie. Fabien Bryois, Directeur Audit chez Deloitte, commente : « Malgré tous les efforts déployés par l'Internatinal Accounting Standards Board (IASB) pour améliorer constamment les normes comptables, il semble que les IFRS ne soient pas jugées comme suffisantes pour permettre à la direction d’une entreprise de communiquer efficacement sur la performance financière avec le monde extérieur."

Autres résultats clés de l'étude

  • Goodwill et dépréciation du goodwill - « Les sociétés, leurs auditeurs et les régulateurs portent de plus en plus d’attention au goodwill et à la dépréciation du goodwill (« goodwill impairment »). Au cours des dernières années, les conditions économiques ont accru les préoccupations à ce sujet et la nécessité d’une information transparente a augmenté en conséquence », commente Fabien Bryois, Directeur Audit chez Deloitte. Les bonnes performances enregistrées par les sociétés analysées dans l’étude impliquent que seules cinq d’entre elles (soit 17%) ont comptabilisé une dépréciation de goodwill en 2012, alors qu'elles étaient neuf dans ce cas l’année précédente (soit 31%). Les sociétés européennes semblent avoir été plus impactées par les difficultés de l'environnement économique, car 50% des sociétés en France, 29% en Allemagne et 22% au Royaume-Uni ont enregistré une dépréciation.
  • Perspectives - D’importants projets sur les normes comptables internationales, telle que la comptabilisation des revenus, les contrats de location (« leasings ») et les instruments financiers, doivent être finalisés prochainement. Les sociétés doivent continuer à anticiper rapidement ces changements et leurs impacts sur la performance financière, les systèmes d'information de management, et la communication avec leurs actionnaires.


A propos de l'étude IFRS de Deloitte pour la Suisse

Il s'agit de la quatrième étude de Deloitte sur l'application des normes comptables internationales IFRS (International Financial Reporting Standards) par 30 sociétés suisses cotées. Pour cette étude, Deloitte a analysé les rapports annuels de 30 sociétés suisses cotées. Elles représentaient, ensemble, une capitalisation boursière de 669 milliards de francs au 31 décembre 2012, qui équivaut à 69 % de la capitalisation boursière totale des sociétés cotées à la bourse suisse SIX Swiss Exchange.

Deloitte en Suisse

Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil en gestion et du Corporate Finance.
Avec près de 1’100 collaborateurs répartis dans les villes de Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zurich (siège), Deloitte propose ses services à des entreprises et des institutions de toutes formes juridiques et de toutes tailles, et opérant dans tous les secteurs d’activité. Deloitte SA est une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL). Les sociétés affiliées de DTTL sont représentées dans plus de 150 pays par environ 200’000 collaborateurs.

Zurich, le 30 septembre 2013 

Note aux rédacteurs

Dans le présent communiqué de presse la désignation Deloitte fait référence à Deloitte SA, une filiale de Deloitte LLP, qui est la société britannique affiliée de Deloitte Touche Tohmatsu Limited ('DTTL'). DTTL est une « UK private company limited by guarantee » (une société à responsabilité limitée de droit britannique), dont les sociétés affiliées constituent des entités juridiques indépendantes et séparées. Pour une description détaillée de la structure juridique de DTTL et de ses sociétés affiliées, veuillez consulter le site www.deloitte.com/ch/about.
Deloitte LLP et ses filiales font partie des leaders dans le domaine de l'audit, de la fiscalité, du conseil et des fusions-acquisitions avec plus de 12'600 collaborateurs de premier plan au Royaume-Uni et en Suisse. Reconnu comme employeur de choix grâce à ses programmes novateurs en matière de ressources humaines, Deloitte LLP recherche l'excellence pour ses clients et ses interlocuteurs.
Deloitte SA est reconnue comme société d'audit agréée par l'Autorité fédérale de surveillance en matière de révision (ASR) et par l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).
L'information contenue dans le présent communiqué est correcte au moment de sa distribution à la presse.

Cela vous a-t-il été utile ?